À la uneSéries Tv

Game of Thrones et la psychose du spoiler

Le retour sur les écrans de Game of Thrones, très commenté sur les réseaux sociaux, pose la question du spoiler – bête noire des fans de séries.

Vous n’avez pas pu y échapper : la saison 6 de Game of Thrones a été lancée au mois d’Avril et les épisodes sont disponibles en France sur OCS le lendemain de leur diffusion aux Etats-Unis. L’hiver vient et avec lui, son cortège de spoilers qui transforme les réseaux sociaux en champ de mines pour le spectateur, obligé de slalomer entre articles, tweets et publications Facebook pour éviter les révélations intempestives. Certes, le spoiler n’est pas l’apanage de Game of Thrones, mais le problème a atteint une dimension inédite, proche de l’hystérie collective…[youtube id=”hmeE-v_4P0c”]

Pour commencer, qu’est-ce qu’un spoiler ? Un spoiler (de l’anglais to spoil : gâcher) est, à la base, un élément (texte, image, etc.) qui dévoile une partie de l’intrigue d’une œuvre de fiction. Mais la définition est plus complexe qu’il n’y parait : où commence et où s’arrête le spoiler ? Le spoiler a-t-il une date de péremption ? Si je vous annonce qui est le père de Luke Skywalker dans La Guerre des Etoiles ou que je vous dis qui a tiré sur J.R . dans Dallas (final de la saison 3, diffusé en France en 1982), est-ce un spoiler ? Le naufrage du Titanic à la fin du film éponyme avec Leonardo DiCaprio (1997) ou le sort de Jules César dans la série Rome constituent-t-il des éléments susceptibles de prendre le public par surprise ? A travers ces exemples, on comprend bien que la notion de spoiler dépend de plusieurs facteurs : la place de l’œuvre dans la culture classique ou populaire, le temps écoulé depuis la diffusion ou parution, la notoriété de l’élément dévoilé…  

Bon sang, mais qui a tiré sur J.R. ?!!

Bon sang, mais qui a tiré sur J.R. ?!!

Le spoiler a toujours existé – croyez-en quelqu’un à qui on a nonchalamment communiqué l’identité de Kayzer Sauzé dans Usual Suspects. Le phénomène atteint toutefois son paroxysme, en raison de plusieurs facteurs. Et notamment l’expansion d’internet, qui offre l’accès aux sites de visionnage et de téléchargement (légaux ou non) et permet de regarder un épisode quasiment au moment de sa diffusion dans son pays d’origine. Espace mondial et globalisé, la toile est aussi un lieu où chacun peut s’exprimer, sans se priver de commenter la série qu’il vient de regarder et ici, le problème réside moins dans la présence inévitable de spoilers que dans la masse d’informations partagées, auxquelles il devient difficile d’échapper. Par ailleurs, le développement de plateformes telles que Netflix ou Amazon, qui mettent en ligne l’intégralité d’une saison au lieu de distiller les épisodes au compte-goutte suivant le rythme hebdomadaire traditionnel, complexifie encore la situation : désormais, chacun est libre de regarder sa série préférée comme il le souhaite – y compris en mode marathon, en visionnant toute la saison d’un coup – se mettant ainsi en position de spoiler ses petits camarades.

Au passage, soulignons que le spoiler n’enlève pas forcément son intérêt à un épisode. L’important n’est pas de savoir par exemple si Untel est mort, mais de voir de quelle manière sa disparition va agir sur l’histoire ou sur les autres personnages, et comment la série va utiliser ce rebondissement pour construire son intrigue. On connaît pertinemment le sort qu’Henry VIII réserve à Anne Boleyn, et ça ne nous empêche pas d’apprécier Les Tudors.
Pour autant, cette redéfinition de l’espace-temps, qui floute les frontières géographiques et temporelles, accentue la fracture entre le spectateur qui n’a pas encore vu l’épisode et qui fuit le spoiler comme la peste, et celui qui l’a vu et souhaite en parler. Pour le dire autrement, le spoiler pose la problématique du droit à l’ignorance face au droit au débat. Car on ne peut évidemment échanger à propos d’une histoire sans en évoquer les différents rebondissements, et une série est finalement une succession de péripéties et d’événements. Comment, dès lors, réconcilier ces deux points de vue, apparemment incompatibles ? Peut-être la convenance réside-t-elle tout simplement dans l’observance de quelques règles simples, mais pas toujours respectées – en particulier par certains sites internet, qui mettent à profit des titres racoleurs pour attirer l’internaute…  Aux auteurs de faire attention à ne rien dévoiler dans les titres de leurs articles ou de leurs messages («Le destin de  Machin» reste beaucoup plus sibyllin que «La mort de Machin »), à éviter les photos explicites, et à prévenir de la possible présence d’un spoiler. Quant au lecteur, il engage sa responsabilité quand il clique sur un lien renvoyant  vers une page ou une discussion clairement dédiée à un épisode qu’il n’a pas encore regardé. A chacun de faire un pas vers l’autre, en respectant le choix de préserver le suspense tout autant que l’envie de parler de ce qu’on a vu…

Pour le prochain qui me spoile Game of Thrones…

Pour le prochain qui me spoile Game of Thrones…

Mais bien qu’un modus vivendi acceptable soit ainsi possible, on n’est jamais à l’abri d’un spoiler fourbe: la photo d’un acteur sur un plateau (« Mais alors, il n’est pas mort ! ») ou l’annonce du tournage d’une nouvelle série («Mais s’il joue là-dedans, il quitte Game of Thrones ! ») sont tout aussi susceptibles de vous prendre en traître ! Prudent, le spectateur fait bien de garder à l’esprit que l’internet est sombre, et plein de spoilers…

Crédit photos : HBO / CBS

Related posts
À la uneFrancePolitique

Il y a 77 ans, Jean Moulin,figure de la Résistance, fut assassiné

À la uneCinémaCultureSéries Tv

Une série spin-off de The Batman débarque sur HBO Max

À la uneSociété

Affaire Adama Traoré : les juges ordonnent une nouvelle expertise confiée à des médecins belges

À la uneInsolite

Un homme passe 5 ans de trop en prison

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux