À la uneActualitéFranceSociété

DSK au cœur du procès du Carlton de Lille

Ce lundi 2 février s’ouvre le procès pour l’affaire du Carlton de Lille. En tête de liste des accusés Dominique Strauss-Kahn, ex-président du Fond monétaire international (FMI) mais également des seconds rôles qui ne manquent pas de saveurs : des avocats, des chirurgiens mais également un maquereau tout droit sorti d’un téléfilm policier de mauvais goût. Le procès devrait durer plusieurs semaines.

C’est un nouveau volet qui s’ouvre dans la tumultueuse aventure qui lie Dominique Strauss-Kahn aux affaires de déboires sexuels. Après la sulfureuse affaire du Sofitel américain, voilà désormais que débute le procès du moins prestigieux mais tout aussi éloquent hôtel Carlton de Lille.

Initialement mis en examen lors du 26 Mars 2012, l’ancien favori aux présidentielles de la même année était alors placé en garde à vue pour “proxénétisme aggravé en bande organisée”. Il aurait aidé, assisté ou bien protégé des faits de prostitutions.

C’est bel et bien les soupçons que soulevaient alors les policiers en charge de l’affaire. A l’époque, ce sont des gens qui n’ont apparemment pas grand-chose à voir avec l’élite de la classe politique française qui étaient alors mis sur écoute. Lors d’un appel intercepté par les enquêteurs au début des investigations entre René Kojfer, l’ancien chargé des relations publiques de l’hôtel et “Dodo la Saumure”, un tenancier de maison close longeant la frontière belgo-française, les deux individus parlaient déjà d’une ancienne “relation de travail” avec DSK.

Une filière internationale

Sous leurs airs de second rôle de série B, les “associés” ou du moins les fournisseurs de Dominique Strauss-Khan sont pourtant les tenanciers d’une filière bien sordide et difficilement décelable. Les filles venaient de partout et les écoutes très crues et vulgaires obtenues par les policiers en disent long sur l’acuité morale des deux compères.

Car si le commerce humain est un business aussi vieux que le monde, il faut bel et bien assurer une qualité et une diversité dans le produit lorsque l’on est le fournisseur d’une clientèle aisé aux besoins variés. C’est ainsi que “Dodo la Saumure” faisait remonter des filles d’Espagne, d’Ukraine mais on le savait également friand de “Black bien cochonne” (selon les écoutes).

dominique-alderweireld-dit-dodo-la-saumure_831696

Au final, les bénéficiaires de ces parties fines organisés partout à travers le globe (Paris, Lille mais aussi New-York, Madrid, Vienne ect) étaient des gens fortunés pour la plupart. Des avocats, des chirurgiens mais également le directeur d’une filiale du groupe de BTP, David Roquet et le responsable d’une société de matériel médical, Fabrice Paszkowski.

Aujourd’hui, l’accusation qui plane sur DSK est celle de “proxénétisme aggravé” qui lui évite donc un procès aux assises. Les écoutes et les investigations menées par les policiers ne laissent que très peu de place au doute vis-à-vis du savoir qu’avait alors DSK sur la nature des relations sexuelles entreprises lors de ces soirées libertines. Une défense axée sur “Je ne savais pas que c’était des prostituées” semble donc fortement compromise. Le procès devrait durer plusieurs semaines.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneActualitéFaits Divers

Nantes : le CHU condamné après le suicide d’une adolescente

À la uneActualitéInternational

Robert Downey Jr. en deuil après la mort de son assistant

À la uneActualité

Musée Grévin : une statue à l’effigie de Joe Biden fait son entrée

À la uneCulture

5 éléments pour comprendre … le mythe de Médusa

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux