À la uneActualitéInternationalPolitique

Alexandria Ocasio-Cortez, et si c’était elle ?

La gauche se cherche… même en Amérique. Et peut-être que la solution se trouve dans ces trois lettres : « AOC ». A gauche du parti démocrate, Alexandria Ocasio-Cortez a su creuser son propre sillon non sans succès. 30 ans et élue à 29, ancienne serveuse, portoricaine du Bronx, une belle histoire qui fait trembler le Congrès depuis le 6 novembre 2018. Une de ces voix que l’on entend si peu en politique.

« Socialiste ». Un mot qui ne se dit plus outre-Atlantique. D’une insulte, Alexandria Ocasio-Cortez en fait une étiquette politique. Couverture santé universelle, gratuité des universités publiques, crise du logement, Green New Deal, la représentante transforme ces sujets locaux en débat national, brisant ainsi les limites du seul 14ème district de New York et rebattant les cartes de son propre parti. L’enfant du Bronx prête aujourd’hui son nom à toute une génération.

Il existe de jolis contes. Issue d’une famille modeste, Alexandria Ocasio-Cortez suit des études supérieures en économie et relations internationales à l’université de Boston après avoir d’abord été attirée par les sciences. Sa mère fut femme de ménage ou conductrice de bus et son père architecte. Mais c’est en politique qu’elle trouvera son chemin, sur les questions migratoires aux côtés du sénateur Ted Kennedy en premier lieu. Forcer le destin ? Pas tout à fait. Le New York Times rapporte que les dîners de famille sont très animés de débats même si la politique est loin d’être une voie habituelle pour les Ocasio-Cortez.

Enfant d’une crise.

L’histoire oublie trop souvent que 2008 a eu de nombreuses incidences concrètes. Sa famille a subi la crise de plein fouet. Suite à de graves problèmes bancaires, Alexandria Ocasio-Cortez devient serveuse et interrompt ses études. Pourtant, elle fonde une maison d’éditions de livres pour enfants afin de représenter son quartier sous un angle positif, devient éducatrice, et fait du démarchage téléphonique pour la campagne présidentielle de Barack Obama.

Un nouveau visage au Congrès. ( John Angelillo / MAXPPP )

Il semble que la politique soit une affaire de terrain. C’est en tout cas ce qu’elle prouve en militant contre un projet d’oléoduc sur une réserve indienne entre le Dakota du Nord et du Sud. Les premiers points du Green New Deal sans en avoir conscience, Ocasio-Cortez crie la « fin de l’utilisation des combustibles fossiles et d’une politique pétrolière et gazière » pour affirmer, deux ans plus tard, l’idée d’un réseau électrique fonctionnant à 100% grâce aux énergies renouvelables d’ici à 2030. Elle soutiendra Bernie Sanders en 2016 la journée lorsque, le soir, elle sera serveuse dans un restaurant de tacos à Manhattan. Et ce, jusqu’à 1 an avant son élection au Congrès.

Femme d’un renouvellement.

C’est avec une lettre signée Gabriel Ocasio-Cortez, son frère, qu’elle est repérée par le mouvement Brand New Congress, composé essentiellement de soutiens de Bernie Sanders. Objectif ? Renouveler le Congrès en présentant de nouveaux candidats démocrates hors des carcans du parti. Opération réussie puisque Alexandria Ocasio-Cortez déloge avec 14 points d’avance l’élu démocrate Joseph Crowley, représentant depuis près de 20 ans dans les districts de New-York et numéro 4 du parti. Avec une campagne cinq fois plus modeste, elle réussira à écarter du parti celui qui devait prendre la succession de Nancy Pelosi, à la tête des démocrates à la Chambre. Il deviendra finalement lobbyiste pour Squire Patton Boggs.

Je me demandais ce que j’allais faire […]. Comment moi, simple serveuse, je pouvais dire aux gens que j’allais les représenter au Congrès ?

Alexandria Ocasio-Cortez, pour Vanity Fair.

Après les primaires démocrates, c’est au républicain Anthony Pappas d’en subir les frais. En incarnant le visage de ceux qui l’ont élue, Ocasio-Cortez défend son histoire. Celle d’un enfant du Bronx, de la voix des minorités et d’une « femme qui n’est pas censée être candidate » selon ses propres mots. En effet, la 14ème circonscription de New York concerne une partie du Bronx et du Queens où la grande majorité des habitants sont hispaniques ou afro-américains. Le 6 novembre 2018, Ocasio-Cortez devient la plus jeune candidate jamais élue au Congrès.

Alexandria Ocasio-Cortez répondant aux propos sexistes du représentant républicain Ted Yoho, 23 juillet 2020.

Mener une génération.

23 juin 2020 aux primaires de son parti, bis repetita. Face à Michelle Caruso-Cabrera, ancienne journaliste bombardée au poste par les financiers de Wall Street, Alexandria Ocasio-Cortez connaît sa plus large victoire électorale en récoltant plus de 72% des voix. Une victoire plus qu’anecdotique lorsque l’on sait que la circonscription lui est acquise ; les républicains n’ayant aucune chance de la remporter.

Une victoire non sans émotion pour la plus jeune représentante jamais élue au Congrès.

Le score est plus que symbolique. Il révèle une nouvelle dynamique au cœur du parti démocrate. De nouveaux noms émergent. Derrière « AOC » se dresse toute une génération. Jamaal Bowman, Mondaire Jones, Suraj Patel. Le premier est un ancien directeur de collège de 44 ans soutenant la nécessité d’un Green New Deal et vient de remporter les primaires du 16ème district de New York face à Eliot Engel, représentant depuis plus de 31 ans. Le second est un avocat noir et gay de 33 ans militant pour l’université gratuite et a remporté les primaires du 17ème district de New York dans une circonscription connue pour ses quartiers huppés et sa mixité sociale absente. Le dernier, quant à lui, a perdu au 12ème district de New York devant Carolyn Maloney, représentante depuis 27 ans. Avocat qualifié comme activiste et fils d’immigrés indiens, il est la preuve que le chemin reste encore long.

Plus qu’une opposition entre l’aile radicale et la ligne centriste, ces nouvelles voix témoignent du bouleversement de l’establishment du parti démocrate. Alexandria Ocasio-Cortez en est la figure de proue. Aujourd’hui, le Congrès leur est acquis, mais tout reste à faire. En effet, les élections de 2018 ont révélé des représentants plutôt centristes, à l’image de celui qui incarnera le parti démocrate aux présidentielles en novembre 2020 Joe Biden. Mais ces nouveaux noms se placent comme la nouvelle opposition à Donald Trump. Ce qui les rassemble : le Green New Deal, la réforme de l’éducation, une autre politique migratoire, la construction d’une véritable protection sociale… Leur modèle ? AOC.

Related posts
À la uneActualitéFootSport

Ligue des Champions : le grand 8 pour le Bayern face au Barça !

À la uneCinéma

"L'horreur est humaine" : Scream (1996)

À la uneCinémaCulture

Jurassic World 3 : Le protocole sanitaire sur le tournage coûtera 9 millions de dollars

À la uneActualitéE-SportFootHigh TechSport

FIFA 21 : Les nouveautés du mode carrière

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux