Covid19: Edouard Philippe annonce la prolongation du confinement jusqu’au 15 avril minimum. Le point sur l'évolution de l'épidémie.

À la uneActualitéÉtudiantFranceSociété

Grève nationale : Moments de tension à Bordeaux

En fin de matinée à Bordeaux, aux alentours de 11h, le mouvement de grève nationale principalement contre la réforme des retraites a débuté. La manifestation s’est dispersée vers 16h mais des appels à reconduire la grève ont été lancés par de nombreux syndicats et corps de métiers.

Une manifestation relativement calme malgré plusieurs heurts

Comme prévu, la manifestation est partie à 11h de la place de la République et s’est terminée aux Quinconces. Cependant, elle était d’abord divisée en deux : les étudiants ont d’abord manifesté place de la Victoire jusqu’à la Bourse du Travail. Ils sont ensuite revenus sur leurs pas et le cortège s’est enfin unifié.

Maëva Dumas / VL Media

À peine arrivés aux abords du Musée d’Aquitaine, les étudiants ont souhaité se diriger vers la place Pey Berland plutôt que de suivre le reste des manifestants cours Victor Hugo. Au bout de 20 minutes ils ont finalement rejoint le reste du cortège après quelques tensions avec les forces de l’ordre placées à quelques centaines de mètres d’eux.

Sur le chemin allant jusqu’à la place des Quinconces, la manifestation s’est déroulée dans le calme malgré quelques casses de la part de blacks bloc. Il y eut aussi quelques tensions rue Esprit-Des-Lois entre les forces de l’ordre et des manifestants mais le cortège atteint la célèbre place bordelaise sans soucis.

Black block détruisant un encadrement d’affichage publicitaire / Maëva Dumas, VL Media

C’est après 13h30 que les évènements se sont envenimés. À maintes reprises, une partie des manifestants s’est disputée la place des Quinconces avec la police. Des pierres furent d’abord jetées contre les CRS qui ripostèrent avec des grenades lacrymogènes et des tirs de LBD.

Une personne fut blessée à la jambe et une autre fit un malaise. Du côté de la police, la préfecture annonce “11 blessés légers”. De plus, les policiers ont réalisé 31 interpellations généralement dues à des dégradations de matériel urbain.

À voir aussi : Manifestations du 5 décembre : mi-journée en quelques chiffres https://vl-media.fr/manifestations-du-5-decembre-nos-images-et-ressentis/

Vers une convergence des luttes

Selon la préfecture, environ 20.000 personnes ont manifesté aujourd’hui alors que la CGT annonce entre 30.000 à 50.000 manifestants. Ce qui est certain cependant, c’est que la contestation contre la réforme des retraites a su regrouper des personnes de toutes catégories professionnelles et sociales différentes.

En plus des syndicats comme la CGT ou Solidaires, la FO (Force Ouvrière) et le NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste) étaient présents. Mais il y avait également une multitude d’étudiants, d’agents ferroviaires, de retraités, d’enseignants, d’hospitaliers, de pompiers, etc.

Tous se sont mobilisés contre cette réforme qu’ils jugent injuste et inégalitaire comme Kevin, manipulateur en électro-radiologie :

Mais ce n’est pas seulement la réforme des retraites dont il est question dans ce mouvement de grève. En effet, on retrouve des revendications déjà énoncées par les Gilets jaunes comme c’est le cas d’Antoine, retraité, qui reproche notamment au gouvernement la suppression de l’ISF :

Beaucoup de Gilets jaunes étaient d’ailleurs présents lors de la manifestation. Ils apportaient leur soutien aux corps de métiers faisant grève aujourd’hui. Et au delà le rejet de cette réforme, de nombreux manifestants demandés un changement bien plus radical comme l’exprime Marianne, 54 ans, lectrice et correctrice en édition ainsi que gilet jaune :

En effet, une grande partie des manifestants ont exprimé leur “ras-le-bol” du système politique actuel et de nombreuses fois le mot “Révolution !” fut scandé. Il s’exprimait également par des chants anticapitalistes et anti-police.

La grève reconduite jusqu’à lundi 9 décembre minimum

La manifestation s’est dissipée aux alentours de 16h mais une AG (Assemblée Générale) a lieu à 17h30 à l’intérieur de l’université Bordeaux 2 (place de la Victoire) pour définir le futur de cette grève.

Les enseignants girondins, dont 70% d’entre eux sont grévistes, ont annoncé la reconduite du mouvement jusqu’à lundi. Les agents ferroviaires, qui sont presque tous en grève en Gironde, ont exprimé la même volonté tout comme le personnel médical gréviste. Un postier a souligné que lui et ses collègues assuraient de tenir jusqu’à vendredi 6 décembre. Les étudiants sont quant à eux en grève jusqu’à lundi minimum et le blocage des universités Bordeaux 3 (Bordeaux-Montaigne) , Bordeaux 2 et Sciences Po continuent également demain à l’aube.

De plus, le rejet du système capitaliste et la volonté de faire la révolution a été chanté par les personnes présentes à l’AG. L’idée d’une grève illimitée a aussi été soutenu. En attendant les jours à venir, plusieurs personnes occupent actuellement l’université place de la Victoire en y dormant. Plusieurs manifestations sont prévus d’ici samedi 7 décembre.

À voir aussi : Blocus des lycées: Paris totalement immobilisé https://vl-media.fr/blocus-des-lycees-paris-totalement-immobilise/

About author

Maëva, 19 ans 🇫🇷 Journaliste VL Média Bordeaux
Related posts
À la uneActualitéInternationalPolitique

La Macédoine du Nord rejoint l'OTAN

À la une

Narendra Modi face aux musulmans : vers la fin d'une démocratie ?

À la uneSexe

Jouissance Club : une cartographie du plaisir

ActualitéMusique

Vendom, des soirées étudiantes à Fun Radio

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux