À la uneActualitéFranceRégionsSociété

Corse-du-Sud : Le bilan des intempéries s’élève à cinq morts

Mercredi 1er août 2018, une crue en Corse-du-Sud a ôté la vie à cinq personnes. Le corps inanimé de la cinquième victime a été retrouvé jeudi 2 août en fin de matinée. Entretien avec Bruno Maestracci.

Quand une activité ludique tourne au drame en Corse-du-Sud, le bilan est lourd. Mercredi 1er août, cinq personnes ont perdu la vie alors qu’elles pratiquaient le canyoning dans le Zoicu. Ce n’est pas la première fois que des conditions climatiques viennent bouleverser les descentes en canyoning. Le guide d’Alticanyon (société de canyoning corse), emporté par la crue, avait dû faire face à des intempéries plusieurs fois dans la saison. Le canyon de Zoicu figure parmi les plus beaux canyons de l’île avec des paysages mêlant montagne et mer, maquis et vasques couleur émeraude. Bruno Maestracci nous en dit plus sur cet accident qui touche profondément toute la Corse.

bycanyon Corse

Situé à 1000 mètres d’altitude, au-dessus du village de Soccia, dans la région de Vico, en Corse-du-Sud, le canyon de Zoicu est prisé pour ses activités aquatiques mêlant kayak, canyoning et randonnées. Il accueille chaque année touristes et insulaires. Avec des rappels de 18 mètres de haut, le Zoicu s’inscrit parmi les canyons accessibles aux sportifs aguerris et accompagnés de professionnels.

Les précautions à prendre sont de prendre au sérieux les avis de vigilance, déclare Bruno Maestracci, directeur adjoint du SDIS 2A et lieutenant-colonel des pompiers de Corse-du-Sud.

Arrivé sur les lieux de l’accident avec ses équipes, Bruno Maestracci déclare que le drame est survenu suite à une brusque montée des eaux qui a surpris les randonneurs, alors en situation de rappel. La grande vague – “on parle de trois mètres“, déclare le procureur d’Ajaccio Eric Bouillard – qui a raflé les parois résulte d’orages en amont qui ont agité les flots. “La vague qui est arrivée ressemblait à un petit tsunami, une vague très haute qui a tout emporté”  ajoute Pierre Poli. Une pluie diluvienne s’abat sur le groupe de treize personnes – douze pratiquants et un guide -. Six personnes renonceront à continuer la descente et préfèreront se mettre à l’abri. Parmi elles, une mère, qui perdra sa fille de 7 ans et son mari.

Sans cette aide, le bilan aurait été encore plus lourd.

Sur les sept randonneurs restants, seulement deux personnes survivront grâce à la deuxième guide qui avait préalablement décidé d’arrêter la descente du canyon. Assurée à la roche, c’est en lançant une autre corde que la femme réussit à extirper deux personnes de ce cauchemar : un homme de 40 ans et son fils, tout juste âgé de 16 ans.

Un grand dispositif de recherche est alors déployé pour retrouver la dernière victime de la crue. Vers 21h15, la sécurité civile emploie deux hélicoptères (Dragons 2A et 2B). Au total, ce sont trois hélicoptère – avec celui de la gendarmerie – qui cherchent des signes de vie. Six plongeurs sont également mobilisés pour fouiller les vasques et les points d’eau. Les recherches menées par la gendarmerie de haute-montagne et la sécurité civile continuent depuis sept heures du matin, après avoir été interrompues à la tombée de la nuit. Finalement, le corps de la dernière victime – une jeune femme de 22 ans – est retrouvé jeudi en fin de matinée à 150 mètres en aval du lieu où les quatre victimes ont été découvertes.

Le bilan est lourd : cinq personnes ont trouvé la mort dont le guide d’Alticanyon agé de 36 ans, un père de 39 ans et sa fillette de 7 ans originaires du Nord, un homme de 26 ans, et son amie de 22 ans dont le corps est retrouvé par les secours la matinée suivante. Bruno Maestracci révèle que les victimes ne sont pas originaires de l’île mais étaient en vacances lors de l’accident. Les deux dernières victimes sont en effet originaires de Carcassonne, précise Eric Bouillard durant la conférence de presse du jeudi 2 août.

A lire aussi : Accident de canyoning en Corse du Sud fait cinq morts

La Corse toute entière est bouleversée par ce drame“, tweete Gilles Simeoni, président du conseil exécutif en Corse. Gérard Collomb se dit “profondément affecté” par cet accident.

Eric Bouillard rejette une possible faute d’équipement de la part du guide qui menait le groupe. Ce dernier avait fait l’objet de deux contrôles et devait changer ses baudriers et des longes. Le procureur d’Ajaccio rajoute que le guide de 36 ans “l’a fait immédiatement dans la journée” et qu’il “était en règle“. Il connaissait la région et y travaillait depuis 2012.

Néanmoins, l’hypothèse d’une imprudence commise par le guide qui aurait insisté pour descendre le canyon malgré la dégradation météorologique est toujours présente. “Quand les conditions se sont vraiment dégradées, un peu après 17 h, ils sont revenus vers son groupe” en soulignant “le risque de crue, lui demandant de sortir, ce qu’il n’a pas fait“, révèle Eric Bouillard.

Dans cette période de canicule, de telles intempéries soulignent l’instabilité des conditions météorologiques et nécessitent de grandes précautions. Bruno Maestracci souligne qu’un tel accident métérologique n’est pas le seul s’étant déroulé en Corse. Le directeur-adjoint du SDIS 2A relate l’épisode de la vallée du Fango qui a dû être évacuée alors que des intempéries avaient dangereusement fait augmenter le niveau de l’eau.

About author

Etudiante en bicursus Droit et Histoire - Sorbonne et Assas
Related posts
À la uneFrancePolitique

Il y a 77 ans, Jean Moulin,figure de la Résistance, fut assassiné

À la uneCinémaCultureSéries Tv

Une série spin-off de The Batman débarque sur HBO Max

À la uneSociété

Affaire Adama Traoré : les juges ordonnent une nouvelle expertise confiée à des médecins belges

FranceRégions

Quand déguster local est le mot d'ordre : Bienvue Chez Bouron

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux