À la uneActualitéCultureEconomieFestivalFranceMusique

Le Coronavirus met en danger les festivals : vers une cascade d’annulation ?

Beaucoup d’interrogations règnent aujourd’hui sur l’annulation des grands rassemblements cet été, notamment des festivals de musique. Alors que certains ont déjà pris leur décision à leur échelle, d’autres attendent les directives générales qui seront probablement annoncées ce soir par le chef de l’État.

Ce soir, à 20 heures, Macron prendra la parole pour exposer les prochaines mesures qui seront mises en œuvre pour lutter contre la pandémie. Une allocution très attendue, qui déterminera certainement l’avenir des festivals de musique pour la saison.

A lire aussi : Emmanuel Macron attendu au tournant

Le festival Solidays annulé

Certains festivals de musique ont pris les devants par eux-mêmes. C’est le cas de Solidays, originellement prévus en juin à Paris. Ce festival organisé par l’association Solidarité Sida a à cœur de garantir une sécurité sanitaire optimale. Il est donc impossible de proposer une édition 2020 qui aura lieu en juin comme prévu. L’association a également affirmé que le report envisagé pour septembre n’aura pas lieu en raison de « trop nombreuses incertitudes qui subsistaient. »

La situation est particulière, car l’annulation du festival conduira à un manque à gagner de plus de 3 milliards d’euros pour l’association, qu’elle destine à des programmes d’aides aux malades à travers le monde. Ainsi, elle appelle à ceux qui le peuvent de soutenir la cause et de ne pas demander de remboursement. L’argent retenu sera d’autant plus utile alors que le COVID-19 risque de se propager dans des pays précaires qui pourront difficilement faire face à la pandémie, notamment en Afrique.

Ces autres festivals qui n’auront pas lieu cette année

Bien qu’une directive globale pour ou contre le maintien des grands rassemblements de cet été ne soit pas encore annoncée, d’autres festivals ont déjà été contraints de renoncer à la saison 2020. Le Hellfest, festival de métal principalement, à Clisson (Loire-Atlantique), devait initialement avoir lieu en juin également. L’édition 2020 est donc simplement reporté à l’année prochaine. Enfin, ce sont encore tous les artistes programmés au Printemps de Bourges, au Printemps de la Grange à Evian-les-Bains et à Lollapalooza Paris qui ont dû renoncer à leur prestation pour cause d’annulation.

Encore un espoir ?

Pour les autres festivals, ils ne se sont pas prononcés et attendent les mesures qui seront annoncées ce soir par le Président de la République. De cette allocution dépendra leur maintien ou non-maintien. Les dates de beaucoup de ces événements ont déjà été déplacées à plus tard dans la saison. C’est le cas des Petites Folies reportées du 28 au 30 août, des Nuits Sonores décalées du 22 au 26 juillet, des Papillons de Nuit qui auront lieu du 21 au 23 août ou encore du Festival Jazz à Saint-Germain-des-Prés reprogrammé en octobre (dates à préciser). Les autres grands festivals de la scène musicale française sont donc pour le moment maintenus à leur date d’origine.

Assurances : risque de difficultés financières pour les festivals

Les organisateurs des festivals tout comme les assureurs pour ces grands événements seront pendus aux lèvres d’Emmanuel Macron lors de son discours de ce soir. Certains festivals devront probablement affronter un énorme trou financier. En cas de décret ordonné par le gouvernement contre le maintien des grands rassemblements, ceux qui ont souscrit une assurance annulation seront peut-être sauvés des risques budgétaires.

Cependant, certaines assurances ont déjà livré leur inquiétude quant aux possibilités de remboursement des frais accumulés. Cette crise d’envergure très importante va en effet mettre les assurances en grande difficulté. La compagnie d’assurance du Hellfest s’est déjà montrée défavorable à un remboursement des frais, le risque lié à une pandémie étant selon elle exclu du contrat d’assurance annulation. On espère donc que le ministère de la culture trouvera une solution adaptée à la situation si particulière.

Si le chef d’État ne se prononce pas en faveur d’une annulation de ces événements, une annulation non-ordonnée par les instances supérieures ne pourra vraisemblablement pas donner lieu à un remboursement.

Related posts
À la uneCultureSpectacles

« La situation ne me pousse pas à arrêter le théâtre, bien au contraire », entretien avec Daniel Pierson

À la uneBrèvesPop & GeekSéries Tv

Assassin's Creed : des séries en développement pour Netflix

À la uneInternational

5 éléments pour comprendre... le fonctionnement de la Cour Suprême des Etats-Unis

À la uneSéries Tv

La Flamme : mais d'où vient la "Jean Guile" ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux