À la uneFranceSanté

La France compte (enfin ?) accélérer sa campagne de vaccination

La campagne de vaccination “démarrera vraiment cette semaine”, a indiqué Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement. Après de nombreuses réactions face à la lenteur de la vaccination, la France souhaite accélérer sa campagne.

Un scandale d’État“, selon le président de la région Grand-Est, ou encore “un rythme de promenade de famille“, pour Emmanuel Macron… La lenteur de la campagne de vaccination émet de nombreuses critiques. La France est en retard par rapport à ses voisins européens. Tandis que l’Allemagne enregistre déjà plus de 188 000 personnes vaccinées, la France compte seulement 516 doses administrées. Contre cette “lenteur injustifiée“, le président de la République s’est engagé, lors de ses voeux le 31 décembre, à accélérer le processus. Pour cela, 500 000 doses du vaccin seront acheminées chaque début de semaine.

La création de centres de vaccination

Olivier Véran, ministre de la santé, a promis d’ouvrir des centres de vaccination pour les personnes âgées, “avant début février“. “Ce ne seront pas des ‘vaccinodromes’ géants nécessitant des kilomètres de déplacement mais, à terme, des lieux en grande proximité dans nos communes“, précise Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement. Pour le moment, les médecins généralistes administrent ce vaccin. Pour élargir la campagne, le gouvernement réfléchi également à intégrer les pharmacies dans le processus de vaccination.

Les vaccins déjà disponibles pour les soignants de plus de 50 ans

L’agenda pour la vaccination s’accélère. Un mois plus tôt que prévu, les professionnels de santé de 50 ans et plus pourront désormais se faire vacciner. Certains auraient déjà reçu une première dose ce week-end. Mercredi, 94 établissements auront accès à 500 000 doses de vaccin pour les soignants.

Une période de rétractation trop longue ?

L’académie de médecine demande au gouvernement de “simplifier et raccourcir autant que possible les procédures de vaccination dans les Ephad et établissements assimilés”. En France, le vaccin n’est pas obligatoire. Pour assurer le consentement de chacun, il existe des consultations avant l’administration du vaccin. Le délai de rétractation de plusieurs jours doit être pris en compte. Une perte de temps selon certains médecins. “Il faut un accord de la personne. Mais il n’a jamais été demandé qu’il y ait cette lenteur et ce temps“, explique la présidente de la commission technique des vaccinations au sein de la Haute autorité de santé (HAS).

Un million de personnes vaccinées d’ici fin janvier ?

Avec un peu plus de deux millions de doses disponibles, Gabriel Attal a affirmé que l’objectif de vacciner un million de français sera tenu pour la fin du mois de janvier. Mais selon l’outil CovidTracker, il faudrait que 35.000 personnes se fassent vacciner chaque jour. Gabriel Attal rappelle que la campagne de vaccination ne fait que commencer. “On ne juge pas une campagne de vaccination qui va durer six mois en six jours”. Le gouvernement a pris conscience de son retard. Une réunion dédiée à la campagne de vaccination se tiendra ce lundi à 17h à l’Élysée, pour réfléchir à de nouvelles mesures.

About author

Journaliste
Related posts
À la uneSéries Tv

Culte | On a revu ... La croisière s'amuse accostait sur nos écrans (ABC)

À la uneInternational

22 mineurs coincés sous terre en Chine pour au moins 15 jours

À la uneBrèvesSport

Zinédine Zidane testé positif à la Covid-19

À la uneInsoliteInternational

Bernie Sanders victime de l'imagination des internautes

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux