À la uneFranceMédiasSociété

A quoi pourrait ressembler le concours Miss France à l’avenir ?

Le concours Miss France pourrait changer. Alexia Laroche-Joubert en dit un peu plus sur l’avenir du concours de beauté lors d’une Interview pour nos confrères du Parisien.

La présidente de la société Miss France, Alexia Laroche-Joubert explique, lors d’une Interview publiée par le Parisien, ce qui devrait changer ou non dans le concours de beauté qui a eu lieu chaque année. Suite à de nombreuses rumeurs, Alexia Laroche a voulu mettre les pendules à l’heure.

Un départ de Sylvie Tellier ?

La productrice de plusieurs émissions, telle que For Boyard ou encore Koh-Lanta a démenti toutes rumeurs sur l’éventuelle départ de la directrice générale de Miss France : Sylvie Tellier. La rumeur évoquait un départ de cette dernière du concours Miss France mais Alexia Laroche dément cette information et affirme que “Sylvie Tellier est actuellement en poste et vous la verrez sur le prime time de l’élection en décembre”.

“Il n’a jamais été question d’un départ de la directrice générale de Miss France”.

Alexia Laroche-Joubert au Parisien

Une information qui contredit totalement les paroles de Geneviève de Fontenay, le 10 juin dernier. la dame au chapeau avait annoncé, avec un certain plaisir, le départ de Sylvie Tellier de son poste de directrice générale de Miss France.

“Ce n’est plus une rumeur : Alexia Laroche-Joubert l’a bel et bien éliminée, je viens tout juste d’en avoir la confirmation”.

Geneviève de Fontenay

Après des années difficile entre les deux femmes, Genevieve de Fontenay était ravie de la voir partir et pour cause : ” ce licenciement ne lui faisait donc ni chaud, ni froid”. “Je n’ai pas du tout digéré ce qu’elle m’a fait ces dernières années alors je ne vais pas pleurer pour elle. Elle n’est pas à plaindre financièrement. Elle aura gagné bien plus d’argent que moi !”.

Une émission de télé-réalité ?

Une autre rumeur circulait sur la possibilité d’un changement au niveau de la forme du concours de beauté. Un proche de la dame au chapeau avait déclaré que la concours Miss France allait se transformer en une émission de télé-réalité. En effet, Hubert Guérin avait déclaré à nos confrères de Télé Star du renouveau pour le concours. Une mise en place de méthodes de sélection totalement différentes de celles qui avait jusqu’alors.

“La production va lancer un grand feuilleton télévisuel. Une armée de casteurs professionnels se lancera à la recherche de candidates avec un physique qui passe bien à la télé, une histoire à raconter”.

Hubert Guérin

Chose qu’Alexia Laroche dément entièrement, elle affirme que “cela reste et cela restera un concours de beauté. Miss France ne sera jamais un programme de téléréalité ! Jamais il n’en a été question”.

De nouvelles règles

Alexia Laroche-Joubert à également évoqué les nouvelles règles applicables du concours. Première nouveauté, le concours ouvre ses portes aux femmes mariées, aux mamans et aux transgenres, faisant allusion à Andréa Furet, élue 1ère Dauphine de Miss Paris 2022, et qui est la première femme ouvertement transgenre à participer au concours de beauté.

“Je pense que les valeurs défendues par Miss France sont très importantes. Il y a aussi des évolutions et de bonnes évolutions. Andréa est extrêmement jolie, elle correspond parfaitement aux critères de beauté de Miss France. À partir du moment où elle a un état civil féminin – son changement de sexe et ses démarches administratives appartiennent à son intimité -, elle a suivi le parcours normal. Le but de Miss France est d’être en connexion avec la société actuelle”.

Alexia Laroche-Joubert

La productrice a tout de même tenu à préciser que les règles de bases elles restent inchangées : “Nous exigeons des candidates qu’elles soient âgées de plus de 18 ans, mesurent plus d’1,70 mètre pour pouvoir porter les robes de créateurs, et soient femmes pour l’état civil. Sur ce dernier point, cela a toujours été le cas. On ne sait pas s’il y a eu précédemment des femmes transgenres, c’est une question qui relève de leur intimité”.

La productrice souhaite également donner une certaine indépendance au programme : “Je considérais que Miss France avait une véritable activité avec un état d’esprit, un règlement et des comités. J’ai voulu redonner de l’autonomie à ces derniers parce que je considère que la puissance de ce concours est avant tout son implication territoriale”.

Pour le reste, c’est au comité de choisir. “Les comités s’adaptent ensuite comme ils le souhaitent. Certains gardent les critères précédents, comme limiter l’âge de 18 à 24 ans (il n’y a officiellement plus de limite d’âge), quand d’autres nous suivent. Moi je leur fais confiance, ils sont complètement autonomes”. Ainsi la question de savoir si une femme de 40 ans peut désormais devenir Miss France, Alexia Laroche-Joubert rétorque que “oui”, mais qu’il faut que “l’arbitrage en revient aux comités” : “Ce n’est pas parce qu’elle porte sa candidature qu’elle sera sélectionnée”, rappelle Alexia Laroche-Joubert

“Pour modifier le règlement, je me suis inspirée de Miss Univers, explique-t-elle. “Ce concours, qui accueille des femmes de pleins de pays différents avec chacun des règlements spécifiques, ne demande que très peu de critères. Après, on reste dans un concours de beauté avec des valeurs fortes défendues au sein de Miss France. Ce qui était important pour moi, c’était de redonner de l’importance à la territorialité. C’est pour cela qu’il n’a jamais été question de faire un casting national pour élire la Miss France“.

À lire aussi : Miss France : qui est Andréa Furet, la première candidate transgenre du concours ?

About author

Journaliste
Related posts
France

Travaux dans la maison : comment les choisir et les financer ?

À la uneFrancePolitique

Remaniement : qui sont les ministres du nouveau gouvernement Borne ?

ActualitéFrancePolitique

5 dates clés dans la carrière d’Olivier Véran, porte-parole du gouvernement

À la uneFrance

Comment faire pour changer de nom ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux