À la uneActualitéSportTennis

Dans les coulisses de l’Open de Rennes 2019

VL a vécu une semaine de folie à la Salle Colette Besson où se déroulaient les Internationaux de tennis de Rennes. Pour sa 13ème édition c’est le lituanien Ricardas Berankis qui s’est imposé. L’Open de Rennes, c’est une organisation au top, un tournoi ouvert à tous, des matchs à couper le souffle et des joueurs talentueux. Réactions d’après-matchs, photos et entretiens, voici le récit d’un tournoi remarquable.

Ricardas Berankis succède au Canadien Vasek Pospisil

Sérieux et impérial, Berankis n’aura quasiment pas tremblé, voire jamais. Aucun set concédé, aucun tie break, des matchs réglés en 2 sets. Finalement, le Lituanien de 28 ans aura pleinement mérité sa victoire à Rennes. Finaliste malheureux l’an passé, il n’a pas caché sa joie en zone presse “Je suis très heureux d’avoir gagné cette après-midi, je me sens bien dans mon jeu, tout va bien pour ma part. Si j’aime les tournois bretons ? On peut dire ça oui [rire] en tout cas depuis l’arrivée de mon nouveau coach, j’ai amélioré mon niveau de jeu. Maintenant l’objectif est de retourner dans le top 100”.

Surprise, confirmation et désillusion pour le clan tricolore

4 français en quart de finale, 2 français dans le dernier carré et un français en finale. Les frenchies ont très bien défendu leurs couleurs et leurs rangs. On a eu le droit à deux belles surprises du nom de Corentin Moutet et Antoine Hoang (respectivement tête de série numéro 15 et 14). Antoine Hoang, finaliste, n’a pas caché sa joie après sa victoire référence contre l’ancien 8e mondial Marcos Bagdhatis en quart de finale : “Ça me fait très plaisir, j’avais l’habitude de le voir à la télé et là je l’avais en face de moi [rire] après j’ai fait abstraction de tout ça et je suis rentré dans mon match”. Même sentiment après avoir éliminé son compatriote Corentin Moutet, jusque-là impérial. Malheureusement, la marche était bien trop haute pour l’originaire d’Hyères contre un Berankis de haut niveau “J’étais trop juste physiquement et Ricardas a joué intelligemment, la marche était trop haute aujourd’hui”.

Preuve que les ATP Challenger sont compliqués à manœuvrer, le tournoi Breton a perdu sa tête de série numéro 1 dès le premier tour. C’est Adrian Mannarino qui s’est incliné face à l’étoile montante du tennis autrichien Jurij Rodionov. Même scénario qu’il y a deux ans avec Jérémy Chardy sorti dès son entrée en lice par le russe Rublev. L’autre grande déception nous vient d’Avignon avec Benoît Paire. Le 61e mondial a déclaré forfait lors de la seconde manche, trop affecté par des raisons familiales. Une décision qui intervient au pire des moments puisqu’il nous avait confié la veille son envie de jouer “Je me sens bien, j’ai envie de jouer ! Je n’ai pas de pépin physique, tous les points sont bons à prendre et j’ai envie de gagner le tournoi […] le public breton a répondu présent et j’ai envie de leur rendre”.

En plus d’être un véritable showman avec ce tweener, on sentait un Benoît Paire confiant dans son jeu “J’ai essayé d’être dans la continuité de l’Open de d’Australie avec un très bon match contre Dominic Thiem, c’est pas passée loin d’ailleurs mais c’est de bon augure !”

Pour clore cette introspection tricolore, un mot sur Corentin Moutet, l’un des espoirs du tennis français. Un joueur au profil atypique, puissant, intelligent. Ce n’est pas le plus grand du circuit ATP, il casse un peu le profil type du tennisman professionnel. Pour les connaisseurs, on pourrait assimiler Moutet à l’Argentin Diego Schwartzman au niveau du style de jeu.

Rencontre avec Marc Gicquel, directeur sportif de l’Open

Nous avons échangé quelques mots avec le passionné Marc Gicquel, Lauréat en 2010 à Rennes, ancien joueur professionnel (ex-37ème mondial à l’ATP en 2008). Il officie notamment dans deux autres Open, dont celui de Brest. Il ne cache pas son amour pour le territoire breton “Je suis content d’être ici, je reste en contact avec le milieu sportif et je me sens bien ici en Bretagne, en plus on a une super équipe, on aime travailler ensemble et ça se voit je pense”. Son rôle à l’Open est primordial, il veille au bien-être des joueurs : “J’essaye de coordonner tout l’aspect sportif, je suis un peu comme le relais entre les joueurs et le tournoi”. Marc Gicquel nous a aussi donné son avis sur la saison 2019 des Français : “J’attends impatiemment le retour de Jo’ (Wilfried Tsonga), j’espère que Corentin Moutet va intégrer le top 100 cette année […] et sinon pour revenir sur Adrian (Mannarino), je ne me fais pas de souci, il a un jeu solide et de belle ressources”. Il a aussi tenu à féliciter Lucas Pouille qui a pour la première fois atteint les demi-finales d’un Grand Chelem.

Les étudiants rennais à l’honneur

Depuis 3 ans, l’Open s’ouvre aux jeunes avec un tournoi dédié aux étudiants rennais, avec pour les finalistes, un voyage à Marrakech et une finale sur le cours central. Romain, responsable événementiel de l’Open nous raconte fièrement la réussite de cet Open Étudiant : “Le gros plus cette année c’est le partenariat avec le Master Staps à Rennes 2, on est passée de 30 inscrits l’année dernière à 80 inscrits. Le but c’est de démocratiser l’événement et de rassembler toutes les populations”. Bien réfléchi, Romain imagine déjà la suite “On aimerait lancer par la suite des pré-qualifications en amont du tournoi, dans les différents campus, avec par exemple Rennes 1 contre Rennes 2, les Staps contre l’IAE (Ecole Universitaire de Management)”. Plus qu’un tournoi professionnel, l’Open envisage des nouvelles perspectives qui n’ont pas finies de nous impressionner.

L’Open de Rennes, un tournoi tremplin

“On veut que l’Open soit une plateforme d’expérimentation des savoirs” s’exclame Romain. Outre le budget et le lieu qui vont changer, l’Open est un outil sophistiqué qui est utile à tous. En passant des spectateurs, des organisateurs aux bénévoles, cet ATP Challenger profite à tout le monde et c’est bien cela la politique du tournoi. “On engage des stagiaires, on propose des formations avec l’IRSS (centre de formation aux métiers du sport) pour devenir coach, on offre des postes à responsabilité et notre but c’est de promouvoir l’événementiel”.

Le mot de la fin par Matthieu Blesteau, directeur du tournoi : “Un succès énorme, ça a même dépassé toutes nos espérances. On a explosé tous les compteurs donc forcément, très content. On a refusé plus de 500 personnes aujourd’hui cela prouve l’engouement du public breton et le besoin de déménager au Liberté l’année prochaine”.

Crédit photo : Rémy Chautard/Open de Rennes

Lire aussi : https://vl-media.fr/open-de-rennes-un-tournoi-qui-saffirme/

About author

Rédacteur web - Coordinateur de rédaction
Related posts
À la uneFrancePolitique

Un candidat des listes du RN se retire après avoir « infiltré » le parti

À la uneInternational

Un coiffeur pakistanais « allumé » vous coiffe au chalumeau et au hachoir

À la uneMode

La réouverture du Musée Yves Saint Laurent

À la uneSéries Tv

On a vu pour vous ... Evil, à la racine du Mal

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux