À la uneActualitéSportTennis

Coupe Davis : les matches de France-Allemagne connus

Finaliste malheureuse l’an passé, l’équipe de France de tennis aborde son premier tour de la Coupe Davis 2015 contre l’Allemagne au Fraport Arena de Francfort, dès demain vendredi 6 mars. Les Bleus, emmenés par Gaël Monfils et sans Richard Gasquet, partent avec un petit avantage vite démenti.

Se reconstruire tout en étant favori sur le papier. Voilà l’étrange situation dans laquelle se trouve la France, à l’orée du coup d’envoi de la Coupe Davis 2015, 104e du nom. Première au classement ITF depuis sa finale perdue en 2014 contre la Suisse (3-1), elle passée deuxième, l’équipe d’Arnaud Clément arrive sans véritables certitudes pour défier les Allemands, qu’elle avait déjà affrontés et battus l’année dernière (2-3, en quart de finale). Sans Richard Gasquet, forfait suite à une blessure au dos qui l’avait notamment contraint à l’abandon à Dubaï la semaine dernière, et avec la réintégration de Gaël Monfils dans l’équipe (lui qui avait préalablement annoncé son retrait pour cette rencontre), Arnaud Clément a quelque peu été chamboulé pour composer son équipe.

Ce sont finalement Gilles Simon (14e au classement ATP et n° 2 français) et Gaël Monfils (n° 19) en simple, ainsi que Julien Benneteau (n° 7 en double) et Nicolas Mahut (n° 18), qui vit à 33 ans sa première Coupe Davis, qui ont été retenus comme titulaires pour affronter l’équipe de Michael Kohlmann. Édouard Roger-Vasselin (n° 145 en simple et n° 8 en double) sera le remplaçant tricolore. Outre-Rhin, une sélection sans grande surprise pour le nouveau capitaine allemand : le patron Philip Kohlschreiber (n° 28 en simple) sera accompagné en simple de Jan-Lennard Struff (n° 74), qui fête sa première sélection. En double, la paire Becker (n° 39 simple) – Begemann (n° 42 double) représentera les couleurs allemandes. Retrouvez le programme complet indicatif ci-dessous :

Vendredi

J. Struff / G. Simon

P. Kohlschreiber / G. Monfils

Samedi

B. Becker & A. Begemann / J. Benneteau & N. Mahut

Dimanche

P. Kohlschreiber / G. Simon

J. Struff / G. Monfils

Gilles Simon apparaît comme le leader naturel des Bleus

C’est une équipe française fragilisée par des résultats plutôt moyens depuis le début de l’année (le seul titre français est à l’actif de Richard Gasquet, absent à Francfort), et pas tout à fait guérie de la leçon reçue par les Suisses sur ses terres lilloises en novembre dernier, qui tentera d’éviter une évitable déconvenue, qui serait synonyme de barrage de maitien dans le Groupe mondial. D’autant que l’équipe d’Allemagne n’est pas non plus au top de la confiance, avec un récent changement d’entraîneur qui tombe plutôt mal. Menée 2-0 par l’Allemagne lors de leur dernière confrontation, l’année dernière, la France avait sorti le grand jeu et remonté ce handicap, l’emportant finalement (3-2). En sera-t-il de même au Fraport Arena de Francfort ?

Voici pour terminer le programme des autres matches de ce week-end :

Grande-Bretagne / États-Unis (n° 7). Les deux équipes anglophones se retrouvent une nouvelle fois au premier tour de la Coupe Davis, après l’année dernière. Toujours emmenée par Murray et Ward en simple, l’équipe britannique peut une nouvelle fois l’emporter sur des États-Unis plus tellement unis en matière de tennis, qui lutte pour sa survie dans le Groupe mondial.

République tchèque (n° 3) / Australie. Battue en demi-finale en 2014 par les Tchèques, et avec une équipe un peu fragilisée (le premier Tchèque est n° 31 mondial), l’équipe de Jaroslav Navratil défie des Australiens dopés par un Open d’Australie réussi, mais sans leur nouvelle star Nick Kyrgios. Le vétéran Lleyton Hewitt (n° 98) est bien là en revanche.

Kazakhstan / Italie (n° 6). En terre asiatique, l’équipe emmenée par Mikhail Kukushkin, 1/4 de finaliste l’an passé reçoit des Italiens qui restent sur une bonne 1/2 finale en 2014, battue difficilement par la Suisse. Une équipe transalpine homogène, avec trois bons éléments (Bolleli, Seppi et Fognini), part favorite même à l’extérieur.

Qui soulèvera le Saladier d’argent en 2015 ?

Argentine (n° 5) / Brésil. Dans ce duel sud-américain, entre deux équipes remontées en Groupe mondial suite au barrage, les Argentins semblent naturellement mieux armés car plus expérimentés. Depuis leur dernière finale en 2011, les joueurs de Daniel Orsanic a progressivement reculé dans le tableau final. En face, des Brésiliens qui n’ont rien à perdre les défient à Buenos Aires.

Serbie (n° 4) / Croatie. Troisième duel “communautaire” après Grande-Bretagne / États-Unis et Argentine / Brésil, celui entre deux nations ex-yougoslaves. Emmenés par leur champion Novak Djokovic, les Serbes ont toutefois un peu perdu pied en Coupe Davis, devant même passer par le barrage pour revenir dans le Groupe mondial. Du côté croate, le nouvel espoir Borna Coric sera naturellement le fer de lance ; les deux hommes ne pourront toutefois se rencontrer qu’au 4e match.

Canada (n° 8) / Japon. Nouvelles retrouvailles au premier tour, cette fois-ci entre Canadiens et Japonais. Deux équipes qui se ressemblent un peu, avec deux champions (respectivement Raonic et Nishikori) mais un peu esseulés. Petit avantage aux Canadiens, même battus par les Nippons en 2014.

Belgique / Suisse (n° 2). Les Helvètes remettent leur titre en jeu dans ce duel 100 % francophone, à Liège. Toutefois, l’équipe de Séverin Lüthi se déplace extrêmement affaiblie, car désertée de Federer et Wawrinka. Le Suisse le mieux classé, Yann Marti, n’est que 292e mondial ! Les Belges prennent ce rendez-vous plus au sérieux, avec leur n°1 David Goffin notamment.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
Sport

[INTERVIEW] Bobby Lashley, le futur champion WWE?

ActualitéÉtudiantMédiasPolitique

Communication 2.0 : quand la politique s'en mêle

À la uneActualitéEconomieEnvironnementFranceMédiasPolitiqueSantéSociétésociétéSociété

Convention citoyenne pour le climat : dernière séance pour clôturer l'aventure

À la uneFootSport

Ligue 1 : Jorge Sampaoli, le loco 2.0 de l'OM

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux