À la uneInternational

Colère en Tunisie suite à l’assassinat de Chokri Belaid

C’est sur une nouvelle dramatique que se lève aujourd’hui la Tunisie. Ce matin, la figure représentative de l’opposition laïque Chokri Belaid a été assassiné par balles en sortant de son domicile à Tunis. Après l’annonce de cette nouvelle le peuple tunisien est sorti dans la rue manifester sa tristesse et son mécontentement.

La Tunisie en ébullition

Les manifestants étaient nombreux depuis cette après midi à Tunis, attaquant par des jets de pierres la police avenue Bourguiba. La garde nationale a utilisé le gaz contre ces manifestants qui se servaient de poubelles, tables de café, barbelés et barrières pour constituer leurs barricades. Les heurts se poursuivaient pendant toute l’après midi dans cette célèbre avenue, théâtre de la révolution de 2011.

Appel à la grève générale

Ce meurtre a amené l’opposition laïque tunisienne à suspendre sa participation l’Assemblée constituante, et appelle à la grève générale pour les funérailles de Chokri Belaid.

Les soupçons se portent sur Ennahda

On apprend progressivement que les leaders de l’opposition accusent les milices proche du parti au pouvoir de l’assassinat sur le chef du parti des patriotes démocrates. La population qui est descendue manifester point du doigt la passivité du gouvernement et leur liens supposés dans ce meurtre, en effet des locaux du parti islamiste ont été saccagés à Sfax. Dans les autres villes du pays, notamment à Kasserine, Béja et Bizerte, les foules criaient leur colères contre le gouvernement.

Les premières réactions du gouvernement et de la France

Face à cette nouvelle, le premier ministre Hamadi Jebali, a condamné cet “assassinat politique”. Il a déclaré : “Le meurtre de Belaid est un assassinat politique et l’assassinat de la révolution tunisienne. En le tuant, ils ont voulu le faire taire.” Le président Moncef Marzouki, qui a annulé sa participation au sommet de l’Organisation de la coopération islamique au Caire pour rentrer à Tunis, lui a rendu hommage. Quant au président de la République, François Hollande, il a condamné fermement cet assassinat et s’est dit préoccupé par la montée des violences en Tunisie.

 

Kodes Tajouri

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la une

C'était il y a 35 ans : la mort de Malik Oussekine

À la uneSéries Tv

La vengeance au triple galop revient en clair dès le 20 décembre

À la uneInternationalSport

Les Etats-Unis vont boycotter les JO d'hiver en Chine

À la uneSéries Tv

Avy Marciano quitte Plus belle la vie après 10 ans

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux