ActualitéFrance

High Tech et écolo, ce bateau débute un tour du monde de six ans

Energy Observer est le premier catamaran high-tech et écolo. Actuellement à quai en face de la tour Eiffel, le navire va débuter un tour du monde de six ans. L’objectif ? Tester les énergies du futur et boucler un tour du monde avec un bilan carbone nul.

Un bateau qui ne fonctionne qu’aux énergies renouvelables

Energy Observer, c’est le nom d’un catamaran high-tech qui s’apprête à débuter une odyssée de six ans. Le bateau sera propulsé à travers toutes les mers du monde grâce à l’hydrogène et aux énergies renouvelables. Le capitaine n’est autre que le navigateur Victorien Erussard et il est épaulé par l’explorateur-réalisateur, Jérôme Delafosse. Actuellement à quai en face de la Tour Eiffel, ce bateau a une histoire et se veut le promoteur des énergies propres partout dans le monde.

 

A l’origine, il s’agit d’un catamaran de course. En 1994, Peter Blake a remporté le Trophée Jules Vernes à son bord. Il a fallu pas moins de quatre années de travaux afin de le transformer. D’une taille de 30,5  mètres de long, le navire est conçu d’un ensemble de technologies. A son bord, 130 m² de panneaux photovoltaïques et deux éoliennes de 6,50 mètres de hauteur.

Un laboratoire des mers

On l’a compris, le voyage de ce catamaran se veut 100% propre. Et pour cela, de nombreuses technologies vont être testées. Des nouvelles énergies propres qui pour faire leurs preuves seront testées dans des conditions extrêmes. De nombreuses entreprises ont répondu présent afin d’élaborer ces prototypes. Par exemple, une aile volante géante de 50 mètres (inspirée de celle du kitesurf). En freinant le bateau, l’aile transformera le moteur en génératrice. L’hélice fournira de l’énergie comme une dynamo de vélo.

 

 

La vraie avancée, c’est qu’il sera aussi le premier bateau à hydrogène à faire un tour du monde. Il utilise l’eau de mer comme source de stockage d’énergie à long terme. L’eau est prélevée, désalinisée puis passée dans un électrolyseur qui va casser la molécule d’eau. Ceci étant fait, la molécule va se transformer en hydrogène et oxygène.

Un tour du monde de 101 escales

Pour les navigateurs, ce bateau est l’occasion de tester et d’améliorer ces énergies propres. Les panneaux photovoltaïques et les éoliennes, qui produisent l’électricité, pourront aussi être améliorés.

Durant ces six ans, l’équipage fera 101 escales. Ce tour du monde sans émissions de CO2 sera l’occasion pour eux de promouvoir ces énergies propres auprès des habitants, des industriels et des décideurs. Pour se faire, des rendez-vous ont été pris dans plusieurs pays.

 

 

Energy Observer partira de Paris à la mi-juillet. Il sera inauguré ce jeudi 6 juillet par le Ministre de la Transition Énergétique, Nicolas Hulot, ainsi que par la maire de Paris, Anne Hidalgo. Le navire fera ensuite un petit tour de France à Boulogne-sur-Mer, Cherbourg, Nantes et Bordeaux. Ensuite, il commencera sa tournée mondiale au service des énergies du futur.

 

About author

Stagiaire rédaction, passionné par la musique électronique, le théâtre et la danse.
Related posts
À la uneActualitéFootSport

Mercato : pourquoi le LOSC réalise un joli coup en signant Renato Sanches ?

À la uneActualitéFranceInternationalPolitiqueSociété

Un accord européen trouvé pour répartir les migrants de "L'Ocean Viking"

À la uneActualitéEconomieFranceModeSociété

« Fashion pact » : quand la tendance semble être au vert

À la uneActualitéCultureInternationalMusique

Algérie : plusieurs morts lors d'un concert du rappeur Soolking

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux