ActualitéCultureMusique

Le POV du NAME Festival

Les 2 et 3 Octobre ont eu lieu le Name Festival à Lomme. Retour sur notre samedi soir.

Sortis du boulot, on enlève le costard dans la voiture et on mange un sandwich aux rillettes sur une aire d’autoroute. Arrivée à Lomme, dont on ne retiendra que l’église, le distributeur et la horde de lillois qu’on suit pour arriver au MIN. Super lieu, avec une petite roulotte et des palettes dehors et deux salles qui communiquent entre elles.

On arrive vers minuit/minuit 30, et après avoir fumé une clope devant la roulotte techno, on part pour la salle 2 pour voir le live d’Audion. C’était assez violent.

On décale vers 1h moins le quart, on se pose dehors (btw on n’a jamais mis aussi peu de temps à accéder aux chiottes dans un festival, bonus positif). On arrive dans la salle 25 minutes avant le début du set de Tale of us. Quand les deux arrivent, tout le monde est déjà ultra chaud. Ca envoie des basses, mais y’a de bons passages mélodieux, et nous, calés au milieu de la salle, entre les poteaux, on profite. Néanmoins, au bout d’une heure / une heure et demie, on a l’impression qu’ils ont un peu épuisé ce côté “on fait de la techno mais y’a des mélodies, voyez on coupe les basses, etc.”. Cela dit, ça reste de la musique très correcte et on n’a pas arrêté de danser du début à la fin.

Vers 4h, un peu avant la fin de Tale of us, on sort prendre l’air et on reste un moment à leur fanfafe techno. C’est très sympa, tu peux sortir fumer une clope et prendre l’air et ne par t’arrêter de danser. Pendant ce temps dans la salle 2, ça tabasse dur avec Marcel Dettmann (qui, de ce qu’on en a entendu, n’a pas été incroyable ; pour l’avoir vu deux semaines auparavant à Saint-Denis et cet été au Weather, ou bien c’est nous qui nous lassons ou bien c’était la même chose en moins bien).

Du coup on décale voir Mano le Tough, et là pour nous c’est la plus grosse claque de la soirée. Les visuels étaient excellents, et pour nous qui avons plutôt l’habitude de regarder dans le vide, on n’a pas décroché les yeux de l’écran. Ca, plus la vraie trame dans le set, on avait vraiment l’impression d’écouter une histoire qui se déroulait. On n’a pas décollé de la scène, et on s’est retrouvés vraiment déçus à la fin de son set en se rendant compte que la soirée était terminée. Un petit passage dehors devant la roulotte, pour prolonger un peu le truc, et on rentre à la voiture, à côté de l’église qu’on a quitté 7h plus tôt.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
La Loi des SériesMusiqueThe Générique TV Show

The Générique - TV Show : Herbert Léonard (Châteauvallon) | La loi des séries #585

À la uneCultureMédias

Tu te souviens… du Morning Live ?

ActualitéCinémaCôte d’AzurCulture

10 dates marquantes dans l’histoire du Festival de Cannes

ActualitéVoyages

Destination de rêve : Four Seasons Hotel Megève

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux