À la uneInternational

Attaque sur Israël : c’est quoi l’article 51 brandi par l’Iran ?

Il a plu des missiles sur Israël ce dimanche, très tôt le matin. L’Iran à l’origine de l’attaque a invoqué son droit à l’autodéfense et a demandé aux Etats-Unis de ne pas s’en mêler.

Environ 200 projectiles ont été interceptés dans la nuit de samedi à dimanche dans le ciel israélien. Téhéran, à l’origine de l’attaque, assume cette décision en représailles un peu moins de deux semaines après l’attaque du consulat iraniens à Damas en Syrie causant la mort de sept officiers des Gardiens de la révolution, dont deux commandants de haut rang et la mort de deux généraux iraniens.

Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France ont participé aux détournements de ces missiles. « L’attaque sans précédent de l’Iran a été contrée par une défense sans précédent. C’était la première fois qu’une telle coalition travaillait ensemble contre la menace de l’Iran et de ses mandataires au Moyen Orient », a affirmé lors d’une conférence de presse le porte-parole de l’armée, Daniel Hagari. Les débats sont moindres puisque 99% des tirs n’ont pas atteint leur cible.

Une première attaque directe

Ce sont plus de « plus 300 drones et missiles » qui ont été tirés par l’Iran, selon l’armée israélienne. Dans la nuit de samedi 13 à dimanche 14 avril, 170 drones, 110 missiles balistiques et 30 missiles de croisière, selon l’armée de l’État hébreu ont mis près de cinq heures pour arriver dans le ciel israélien.

Il s’agit de la première attaque directe jamais menée par la République islamique contre le territoire israélien. L’Iran a pu compter sur ses alliées. Le Hezbollah libanais et les rebelles yéménites houthis ont également attaqué Israël. Le premier en tirant deux salves de roquettes en quelques heures sur le Golan occupé par l’Etat hébreu. Tandis que les seconds ont lancé des drones en direction du territoire israélien.

« Les Etats-Unis doivent rester à l’écart ! » selon l’Iran

Avant l’attaque, Washington a tenté de dissuader l’Iran de contre-attaquer. Sans succès. Immédiatement après le lancement de l’attaque, une porte-parole de la Maison-Blanche a assuré que « les Etats-Unis se tiendront aux côtés du peuple d’Israël et soutiendront sa défense contre ces menaces de l’Iran ».

Une prise de position qui n’a pas enchanté la mission permanente de l’Iran aux Nations Unies qui a réagit sur X. Cette attaque est «conduite en vertu de l’article 51 de la charte de l’ONU sur la légitime défense», et avec elle, «l’affaire est close», a déclaré cette dernière. «Toutefois, si le régime israélien commettait une autre erreur, la réponse de l’Iran sera considérablement plus sévère», prévient-elle, en soulignant en lettres capitales que «Les Etats-Unis ne doivent pas s’en mêler!». L’ambassadeur iranien, a d’ailleurs proclamé son droit à l’autodéfense.

Selon le site un.org « L’article 51 de la Charte prévoit une exception à l’interdiction de l’emploi de la force stipulée au paragraphe 4 de l’article 2 de la Charte. Le droit de légitime défense individuelle ou collective peut être exercé dans le cas d’une « agression armée » contre un Membre de l’Organisation des Nations Unies. ».

À la demande d’Israël, qui dénonce une «escalade sévère et dangereuse» par l’Iran, le Conseil de sécurité de l’ONU a annoncé la tenue d’une réunion d’urgence hier soir. Israël réclame « toutes les sanctions possibles » contre Téhéran.

À lire aussi : Russie : c’est quoi la « prison du dauphin noir » ?

About author

Journaliste
Related posts
À la uneInternational

D'où vient le slogan "All Eyes on Rafah" ?

À la uneFranceMédias

Inès Reg : pourquoi le tournage d'un unitaire pour TF1 a été suspendu ?

À la uneFoot

Analyse des favoris de l'Euro 2024 : qui sont les équipes à surveiller ?

À la uneÉtudiantInternational

Ils vivent leurs rêves à l'étranger : Lucie Pottier, pâtissière à Dubai

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux