À la uneActualitéFranceSociété

L’état d’urgence, encore prolongé de trois mois, s’éternise

état d'urgence

À la suite de l’attentat survenu hier 14 juillet à Nice, avec un camion ayant fait 84 victimes et 18 blessés graves, François Hollande a annoncé dans la nuit que l’état d’urgence serait prolongé de trois mois partout dans le pays. Promis à sa fin le 26 juillet, la mesure devient de moins en moins exceptionnelle, et pourrait encore durer.

Le 13 juillet, le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas confirmait que l’état d’urgence prendrait fin après le Tour de France, le 26 juillet prochain. Le garde des Sceaux estimait que le régime n’était pas assez efficace, au vu du faible nombre de perquisitions ayant débouché sur des mises en examen. Pourtant, la situation va encore se pérenniser, a annoncé le chef de l’État François Hollande en intervention télévisée dans la nuit du 14 au 15 juillet. Les perquisitions administratives seront réintégrées dans la prolongation de trois mois de l’état d’urgence. La  décision sera présentée mardi en Conseil des ministres extraordinaire, puis mercredi et jeudi au Parlement.

Dans “état d’urgence”, il y a “urgence”. Or, cette urgence dure depuis maintenant neuf mois. D’abord valable douze jours, il a été prorogé une première fois de trois mois, avant de continuer jusqu’au 26 juillet, a annoncé le Premier ministre Manuel Valls à l’Assemblée nationale le 19 mai. L’état d’urgence a pour principale mission de faciliter les perquisitions et arrestations en cas d’évènement grave. L’attentat commis hier à Nice va permettre dans les prochaines semaines d’en savoir rapidement davantage sur l’assaillant conducteur du camion et sur un éventuel réseau. L’attentat n’a pour le moment pas été revendiqué.

Des “armes de guerre” pour lutter davantage contre la “barbarie islamiste

Cette prolongation fait logiquement grincer des dents, son effet pervers étant une privation générale de certaines libertés. Au contraire, Éric Ciotti, président du conseil départemental des Alpes-Maritimes, acquiesce à cette prolongation, et demande un état d’urgence permanent. Les “contrôles aux frontières doivent être maintenus” également selon lui. L’Allemagne a à ce propos renforcé ses frontières avec la France. L’Azuréen appelle également à délaisser les outils juridiques et à préférer “les armes de la guerre” pour lutter contre la “barbarie islamiste“.

Sur Twitter, les réactions sont nombreuses pour déplorer la prorogation de l’état d’urgence :

 

Malgré sa longueur, l’état d’urgence actuel n’a pas été le plus long de la Cinquième République. Celui déclenché pour les violences en Nouvelle-Calédonie a duré deux ans, de 1984 à 1986. La menace terroriste est d’un genre nouveau et se renouvelle régulièrement, en plus d’être toujours plus meurtrière (selon CNN, il s’agit de l’attaque la plus meurtrière perpétrée par un individu seul). L’état d’urgence apparaît donc comme presque caduc aujourd’hui, en témoigne sa prolongation à laquelle ce régime finit par être inadapté.

Photo à la Une : POOL/REUTERS

Related posts
ActualitéBrèvesFaits DiversTendancesWorld

Naya Rivera, la balade qui tourne au drame

À la uneActualitéFrancePolitiqueSociété

Au cœur de Génération Identitaire

À la uneInternationalSanté

Covid 19 : La Californie referme tous ses cinémas et ses restaurants

À la uneActualitéPolitique

Présidentielles en Pologne : Andrzej Duda réélu

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux