À la uneActualitéRugbySport

Angleterre-France : une vraie orgie de rugby !

À l’occasion de la cinquième et dernière journée du tournoi des Six Nations, la France s’est inclinée face à l’Angleterre (55-35), au terme d’un match complètement fou, au milieu d’une dernière journée très riche, avec 221 points en trois matches. L’Irlande remporte le tournoi, la France termine quatrième après un Tournoi où les Bleus auront montré deux visages.

Douze essais, quatre pénalités, 90 points. Autant on en a vu des matches ennuyants du XV de France, pas plus tard que lors des quatre dernières journées et même avant, autant cet Angleterre-France les balaye tous d’un coup à des années-lumières. Beaucoup de jeu, d’engagement, mais aussi d’erreurs défensives ont façonné cet incroyable score, d’une densité très rarement vue dans le Tournoi. Mais tout cela, personne ne le voyait venir avant la rencontre, aux enjeux cruciaux.

En effet, si la France avait perdu le très tenu espoir de gagner le Tournoi après la fessée infligée par le pays de Galles à l’Italie (20-61), l’Angleterre pouvait ajouter une 37e victoire à son palmarès (et ainsi en avoir autant que le pays de Galles), en gagnant d’au moins 27 points. C’est bien parti, et sur les chapeaux de roue, avec un essai anglais dès la 3e minute, transformé par Toby Flood (7-0). Mais Maxime Mermoz, après une pénalité de Plisson, repasse les Bleus devant (7-8). Trois minutes plus tard, après un litige vidéo, Nakaitaci aggrave l’écart, que Plisson transforme (7-15). Voilà des Bleus bien partis, après s’être rassurés contre l’Italie la semaine passée. Puis c’est la décrépitude. Une pénalité ratée, et essai sur essai, les Anglais sont nettement devant à la pause (27-15). La suite, on la connaît : quatre essais en vingt minutes, deux chaque côté, puis trois en neuf minutes : incroyable rythme !! Après un tel spectacle, les deux équipes se calment dans les cinq dernières minutes, malgré des phases de jeu tout aussi merveilleuses.

Jules Plisson a été victime d'un plaquage particulièrement violent, duquel il s'est relevé | AFP

Jules Plisson a été victime d’un plaquage particulièrement violent, duquel il s’est relevé | AFP

 

RASSURANT AVANT LA COUPE DU MONDE ?

0 point face à l’Italie, 55 face à l’Angleterre. En deux déplacements, on a eu le temps de passer par toutes les couleurs de l’arc-en-ciel dans la défense française. Les débuts de garantie qu’on avait eu à Rome ont volé en éclats à Twickenham, du moins en défense. Car du côté français comme du côté anglais, on ne peut pas vraiment dire que l’engagement manquait, en témoigne le score.  Certes, la France a rarement encaissé 55 points en un match, c’est beaucoup trop et en soi assez inquiétant pour la de plus en plus proche Coupe du monde. Mais il ne faut pas oublier que nos Français ont aussi marqué 35 points. Face aux Anglais, on va pas se priver de s’en rappeler. Pour refaire référence à la Coupe du monde, un tel engagement qu’on a vu pendant ce match est un exemple à prendre.

Les Bleus ont véritablement vécu deux périodes diamétralement opposées pendant ce tournoi. Ça a commencé par les trois premiers matches, avec un match terne au possible contre l’Écosse (15-8), encore plus terne quand on voit ce qu’ils ont fait contre l’Angleterre ; puis il y aeu ces deux défaites contre l’Irlande (18-11) et le Pays de Galles (13-20), forcément alarmante sur le plan comptable, pas vraiment positives sur le plan de la confiance. Trois matches très, très moyens ; puis le réveil contre l’Italie (0-29). Un résultat à prendre avec des pincettes, face à des Italiens très faibles. Quand on voit que le Pays de Galles leur ont planté 61 points ce week-end, on comprend que ce résultat était vraiment trompeur. Et il y a eu ce festival d’ Angleterre-France. Deux derniers matches bien plus positifs, que le sélectionneur Philippe Saint-André saura retenir de positif pour une préparation optimale à la Coupe du monde en… Angleterre, à l’automne prochain.

Dans les autres résultats de ce week-end, l’Irlande remporte le Tournoi grâce à sa facile victoire en Écosse (10-40), et termine devant l’Angleterre et le pays de Galles, donc large vainqueur en Italie (20-61). La France retrouvera notamment l’Italie et l’Irlande dans sa poule de la Coupe du monde.

Luke Fitzgerald et les Irlandais vainqueurs des Six Nations 2015 | AFP

Luke Fitzgerald et les Irlandais vainqueurs des Six Nations 2015 | AFP

Photo de Une : Reuters

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneCinéma

Indiana Jones and the Dial of Destiny : la bande annonce est là

ActualitéSéries Tv

On a vu pour vous ... les deux premiers épisodes de Prométhée (TF1)

À la uneCinéma

Disparition à 87 ans de la comédienne Mylène Demongeot

À la uneMédiasSport

Coupe du monde : que s'est-il passé sur TF1 à la fin du match France-Tunisie ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux