Un texte de loi actuellement à l’étude au Parlement islandais pourrait bientôt punir quiconque pratique l’acte de circoncision, avec un objectif autre que médical. La circoncision serait en effet contraire à la Convention des Nations Unies sur les droits de l’enfant.

Toute personne pratiquant l’acte de circoncision pour des raisons non-médicales sera bientôt punie de six ans de prison, si le texte est finalement adopté par le Parlement islandais.

Une loi qui suscite la controverse

Ce projet de texte a créé une polémique, notamment au sein des différentes confessions religieuses. Proposé par 4 partis politiques islandais du centre et de la gauche, représentant 46% des 63 sièges du parlement, le texte propose plus particulièrement d’interdire cet acte à motifs religieux pour les garçons de moins de 18 ans. L’objectif : permettre que l’acte de circoncision soit pratiqué seulement par des garçon de 18 ans et plus. De cette manière, les législateurs veulent s’assurer que les personnes subissant une telle opération comprennent réellement la portée de cet acte.

islande

Le parlement islandais et ses 63 sièges

Cette initiative politique de l’Islande fait craindre les communautés judaïques et musulmanes qu’une telle loi soit adoptée dans d’autres pays européens. Les autorités religieuses européennes regardent donc cette nouvelle loi islandaise d’un très mauvais oeil: « Criminaliser la circoncision est une mesure très grave, qui soulève une profonde inquiétude » déclare le cardinal Reinhard Marx.

À lire aussi: L’Islande, premier pays à imposer l’égalité salariale hommes-femmes