À la uneActualitéFranceSantéSociété

Les aliments ultra-transformés auraient un impact sur la mortalité

C’est une étude française publiée ce lundi dans la revue Jama Internal Medicine qui le prouve ! La consommation de produits alimentaires modifiés entraînerait bel et bien une augmentation du nombre de décès.

Les chiffres partagés par l’association médicale américaine ont de quoi inquiéter… Durant neuf années, 44 551 Français de plus de 45 ans ont participé à cette étude en ligne (NutriNet-Santé) en partageant leurs habitudes alimentaires. Ces personnes, composées à 73% de femmes, indiquaient sur plusieurs périodes de 24 heures ce qu’elles avaient mangé et bu. En analysant les statistiques des volontaires, l’équipe de recherche a abouti à des résultats assez préoccupants…

Plats préparés, nuggets, céréales, biscuits… Ces aliments ultra-transformés font partie du quotidien des participants : ils représentent 14,4% des produits qu’ils consomment et 29% de leur apport énergétique total. Après sept ans d’étude, les chercheurs ont constaté le décès de 602 personnes sondées dont 219 par cancer. Dès lors, un lien entre mortalité et nourriture modifiée est établi.

Une hausse de 10% de la proportion d’aliments ultra-transformés dans notre alimentation corrélerait avec une augmentation de 14 % de la mortalité. Ces pourcentages peuvent faire peur mais restent à prendre avec des pincettes. Selon Mathilde Touvier, directrice de l’EREN (Équipe de Recherche en Épidémiologie Nutritionnelle), qui s’est exprimée auprès de l’AFP, il « ne faut pas être alarmiste […] et dire qu’en mangeant un plat préparé on a un risque supplémentaire de 15% de mourir ». L’objectif est donc de s’efforcer à rendre la consommation des produits concernés plus exceptionnelle. Le docteur Touvier voit en tout cas cette étude comme « une pierre de plus à l’édifice », s’inscrivant ainsi dans la lignée d’autres qui « observent un lien entre ces aliments ultratransformés et les risques sur la santé ».

Quelle est donc l’origine de ces observations ?

La principale menace seraient les additifs trop souvent présents en grande quantité. Les plats à réchauffer contiennent également un joli cocktail d’émulsifiants, de texturants et de colorants généralement déconseillés pour notre alimentation. Il ne faut pas non plus oublier que ces aliments connaissent un certain nombre d’étapes avant de se retrouver dans nos assiettes, notamment un passage par des chauffages à haute température qui les transforme totalement.

Mais s’il faut bien retenir une chose de cette étude, c’est que, même si les conclusions faites par les chercheurs démontrent qu’effectivement un lien existe, le questionnaire auquel ont répondu les participants n’est pas fiable à 100%. Ces derniers peuvent être plus ou moins précis dans leurs réponses, rendant parfois certaines observations inexactes.

Related posts
À la uneBrèves

Uber lance Uber Pet pour voyage avec son animal de compagnie

À la uneActualité

Université de Cergy : Un formulaire pour détecter la radicalisation fait polémique

À la uneActualitéFootSport

Ligue 1 : Rudi Garcia, nouvel entraîneur de l'OL

À la uneActualitéFormule 1Sport

Grand Prix du Japon : Mercedes de nouveau sur le toit du monde !

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux