À la uneActualitéInternational

Au Turkménistan on gagne les élections avec 98% des voix

Turkménistan

Sans surprise, Gourbangouly Berdymoukhamedov est réélu à la tête du Turkménistan avec 98%  des voix dans un des pays les plus fermés du monde. 

Le président turkmène Gourbangouly Berdymoukhamedov, au pouvoir depuis 2006, a remporté sans surprise l’élection présidentielle en obtenant la quasi-totalité des suffrages. 98% des voix pour lui, des élections totalement impartiales et démocratiques bien sûr.  Le Turkménistan est un pays d’Asie centrale et l’un des plus fermés au monde. Pourtant il y avait huit candidats, totalement inconnus et réduits à un rôle de figuration. Pas sûr que ce soit la meilleure définition de la démocratie.

Inutile de rappeler également que dans le pays, les médias libres et indépendants n’existent pas.

Un héritier de l’URSS

Très vite, le nouveau leader du Turkménistan a été félicité par Vladimir Poutine. “Le résultat de cette élection confirme votre grande autorité politique. Il témoigne d’une reconnaissance de vos services en tant que chef de l’Etat, mais aussi du soutien à votre action pour renforcer l’économie et améliorer le niveau de vie des citoyens du Turkménistan“, a déclaré le président russe dans un message de félicitations.

Le Turkménistan entretient un culte de la personnalité autour de Berdymoukhamedov, ce qui n’est pas sans rappeler l’ex-URSS. En effet récemment, une immense statue en or le représentant sur un cheval a été érigée.  Le président a de plus fait bâtir un immense palais présidentiel en marbre. Il est estimé à 250 millions de dollars.

Le culte de la personnalité est très présent dans le pays déjà depuis les années 90 avec Saparmourat Niazov. Le prédécesseur de l’actuel président décida de renommer les mois de l’année et les jours de la semaine en utilisant les noms de héros nationaux ou de ses proches. Le mois d’avril fut ainsi renommé comme sa mère par exemple.

Le Turkménistan, le pays de l’hydrocarbure

Avec cette élection, Berdymoukhamedov devra résoudre principalement la question des hydrocarbures. Le Turkménistan dispose de la quatrième plus grande réserve mondiale de gaz. Toute l’économie du pays repose sur l’hydrocarbure et notamment du commerce avec la Chine. Le pays asiatique lui achète en effet les trois quarts de ses exportations. Pourtant, la chute du prix des hydrocarbures commence à fragiliser le pays. Le Turkménistan croulait tellement sous les hydrocarbures que le gaz, l’électricité et l’eau étaient gratuits dans le pays… il pourrait bientôt devenir payant.

Si le marché de l’hydrocarbure s’effondre, c’est tout le pays qui tombera avec lui et notamment le pouvoir en place. En effet, le Turkménistan est assis sur 9 % des réserves mondiales de gaz. Cependant l’argent qui en découle sert surtout à la famille présidentielle et à une corruption massive.

 

Related posts
À la uneFranceLittératureRugby

La BD "les rugbymen" joue les prolongations pour un 18e tome

À la uneActualitéFrancePolitique

Féminicides : la Loi Pradié soutenue par l'assemblée (Interview)

À la uneActualitéInsolite

Des milliers de poissons pénis échoués en Californie !

ActualitéFranceMusique

David Shaw and The Beat : "Qui m'aime, me suive !"

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux