À la uneActualitéSociété

#ADayOffTwitch : pourquoi certains streamers font grève ce mercredi 1er septembre ?

Face aux raids haineux devenus croissants sur Twitch, des streamers se mobilisent ce mercredi 1er septembre et boycottent la plateforme, le but étant que Twitch prenne des mesures efficaces contre la haine en ligne. 

Un jour sans Twitch 

Des streamers Twitch ont organisé une journée de «grève» ce 1er septembre sous le hashtag #ADayOffTwitch (une journée sans Twitch, en anglais). Le but est alors de ne pas streamer afin de lutter symboliquement contre les messages violents, sexistes et racistes auxquels certains streamers sont confrontés au quotidien. 

Le mouvement a d’abord été initié par ShineyPen, streamer philipin et transgenre qui a été victime de ces raids haineux comme c’est le cas de ses semblables qui ont également fait émerger le mouvement, RekItRaven et LuciaEverBlack

L’ensemble des streamers mais aussi des viewers sont invités à ne pas utiliser la plateforme de streaming pendant toute cette journée, en signe de soutien envers ces streamers victimes de haine mais aussi en signe de pression sur l’application. 

Faire pression sur Twitch

#ADayOffTwitch fait suite au hashtag #TwitchDoBetter dénonçant l’inaction du réseau face aux raids haineux qui se multiplient. La plateforme s’est exprimée à travers un tweet publié le 11 août, dans lequel elle s’engageait à prendre des mesures pour limiter la haine et la violence.

Beaucoup de streamers estimaient que les mesures n’arrivaient pas assez rapidement, c’est dès lors que ShineyPen, un streamer philippin et transgenre a décidé de faire pression sur l’application en lancant le mouvement #ADayOffTwitch qui a un retentissement mondial. 

Une affiche a été crée permettant aux streamers de communiquer leurs exigences pour plus de sécurité. L’anonymat servant de protection pour ceux à l’origine de messages haineux, les streamers réclament plus de transparence en retirant la possibilité pour un utilisateur de créer plusieurs comptes avec une seule adresse mail.

Il est demandé à Twitch d’entreprendre de sérieuses discussions afin de stopper ces raids qui envahissent certains streams, notamment en renforçant la sécurité et la vigilance contre les compte bots qui sont à l’origine de ces raids. Les comptes bots sont des comptes automatisé gérés par des algorithmes, récupérant l’adresse IP d’un steamer pour envahir son live de messages haineux. Certains noms de bots, comme Hoss0032, tournent sur les réseaux sociaux afin que les streamers puissent les bannir. 

En bref, Twitch doit remodeler son système de sécurité afin de protéger ces streamers ciblés quotidiennement d’attaques racistes, sexistes et homophobes…

Twitch et le cyber-harcèlement

Cette initiative n’est pas la première du genre. Déjà l’année dernère, en juin 2020 , un boycott avait aussi été lancé pour les mêmes raisons avec le hashtag #TwitchBlackout.

Cette fois, les raids haineux sont plus nombreux que jamais. Des streamers de moindre notoriété sont inondés de messages racistes, sexistes ou homophobes, ciblant leur couleur de peau, leur genre ou leur orientation sexuelle.

RakeItRaven, explique au Washington Post qu’en moins d’une semaine, plusieurs centaines de messages ont envahi son chat à deux reprises, « ce stream appartient désormais KKK (Klu-Klux Klan) » pouvait-on lire.

Les raids haineux et le harcèlement généralisé sont croissants depuis cet été mais aussi tout au long de l’année sur la plateforme, qui devient presque inconfortable pour toute personne qui ne serait pas un homme blanc et hétérosexuel… 

Ce jour sans Twitch peut-il vraiment changer les choses ? Nous pouvons nous demander si les voix de ces streamers, même à petite notoriété peuvent-elles être vraiment entendues par l’application et mèneront à de nouvelles mesures de sécurité. Pour l’instant, nombreux streamers, principalement anglophones, ont fait savoir leur participation au mouvement, sans qu’aucun grand nom ne s’y joigne. En France, des streamers comme Game of Rôles ou Titavion ont fait savoir sur Twitter qu’ils participaient également au boycott.

About author

Journaliste
Related posts
À la uneActualitéPolitique

A quoi sert le Conseil Constitutionnel ?

À la uneFaits Divers

5 situations improbables ou cocasses survenues dans le service des urgences

À la uneMédias

Coucou c'est nous a 30 ans, retour sur l'émission culte de Christophe Dechavanne

À la uneCinémaFaits Divers

Fallait y penser : payer 2,6 millions d’euros un livre de Dune dispo gratuitement en ligne

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux