À la uneSéries Tv

American horror story, entre mythes et réalité

Il y a un truc avec tout ce sang mec. Je me noie dedans. Les indiens croyaient que le sang retenait les mauvais esprits, et une fois par mois ils se tailladaient pour laisser partir les esprits. Il y a quelque chose de très intelligent là-dedans.” -Tate Langdon. American Horror Story Murder House S1 E1

American Horror Story (2011- ) saisie les mythes et légendes urbains, les axiomes sociétaux, le dicible et l’indicible, l’horreur…jouant malicieusement avec leurs limites respectives.  Elle met en scène des personnages aussi riches que monstrueux, ces fameux « freaks ». Chacun de ces derniers possède une faille profonde, une plaie infectée, toute boursouflée, bavant l’angoisse d’un monde hostile et terrifiant. On se surprend à s’attacher à ces tueurs en série, appréciant leur enfantine candeur pelotonnée, à l’abris, dans leur sournoiserie machiavélique.

AHS (American Horror Story) court déjà sur 6 saisons. Aucune des saisons ne comporte les mêmes personnages ou les mêmes acteurs – même si quelques figures adorées reviennent fidèlement. Ryan Murphy, co-créateur, a annoncé travailler depuis 2 ans sur une mystérieuse saison inédite, qui devrait être la 7e. Elle sera probablement tournée secrètement à l’écart des regards inquisiteurs. Toujours plus dans le marketing-suspens.

153882

Après Murder House, Asylum, Coven, Freak show, Hotel, cette année AHS revient avec « Mon cauchemar à Roanoke ». Un jeune couple (Sarah Paulson et Cuba Gooding Jr.) quitte Los Angeles après avoir été agressé dans la rue. Ils s’installent dans une magnifique mais effrayante demeure tout à fait isolée en Caroline du Nord.

Cette fois ci American Horror Story s’intéresse à la fascinante colonie anglaise Roanoke en Caroline du Nord. Etablie en 1585, elle disparaît en 1590 sans laisser de traces. John White, son gouverneur était retourné en Angleterre pour un ravitaillement express. A son retour, il ne trouva aucun signe de la centaine d’âmes qu’il y avait laissé… Il y avait seulement le mot « Croatan » d’inscrit sur une palissade. White pensa alors que la colonie était partie sur l’île Croatan, un peu plus loin. Mais les recherches furent infructueuses. En 1998, des études archéologiques reconnurent que la « Colonie Perdue » avait dû faire face à des conditions difficiles entre 1587 et 1589, la poussant probablement à émigrer autre part… Une des théories suppute qu’elle s’est faite absorbée par une tribu indienne, appelée les Croatoans ou au contraire, qu’elle se serait faite attaquée par cette-dernière.

AHS 1

Au cours des deux premiers épisodes, la série anthologique s’introduit en revêtant la forme d’un docu-fiction – ou mockumentary. D’une part la série nous montre l’interview des personnages principaux – joués par Lily Rabe et André Holland – qui commentent les faits qui nous sont alors montrés, tandis qu’une équipe de tournage invisible semble filmer les scènes. Dans cette réalité fictionnelle, Sarah Paulson joue le rôle de Rabe et Cuba Gooding Jr semble incarner Holland – mais on ne sait pas lequel des deux couples est une fraude. Cette saison demeure un mystère (pour l’instant) et ne verra que 10 épisodes.

Voici quelques théories courant allègrement sur la toile :

  • Le format documentaire se terminerait au milieu de la saison.
  • Rabe et Holland ne sont pas les vrais Shelby et Matt – qui trouveraient leur mort dans la saison.
  • Nous regardons en fait le show de Billie Dean Howard, medium de la saison 1, qui y a même invoqué Roanoke.
  • Le vrai nom de l’un des acteurs (ou des deux) commencerait par une des lettres de MURDER et serait donc destiné à mourir de la main des deux infirmières meurtrières.

AHS a ficelé son marketing avec génie : 26 teasers, tous plus opposés les uns aux autres, sont parus afin de confondre les fans, exaltés par leur propre frustration. Seulement un seul d’entre eux était le véritable teaser. En outre, Ryan Murphy alimentait l’engouement en ne dévoilant que quelques informations, au compte-goutte, autant cruciales qu’énigmatiques.

Toutes les saisons seraient donc liées les unes aux autres. Cet immense processus commencerait dès la saison 4. Par ailleurs, Murphy a annoncé à Entertainment Weekly que l’épisode 6 bouleversera le cours de la série et que « ce que vous regardez ne sera pas ce que vous regardez ». Brad Falchuk, co-créateur, ajoute « peu importe ce que vous pensez du twist, ce n’est pas ça ».

AHS saison 4

AHS se construit donc sur une mythologie urbaine mais également sur des faits réels. Ses personnages ont troué l’histoire, la polissant subtilement, aiguillonnant nos frissons alors invoqués pour le plaisir de nos pupilles dilatées.

Dans la saison 1, Murder House, Elizabeth Short est à l’origine une jeune actrice assassinée à l’âge de 22 ans, retrouvée coupée en deux au niveau du bassin, vidée de son sang, dans un terrain vague de Los Angeles. Par ailleurs, le personnage de Tate Langdon se fonde sur l’histoire de Richard Speck (1941-1991). Il commet un massacre dans une maison d’étudiants de médecine. Puis en 1966, il assassine 8 étudiantes du South Chicago Community Hospital.  

La saison 2, Asylum, a trait aux expériences « scientifiques » menées par les nazis durant la seconde Guerre Mondiale sur les prisonniers des camps de concentration. Beaucoup de ces soit disant docteurs ont trouvé refuge aux Etats-Unis, s’y diluant. Le couple de Kit et Walker (Evan Peters et Britne Oldford) sont inspirés du couple Barney et Betty Hill, qui ont clamé, en 1961, attendre un bébé d’un Alien.

En ce qui concerne la saison 3, Madame Delphine LaLaurie (Kathy Bates) est une figure réelle du 19e siècle à la Nouvelle Orléans. Elle a effectivement torturé ses esclaves mais s’est échappée à Paris, poursuivie par la justice.  L’homme à la hache a eu son pendant charnel. L’homme a officié à la Nouvelle Orléans entre 1918 et 1919, laissant une trainé de victimes dans son sillage.

american-horror-story-saison-1-thelookworld-thelookmag

Beaucoup des freaks de la saison 5 sont inspirés par de vraies personnes. Gredy Franklin Stiles Jr (1937 – 1992), dit l’homme homard, est le plus célèbre représentant de la sixième génération de cette famille, atteinte d’ectrodactylie – une malformation congénitale des mains. De la même manière, au début du 20e siècle, Schlitzie, atteinte d’une microcéphalie prononcée, a offert sa meilleure performance au film de 1932 « Freaks » de Tod Browning. Edward Mordrake, l’homme a double visage, joué par Wes Bentley, a lui aussi véritablement existé. Il est né au 19e siècle dans une famille noble. Jeune homme gracieux et charmant, le visage d’une jeune fille difforme était ancré derrière sa tête, capable ni parler ni de manger. Edward était effrayé par cette sœur absorbée par son corps. Elle lui chuchotait des choses démoniaques, disait-il, dans son sommeil. Aucune des chirurgies tentées furent fructueuses. Il se suicida donc, résigné à détruire cette créature qui le dégoutait et l’horrifiait. Enfin, le clown tueur est une référence à John Wayne Gacy Jr (1942- 1994) qui se déguisait en clown pour amuser les enfants dans les hôpitaux mais qui était également un des tueurs en série américain les plus connu.  

Enfin c’est le Cecil Hotel de Los Angeles qui a inspiré Murphy pour la saison 5. Tout commence en 1964 par le meurtre d’une jeune femme qui nourrissait quotidiennement les pigeons du parc Pershing Square. Elle a été retrouvé dans sa chambre du Cecil violée et étranglée. Le coupable n’a jamais été retrouvé. En 1985, le tueur en série et violeur, Richard Ramiez, y a résidé quelques temps tout comme Jack Unterweger, également sérial killer en 1991. En 2013, Elisa Lam disparaît de l’hôtel. Portée disparue, c’est un employé de l’hôtel qui la retrouve dans un de leur réservoir d’eau. De plus, les murs de l’hôtel ont vu un nombre incalculable de suicides, le dernier en date était en juin 2015.

american-horror-story-saison-2-asylum-fx

À ces mythes et légendes urbains, la série d’anthologie apporte sa propre consistance. Elle mélange savamment le tout sous l’égide d’un plus vaste dessin correctement vanté, nous faisant déjà trépigner d’impatience. Le dénouement du mystère, reliant toutes les saisons les unes aux autres, s’apparente désormais à une Révélation pure et simple. Un acte de foi absolu envers Murphy et Falchuk, les Créateurs de leur monde à part, de ces univers pourtant totalement différents les uns des autres. Peut-être faut-il simplement s’incliner devant la théorie du complot Alien – accepter la métaphysique pour ce qu’elle est – tout en se répétant inlassablement, aliénés peut être un peu nous aussi je crois, jusqu’à quand AHS va-t-elle se jouer de nous, glisser suavement entre nos doigts délicieusement pétrifiés ?

Crédit: FX

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneFranceInternational

Escalade des tensions Franco-Turques après la publication d'une caricature d'Erdogan

À la uneEmissionsLes Prolongations

Les Prolongations #61

À la uneMédias

Eurovision Junior : "Move the world" le 29 novembre 17h sur France 2

À la uneCultureFranceLittérature

Alain Rey, figure mythique du dictionnaire "Le Robert" est mort

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux