À la uneActualitéCôte d’AzurFootSport

Ligue 1: Le LOSC coule, l’OM sort la tête de l’eau

LOSC

L’OM respire lors de cette 11ème journée de Ligue 1. Les Olympiens se sont imposés 2 à 1 au Stade Pierre Mauroy grâce à Batshuayi et Alessandrini. Corchia a réduit la marque pour le LOSC.

Dans la sphère footballistique, il est de coutume de dire que les matchs se suivent et se ressemblent cette saison pour l’OM. Le manque d’impact, d’intensité, d’envie, de jeu, de précision dans les tirs et passes, de rapidité dans les transitions et transmissions de balle et parfois même d’humilité font que les Phocéens stagnent au classement et offrent le plus souvent de piètres performances, bien loin du “football total” orchestré par Bielsa. L’équipe a du mal à se sortir de sa torpeur récurrente et se fait souvent rejoindre au score après avoir ouvert la marque. Les occasions ne manquent pas mais le réalisme fait, très souvent, défaut.

Cette fois-ci, l’OM a souffert, énormément même. Michel, intenable dans sa zone technique, a cru voir son palpitant s’arrêter à de nombreuses reprises mais l’essentiel est bien là. L’OM retrouve le sourire et s’impose enfin face au LOSC, après une dernière victoire mi-septembre.

Une réaction quasi vitale

Après le coup de gueule poussé par Vincent Labrune suite à la défaite à Braga (3-2) en Ligue Europa, les Marseillais ont enfin décidé de mettre en pratique une expression très souvent utilisée par les supporters du Vélodrome pour haranguer ses joueurs : ils se sont sortis les doigts du cul. Si cette expression quelque peu triviale est évidemment au figuré, la mise en pratique, quant à elle, est bien au sens propre. L’OM a enfin réussi à retrouver un élément essentiel pour retrouver les filets et le chemin de la victoire : le réalisme. Sur une sublime louche de l’extérieur à l’entrée de la surface, Lucas Silva dépose le ballon sur le pied d’Alessandrini qui touche le poteau de Vincent Enyeama. Tel un renard des surfaces, Batshuayi se retrouve au bon endroit au bon moment, marque son 8e but de la saison et ouvre la marque pour l’OM après une domination du LOSC.

LOSC

Romain Alessandrini est l’auteur d’un but somptueux, qui a permis à son club de s’imposer.

Le Belge n’est pas qu’une machine à marquer, il sait aussi délivrer des passes décisives. Sur une contre-attaque de Cabella, Batshuayi temporise dans la surface et attend du soutien. Il voit N’koudou dédoubler côté gauche mais préfère la décaler à l’entrée de la surface pour Romain Alessandrini. Le Marseillais, natif du quartier des Chartreux, enroule du pied gauche un bijou qui va se loger dans la lucarne du gardien nigérian, totalement impuissant. “Batsman” aurait même dû bénéficier d’un pénalty peu après l’heure de jeu après avoir été irrégulièrement dépossédé du ballon, poussé par Meïte. Avec un esprit d’équipe retrouvé, l’OM peut se remettre au travail sereinement cette semaine.

Le LOSC s’enfonce

Fait rare à signaler, c’est l’une des seules fois de la saison où l’OM n’a pas eu l’apanage de la possession de balle. Pourtant, le LOSC n’a pas su en profiter. La plus belle occasion est quand même à mettre à l’actif des Dogues avec le coup-franc de Sofiane Boufal qui flirte avec le poteau (35e). Mais aucun tir n’est cadré durant cette première période pour le LOSC et il faut attendre la 49e pour voir Balmont cadrer une première frappe. C’est trop peu pour espérer tromper un Mandanda en grande forme, sans doute libéré après avoir assumé publiquement la défaite face aux Portugais jeudi soir. Les Lillois continuent leur descente aux enfers. Le manque de réalisme est aussi très présent mais, contrairement à l’OM, le LOSC marque très peu. 10 buts avant, cette rencontre et il a fallu que ce soit un défenseur, en la personne de Corchia, qui réduise la marque. Même si cela a permis au LOSC de se réveiller, ce but est plus qu’honorifique, tant l’apport offensif lillois est famélique. Le front de l’attaque doit faire face à l’inexpérience de sa jeunesse, mais aussi au manque d’automatismes puisque ce trio d’attaque a très peu évolué ensemble. Pour son premier match cette saison en tant que titulaire, la prestation de Marvin Martin a été passable mais bien en deçà de ce que l’on attend de lui. A l’instar de l’OM, le besoin de points se fait de plus en plus pressant et il va falloir réagir très vite.

Si cette victoire permet aux Marseillais de se rasséréner, ne serait-ce que temporairement, l’équipe est encore très fragile. Si les victoires suivent, les automatismes vont s’ensuivre. Mais attention à ne pas revivre les mêmes semaines qui ont suivi le match de Troyes, censé lancer la saison olympienne.

Julien HOLTZER

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
ActualitéCinémaCulture

10 dates clés dans la carrière d’Alain Delon

À la uneCultureSéries Tv

L’été où je suis devenue jolie : quelle saga de livres est derrière la série de l’été d’Amazon ?

À la uneEconomieFranceSociété

Fin des 38 euros en tickets-restaurant : qu'est-ce que ça change ?

À la uneHistoireInternational

C’est qui Josef Schütz, le plus vieil accusé de crimes nazis condamné par la justice allemande ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux