Samuel Little, détenu américain de 78 ans a avoué avoir tué 90 personnes au cours de sa vie. Le FBI qui a d’ores et déjà confirmé sa responsabilité dans la mort de 34 personnes, continue de vérifier ses dires.

Le nombre de ses crimes pourrait bien faire entrer Samuel Little dans l’Histoire, comme l’un des tueurs en série les plus meurtriers des États-Unis. Alors que sa santé se dégrade, l’homme déjà emprisonné depuis plusieurs années s’est confié aux autorités. Il a avoué être impliqué dans la mort de 90 personnes. Des victimes qui étaient jusqu’ici passés inaperçus.

Le FBI est actuellement en train de vérifier les dires du condamné. Sa responsabilité est déjà prouvée dans la mort de 34 personnes. Un bilan qui devrait continuer de s’alourdir. Les proies du tueur en série : en majorité des femmes isolées et marginales, des prostituées ou des droguées. Toutes étaient issues des communautés noires et hispaniques.

Samuel Little tuait ses victimes par étranglement ou en les frappant à mort. Il laissait ensuite les corps dans une décharge, sur le bord d’une route ou en contre-bas d’une falaise.  L’absence de traces de coups de couteaux ou d’impact de balles classaient ces affaires comme des accidents ou des morts de causes naturelles.

Une « carrière » macabre

Actif entre les années 1970 et 2005 dans une quinzaine d’États, Samuel Little a été interpellé à plusieurs reprises pour des délits. Arrêté pour vols, enlèvements ou autres violences, son activité meurtrière n’a été suspectée qu’au début des années 1980 alors que deux jeunes femmes avaient disparu. Faute de preuves, il avait été remis en liberté.

C’est en 2012 que les forces de police ont établi sa responsabilité dans plusieurs affaires de meurtre. Son ADN l’a notamment impliquée dans la mort de trois femmes à Los Angeles entre 1987 et 1989. Condamné en 2014 à perpétuité, l’homme criait pourtant son innocence. Aujourd’hui gravement malade, son discours a radicalement changé.

 

A lire également :

Nouvelle preuve de la CIA dans le meurtre de Jamal Khashoggi

De la prison pour un ex-gérant de Quick