À la uneCulture

Le 4 juillet en trois dates

Assez peu d’événements historiques majeurs se sont déroulés un 4 juillet. Voila tout de même trois épisodes emblématiques qui ont eu lieu à cette date.

4 juillet 362 (avant J.C)

La bataille de Leuctres (-371) conduit le monde grec à remettre en cause la toute-puissance hégémonique de Sparte. Les armées du roi spartiate Cléombrote Ier ont, effectivement, chuté face aux Thébains d’Epaminondas. Le béotarque a fait preuve d’un sens de la tactique aiguisé et novateur pour vaincre. Cette bataille fait non seulement évoluer les mentalités grecques mais conduit aussi à la création de la Ligue Arcadienne. Cette alliance de cités-états du Péloponnèse se forme autour de Thèbes. La cité de Mantinée quitte ensuite la ligue qu’elle attaque. Mise à mal par les armées d’Epaminondas, elle demande du renfort à Sparte. Thèbes et Sparte vont ainsi de nouveau se confronter.

Scène représentant la mort d’Epaminondas
@Royal Museums of Fine Arts of Belgium

La bataille a lieu dans la plaine de Mantinée le 4 juillet 362 (avant J.C). Supérieurs en nombres, les arcadiens utilisent de nouveau la tactique de Leuctres. Epaminondas mène personnellement ses troupes en longues colonnes d’hoplites et s’attaque aux flancs adverses. Rapidement, les lignes de Sparte et ses alliés sont enfoncées. L’aile droite plie et l’alliance Sparte-Athènes-Mantinée bat en retraite après avoir subi de lourdes pertes. Néanmoins, alors que la bataille semble gagnée, Epaminondas est touché mortellement. Les arcadiens désemparés et démoralisés n’exploitent alors pas la victoire qui se dessinaient et se replient à leur tour. Iolaidas et Daiphantus, dauphins désignés périssent également. Malgré cette (presque) victoire, Thèbes demande la paix et son hégémonie sur la Grèce continentale s’achève. Elle sera définitivement brisée par l’invasion macédonienne quelques années plus tard.

4 juillet 1776

En 1756 débute la guerre de Sept ans sur le continent européen. Les Britanniques finissent par l’emporter. En contrepartie, ils obtiennent notamment les colonies françaises du continent américain. Toutefois, la couronne est déstabilisée par une grave crise financière. Pour la résoudre, elle compte faire payer les colonies d’Amérique. La goutte d’eau qui fait déborder le vase chez les colons américains qui n’apprécie pas non plus de ne pas être représentés au parlement. Une insurrection commence alors. Désorganisée, elle est habilement contenue par les Anglais. Toutefois, Georges Washington prend la tête de la rébellion et organise son armée. Les colons, appelés Whigs (pas encore américains), s’organisent pour gagner leur liberté. Commence alors la guerre d’Indépendance en 1775.

Les Britanniques continuent de remporter les victoires sur l’armée rebelle malgré sa résilience. Toutefois, le 4 juillet 1776, cette armée et toute une nation vont se donner une véritable identité. Ainsi, les colons adoptent la Déclaration d’indépendance des États-Unis qui crée d’un point de vue institutionnel une entité différenciée de la Grande-Bretagne. Cet événement va, de manière assez surprenante, marquer le tournant de la guerre. Dès l’année suivante, les américains remportent leur première victoire contre les armées britanniques à Trenton. Les puissances européennes, dont la France, finiront par s’en mêler, changeant ainsi irrémédiablement l’âme et l’équilibre du conflit jusqu’à la victoire américaine.

4 juillet 1987

Le 4 juillet 1987, à la suite d’un long procès qui a déchaîné les passions, Klaus Barbie est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. Jugé par la Cour d’Assises du Rhône, le “boucher de Lyon” est reconnu coupable des 17 crimes contre l’humanité dont il était accusé. Incarcéré au Fort Montluc, il y moura le 25 septembre 1991. Le procès a soulevé de véritables débats et surtout rappelé de douloureux souvenirs.

Procès de Klaus Barbie
@PHOTOPQR/LE PROGRES

Pour bien comprendre les implications de ce procès, il faut revenir sur la vie de Barbie. Membre de la SS et du parti nazi, il a joué un rôle central dans l’entreprise d’extermination et d’annihilation mise en place par Hitler. De 1940 à 1942, il dirige les rafles de juifs à Amsterdam (Pays-Bas). Il est ensuite nommé commandement de la section chargée de la recherche, de la répression et de la lutte contre la Résistance à Lyon, où il laissera un souvenir macabre. Sa férocité lui vaut le surnom de “boucher de Lyon”. En plus de la déportation de juifs et de nombreux résistants, il est à l’origine de la capture puis du décès de Jean Moulin en 1943. Entre exécutions collectives, tortures à mort, déportations et autres crimes, il cause la mort directement de plus de 7000 personnes (arrestation de 10000 autres).

Après la fin de la Guerre, en fuite, il parviendra pendant de nombreuses années à échapper à la justice. Il sera finalement expulsé vers l’Europe par le gouvernement bolivien en 1983, ce qui conduira à son procès.

Related posts
À la uneBrèvesMusiqueSéries Tv

Le monde de demain : Arte va lancer une série sur les débuts de NTM

À la uneTurf

Arc Trials : ultimes préparatoires pour le Qatar Prix de l'Arc de Triomphe

À la uneSéries Tv

On a vu pour vous ... La part du soupçon, avec Kad Merad (TF1)

À la uneTout Pour Réussir

Grégoire Potton : « Le foot et la politique sont de vraies addictions ! »

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux
Worth reading...
Thiago Mendes (LOSC) officiellement joueur de l’Olympique Lyonnais