À la uneActualitéInternational

La Turquie se retire d’une convention contre les violences faites aux femmes

La Turquie vient officiellement de se retirer de la Convention d’Istanbul. Signée par des pays du monde entier, elle vise à prévenir les violences, engager des poursuites judiciaires et à promouvoir l’égalité. Des manifestations sont prévues dans tout le pays.

Ce jeudi 1er juillet est une date clé dans la radicalisation de la politique d’Erdogan. La Turquie vient en effet de sortir d’une Convention internationale contre les violences faites aux femmes. Cette décision a provoqué la colère d’un grand nombre de personnes dans le pays et hors de ses frontières.

La Convention d’Istanbul a été mise en place en 2011. Ratifiée dans la plus grande ville turque, elle vise alors à prévenir et pénaliser le plus possible les violences domestiques à l’égard des femmes tout en promouvant l’égalité. Les viols conjugaux mais aussi la mutilation génitale féminine sont au cœur de ce que la Convention veut combattre.

Une décision plus que conservatrice

Le président Recep Tayyip Erdogan avait déjà annoncé en mars dernier sa volonté de se retirer de la Convention. En effet, de nombreux conservateurs du Parti de la justice et du développement (AKP) ont estimé qu’elle portait atteinte aux structures familiales. Le parti du président a même justifié un lien avec la promotion de l’homosexualité dans le texte.

« Le retrait de notre pays de la convention ne va pas entraîner une lacune juridique ou pratique dans la prévention des violences contre les femmes« , ont cependant avoué les services d’Erdogan dans un communiqué. Cela ne suffit cependant pas à calmer la colère de bon nombre de Turcs. Ceux-ci manifestent déjà depuis plusieurs mois contre cette mesure.

Des appels à la manifestation dans le pays et ailleurs

« Nous allons continuer notre lutte« , a déclaré Canan Gullu, présidente de la Fédération des associations des femmes turques. Des milliers de manifestants sont alors attendus ce jeudi pour manifester leur opposition. Une cour d’appel a par ailleurs déjà rejeté un recours destiné à suspendre le retrait de la Turquie de la convention. 

« Le retrait honteux de la Turquie de la Convention d’Istanbul, qui prend effet jeudi 1er juillet, exposera des millions de femmes et de filles à un risque accru de violence. » écrit de son côté l’association Amnesty International

A lire aussi : Le Parlement européen sanctionne Thierry Mariani pour « fausses missions d’observations électorales »

About author

Rédacteur VL Média et étudiant à l'École d'Histoire de La Sorbonne.
Related posts
À la uneInternational

“Turbulences extrêmes” : que s’est-il passé à bord du vol Londres - Singapour ?

À la uneMusique

"Le goût des choses" : Anne Sila sort son nouveau single

ActualitéFrancePolitique

Européennes 2024 : sur quels sujets les députés européens agissent dans la vie quotidienne ?

ActualitéVoyages

Que voir en Égypte pendant les vacances ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux