À la uneSport

Jeux Olympiques 2024 : quel est le rituel d’allumage de la flamme olympique ?

Flamme olympique

À 100 jours des Jeux olympiques de Paris 2024, le parcours de la flamme olympique est tout tracé. Ce mardi matin, une première étape a eu lieu, la cérémonie d’allumage s’est déroulée à Olympie en Grèce. 

Les Jeux Olympiques et paralympiques de Paris 2024 approchent à grands pas. Près de trois mois avant la parade fluviale prévue pour la cérémonie d’ouverture des JO, le flambeau de la flamme olympique est allumé ce mardi 16 avril, à 10h30, heure locale, à Olympie en Grèce. Tony Estanguet, président du comité d’organisation des JO et Thomas Bach, président du Comité international olympique, ont prononcé des discours avant que le rituel de l’allumage de la flamme ne commence. 

La flamme olympique : une tradition ancestrale

Organisée dans le sanctuaire d’Olympie, face aux ruines du temple d’Héra, la cérémonie d’allumage de la flamme olympique s’inspire du modèle antique.

D’ordinaire, c’est sans artifices que la flamme s’embrase dans une vasque. Dans le berceau des Jeux olympiques (là où sont nés les premiers Jeux il y a 2 800 ans) les rayons du soleil réfléchissent dans un miroir parabolique, dégageant une chaleur intense qui crée le feu lui-même. En raison du ciel nuageux, l’allumage traditionnel de la flamme a été remis en cause. Issue de la répétition générale, lundi, une flamme avait été conservée pour enflammer le flambeau officiel. 

Si Olympie accueillait les jeunes athlètes pour leurs premiers Jeux, la cérémonie est bien connue des Grecs. Entre les coureurs qui tournent autour de l’anneau du stade et les athlètes bénévoles qui prennent la pose de vases antiques, tout le monde s’adonne à la réussite de la cérémonie.

Rituel ou tradition, c’est certain, la cérémonie d’allumage de la flamme olympique est un retour aux sources pour les JO. 

D’un porteur à un autre

Une fois allumée, la Grande Prêtresse, incarnée par l’actrice grecque Mary Mina et vêtue d’une robe traditionnelle, brandit la flamme. Accompagnée d’une branche d’olivier, symbole de paix, elle est ensuite emmenée dans le stade antique pour être remise au premier porteur.

C’est Stefanos Douskos, champion olympique d’aviron à Tokyo en 2021, qui réalisera le premier relais et transmettra la torche olympique à Laure Manaudou, devant le monument consacré à Pierre de Coubertin, créateur des Jeux olympiques modernes. Championne de natation qui a su décrocher son premier titre olympique aux JO d’Athènes en 2004, elle est cette année la première porteuse française du flambeau. 

Un périple pour le flambeau olympique

Symbole des Jeux olympiques, le parcours de la flamme jusqu’à la ville hôte des JO est une tradition incontournable. Si la flamme a été allumée à Olympie, elle rejoindra par la suite Athènes avant de traverser la mer Méditerranée à bord du navire “Belem”, un trois-mâts reconverti en navire école appartenant à la marine française.

Le 08 mai 2024, signera le début de l’épopée française pour le flambeau olympique. C’est depuis la cité phocéenne que la flamme entamera la dernière étape de son voyage. De Marseille, elle traversera tout l’hexagone, passant par les Antilles et la Polynésie française, afin d’arriver à Paris le 26 juillet pour la cérémonie d’ouverture. 

La flamme, élément sacré en Grèce antique, incarne tant les symboles de paix et d’amitié, mais sert également de lien entre les Jeux de l’Antiquité et les Jeux modernes.

A lire aussi : JO 2024 : Comment sera gérée la billetterie ?

About author

Journaliste
Related posts
À la uneInternational

D'où vient le slogan "All Eyes on Rafah" ?

ActualitéSportTennis

5 champions ou championnes de tennis qui n’ont jamais gagné Roland-Garros

À la uneFranceMédias

Inès Reg : pourquoi le tournage d'un unitaire pour TF1 a été suspendu ?

À la uneFoot

Analyse des favoris de l'Euro 2024 : qui sont les équipes à surveiller ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux