L’agence nationale du médicament (ANSM) a lancé mardi un « comité scientifique spécialisé temporaire » afin d’évaluer « la pertinence de développer en France l’utilisation thérapeutique du cannabis. » Mais dans quel cas pourrait-il être prescrit ?

Dans une tribune, publiée dans Le Parisien, un regroupement d’élus de tous bords et de médecins estimait que 300 000 personnes pourraient être concernées par le cannabis thérapeutique. Un médicament à base de cannabis est autorisé depuis 2014, le Sativex, pour soulager la douleur, mais il n’est pas commercialisé en France en raison d’un blocage sur le prix.

Les principaux concernés seraient les patients en chimiothérapie. Ce traitement contre le cancer provoque des troubles physiques qui seraient diminués par le cannabis. C’est également le cas pour les spasmes musculaires provoqués par la sclérose en plaque, ainsi que pour les douleurs chroniques. Le cannabis, par ses effets, peut calmer ces douleurs, selon des études jusque là interdites, réalisées aux Etats-Unis en 2017.

Le cannabis pourrait de plus s’avérer utile pour guérir les effets d’autres maladies. Des spécialistes de psychologie et d’addictologie estiment que le cannabis est une piste à suivre pour soigner la schizophrénie, le diabète, le glaucome… S’il ne soigne pas de lui même, il peut en atténuer les symptômes. Ainsi, il favorisera la sensation de faim, redonnant l’appétit à un malade contaminé par le sida.

Dans les trente pays où le cannabis à usage médical est autorisé, il est consommé de différentes façons. Il peut être fumé mais aussi vaporisé. Il y a aussi la possibilité de l’avaler par goutte, sans THC, donc sans les effets psychotropes.

Aucune étude n’a pour l’instant démontré que fumer du cannabis soignait une quelconque maladie. Mais à en croire les recherches américaines de 2017 et les signataires de la tribune du Parisien, il peut agir comme « béquille ». Dans certains cas, il accompagnera le traitement, dans d’autres il réduira les symptômes que subit le patient, notamment lorsque ceux-ci sont douloureux.

À​ ​lire​ ​aussi: Les intoxications au cannabis augmentent chez les enfants