À la uneActualitéInternational

Finalement, Cameron ne bannira (peut-être) pas WhatsApp

Le gouvernement britannique n’essaiera pas de bannir les cryptages des réseaux de communication, d’après une information rapportée par Business Insider. Retour sur la marche arrière de Cameron.

Ce fantastique retournement de veste intervient après que le Premier ministre David Cameron ait suggéré que ces services de communication puissent être décryptés afin d’être espionnés par le gouvernement. Cameron avait déclaré vouloir s’assurer « que les terroristes n’aient pas un espace sûr dans lequel ils puissent communiquer ».

Lire aussi : iMessage, WhatsApp et Snapchat pourraient être bannis au Royaume-Uni

Ses commentaires font écho à sa déclaration précédente : « la première mission de tout gouvernement est de garder son pays et son peuple en sécurité ».

Ces déclarations ont largement été rapportées comme annonciatrices d’une tentative de bannir ces réseaux de communications avec le vote de la loi sur les pouvoirs investigateurs en automne.

Crédit : mashable.com

Crédit : mashable.com

Cette technologie de cryptage utilisée par de nombreux sites et services (Facebook, WhatsApp, etc..) est une technologie avancée permettant de protéger efficacement les données privée des utilisateurs. Elle n’est pas nouvelle mais de plus en plus utilisée après le scandale de Wikileaks lancé par Edward Snowden et l’espionnage de masse opéré par la NSA aux Etats-Unis. Cependant, des experts affirment que ce processus de cryptage est inévitable : il n’y a aucun moyen d’implémenter une soi-disant backdoor (un moyen de passer au-delà des sécurités d’une sécurité informatique) dans les services sans mettre les utilisateurs en danger et affaiblir les protections de la vie privée.

Lire aussi : Edward Snowden, la fin du grand justicier ?

Plus tôt en juillet, un groupe d’experts informatiques et d’ingénieurs a publié un rapport condamnant toute tentative d’affaiblir le cryptage. Le très respecté expert en cryptographie Bruce Schneier a déclaré que de telles tentatives de bannir les cryptages « détruiraient Internet ».

Mais le bureau du Premier ministre nie le fait que Cameron considère un tel ban : « Le Premier ministre n’a pas suggéré que le cryptage devrait être banni ».

Crédit : wired.co.uk

Crédit : wired.co.uk

“Le cryptage est fondamental pour notre usage quotidien d’Internet”

De plus, une lettre envoyée depuis Baroness Shields, le ministère de la sécurité d’Internet, il est écrit : « ce gouvernement soutient le cryptage, qui aide à garder les données personnelles des gens et la propriété intellectuelle en sécurité du vol. Le cryptage est fondamental pour notre usage quotidien d’Internet. Sans le développement de cryptages de haute sécurité, le transfert d’informations bancaires serait impossible et il n’y aurait pas de commerce en ligne. Toutefois, le Premier ministre a été très clair sur le fait qu’il ne peut exister de zones sur Internet qui soient en dehors des limites de la loi — et cela doit inclure, lorsque c’est nécessaire et proportionné, les communications privées des individus ».

La lettre dans son intégralité, obtenue par Business Insider :

Lettre du ministère de la sécurité d'Internet / Crédit : businessinsider.com

Lettre du ministère de la sécurité d’Internet / Crédit : businessinsider.com

Suite de la lettre / Crédit : businessinsider.com

Suite de la lettre / Crédit : businessinsider.com

Un retour en arrière en demi-teinte donc, il faudra attendre le vote de la loi en automne prochain pour avoir des mesures concrètes sous les yeux.

Related posts
À la uneCultureSociétéSortiesSpectacles

Le retour de « 12 hommes en colère » au Théâtre Hébertot : le public vote favorablement

À la uneBrèvesSéries Tv

Astrid et Raphaëlle : France 2 lance le tournage de la saison 1

À la uneActualitéBrèvesNumérique

Objets connectés : Près de 105 millions d’attaques en 2019

À la uneFrancePolitique

Les Verts : enfin un exploit aux municipales ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux