Mercredi 24 août, l’écrivain Michel Butor, auteur de La Modification et figure majeure du Nouveau Roman, est décédé à l’âge de 89 ans en Haute-Savoie.

« Michel Butor était un écrivain inclassable », a réagi la ministre de la Culture Audrey Azoulay, dans un communiqué de presse au lendemain du décès de l’écrivain. Hier, mercredi 24 août, l’auteur de La Modification Michel Butor s’est éteint à l’âge de 89 ans, a annoncé sa famille au quotidien Le Monde. Grande figure du Nouveau Roman, il s’est éteint à l’hôpital de Contamine-sur-Arve en Haute-Savoie, près de son lieu de résidence.

Enseignement et premiers romans

Né le 14 septembre 1926 à Mons-en-Baroeul (Nord), Michel Butor, étudie la philosophie et les lettres, avant de mener une double carrière d’écrivain et de professeur. Il enseigne également beaucoup à l’étranger et notamment en Egypte, Angleterre, et Grèce et publie ses premiers romans Passage de Milan (1954) et L’Emploi du temps (prix Fénéon, 1956).

A lire aussi: Décès du poète français Yves Bonnefoy à l’âge de 93 ans

Prix Renaudot en 1957

En 1957, il obtient le Prix Renaudot pour La Modification. Roman emblématique de Michel Butor, il raconte un voyage Paris-Rome en train et présente la particularité d’être entièrement rédigé à la deuxième personne du pluriel.

Passionné de voyages, il se rend aux Etats-Unis, au Japon, en Australie, périples dont il s’inspirera dans son œuvre. En 1960, il rompt avec l’écriture romanesque. Il écrit alors Mobile (1962), ouvrage fait de collages qui traite de l’Amérique contemporaine, puis Boomerang (1978). Revenu à Paris, il enseigne les langues et la littérature françaises dans les universités de Vincennes, Nice, puis Genève.

Tentatives d’expérimentation

Dans les années 1990, il poursuit son travail d’expérimentation littéraire. En 1996, il rédige Le Gyroscope, dernier tome du cycle de cinq essais consacré à des sites géographiques et intitulé Le Génie du lieu, puis Répertoire littéraire qui réunit les analyses d’œuvres classiques françaises. Il étudie également les rêves dans Matière de rêves. En 2006, le Bibliothèque nationale de France (BNF) organise une rétrospective de son œuvre.

A lire aussi: Décès du chanteur Alan Vega, figure phare du punk

Grand prix de littérature de l’Académie française

En 2006, ses œuvres complètes en treize volumes commencent à être publiées par les éditions de la Différence. En 2013, il remporte le grand prix de littérature de l’Académie française qui le récompense pour l‘ensemble de son œuvre. Son dernier ouvrage, publié il y a quelques mois, évoquait la vie de Victor Hugo.

Crédits Photo à la Une : UPI / AFP