Santé

Les couches jetables : bon pour la planète ?

Aujourd’hui, les couches jetables pour bébé sont pointées du doigt pour les déchets qu’elles produisent, les résidus et substances toxiques qu’elles contiennent ainsi que les impacts environnementaux liés à leur processus de fabrication. Les couches lavables, de leur côté, sont vantées comme étant plus propres et plus écologiques que les modèles jetables. Mais est-ce vraiment le cas ? Les couches jetables pour bébé sont-elles toutes anti-écologiques ? Comment réduire son impact écologique lorsque l’on désire utiliser des couches jetables ? Comment reconnaît-on une couche écologique authentique ? Décryptage…

Les couches lavables constituent-elles réellement une alternative écologique aux couches jetables ?

C’est un fait, les couches pour bébé sont parfois un véritable fléau écologique. Et cela n’a rien de surprenant puisque des millions de bébés à travers le monde doivent être changés plusieurs fois quotidiennement, et cela génère une énorme quantité de déchets et augmente significativement les ressources consommées. On estime qu’un bébé souille en moyenne 2 à 8 couches par jour. Cela signifie qu’entre sa naissance et le moment où il sera propre, il utilisera entre 4 500 et 6 000 couches, ce qui représente bien évidemment plus d’une tonne de déchets. On peut ajouter à cela le fait que l’emploi de couches pendant 2 ans et demi occasionne des émissions de GES (gaz à effet de serre) qui vont au-delà de ceux générés par une voiture lors d’un trajet Paris-Moscou, soit de l’ordre de 600 kg eqCO2, et favorisent de surcroît l’épuisement des ressources naturelles et l’acidification atmosphérique.

C’est ainsi que dans l’optique de réduire au maximum l’impact environnemental des couches, les fabricants ont développé et mis sur le marché une alternative aux couches jetables, ces dernières étant critiquées du fait de leurs impacts environnementaux conséquents. Cette alternative n’est autre que les couches lavables.

Cependant, bien que ces dernières soient considérées par bon nombre d’entre nous comme étant plus écologiques que les couches jetables, du fait qu’elles contribuent à la réduction de déchets et de la consommation de matières premières, force est de constater qu’elles ne sont pas si « vertes » que cela.

Selon une étude basée sur l’analyse du cycle de vie (ACV) menée par l’Agence de la transition écologique (ADEME), à l’instar des modèles jetables, elles ont des impacts environnementaux notables, notamment dans 3 grands domaines que sont les émissions de GES, les rejets dans l’atmosphère et dans l’eau et l’utilisation des ressources naturelles. Il faut dire que cette étude n’a pas permis à l’ADEME de trancher en faveur de l’un ou l’autre de ces deux types de couches par rapport à leur empreinte environnementale. En revanche, elle lui a permis de formuler des préconisations permettant de réduire considérablement l’impact environnemental des couches lavables et jetables.

Réduire son empreinte écologique en favorisant les couches jetables écologiques

À l’issue de l’étude qu’elle a menée, l’ADEME n’a pas imposé l’abandon des couches jetables au profit de celles qui sont lavables. Cependant, elle recommande fortement l’utilisation des couches jetables écologiques pour bébé, c’est-à-dire les modèles qui sont issus d’une production 100% responsable et affichent par conséquent un logo d’éco-responsabilité. Mais qu’est-ce qu’une couche jetable écologique ?

Avant tout, une couche jetable pour bébé, comme l’indique son nom, est une couche qui ne s’utilise qu’une seule fois. Ce type de couche est composé de plusieurs épaisseurs :

  • Un voile absorbant composé de polymères et de fibres de bois particulièrement absorbantes. Celui-ci a la capacité de transformer en gel l’urine tout en évitant qu’un mélange urine-selles se forme et irrite par conséquent les fesses du bébé.
  • Un feuillet qui emprisonne l’humidité de façon à garder bien au sec les fesses du tout petit. C’est la partie de la couche qui entre en contact avec la peau.
  • Une carcasse extérieure imperméable.

Conscients des différents impacts environnementaux des couches jetables et souhaitant améliorer la qualité de leurs produits pour préserver la santé des nourrissons, les fabricants se sont engagés à améliorer leur empreinte écologique en créant et en proposant à la vente des couches jetables bio et écologiques.

Ces couches sont basées sur le même principe que leurs homologues classiques. Par contre, elles ne contiennent que des matériaux 100% naturels certifiés et issus de sources renouvelables. Leur couche extérieure est en général conçue à partir de maïs, de coton ou de bois, tandis que la partie intérieure est composée de cellulose de bois issu des forêts gérées dans une optique de développement durable. Elles se distinguent des couches jetables classiques par le fait qu’elles comportent un voile 100% naturel et conçu pour couvrir les parties génitales de bébé.

Ces couches sont également sans éléments toxiques : pétrolatum, polyéthylène glycol, parabènes, parfum, lotion, latex naturel, pesticide, phtalate, glyphosate, perturbateur endocrinien, allergènes, organo-étain, etc. Un autre point qui explique le côté éco-responsable de ces couches jetables est que leurs fabricants privilégient les sources d’énergie verte et renouvelable dans leur processus de fabrication.

Les couches jetables écologiques sont-elles biodégradables ?

À l’heure actuelle, il n’existe aucune couche pour bébé 100% biodégradable. Pour le cas des couches jetables écologiques, elles sont bien plus biodégradables que leurs équivalents classiques, mais demeurent tout de même partiellement biodégradables du fait qu’elles comportent certains éléments qui ne peuvent en aucun cas faire l’objet d’une biodégradation, à savoir les fixations, les élastiques et la partie absorbante.

Les couches jetables écologiques sont aussi saines que performantes

Au-delà de leur caractère éco-responsable, les couches jetables écologiques sont également saines et n’ont rien à envier aux modèles classiques en matière de performance. Puisqu’elles sont élaborées sans substances nocives et allergènes, ces couches éco-responsables sont hypoallergéniques et ne risquent pas de porter atteinte à la santé et au bien-être de bébé. Elles sont une excellente alternative pour les bébés ayant la peau sensible ou qui souffrent d’érythème fessier et d’allergies.

Elles ont de plus subi une série de tests dermatologiques avant d’être mises sur le marché. Soulignons que dans le but de rassurer et mettre en confiance les consommateurs, c’est d’ailleurs pour cela que des marques publient régulièrement sur leur site internet les différents tests et analyses réalisés par des laboratoires indépendants dont ont fait l’objet leurs couches jetables écologiques. En plus de cela, elles prennent soin de communiquer en toute transparence leurs différents composants.

Bien qu’étant exemptes d’agents chimiques ajoutés, les couches jetables écologiques se révèlent particulièrement absorbantes et, selon la catégorie dans laquelle elles sont répertoriées, peuvent maintenir au sec bébé et garantir son confort pendant 12 h. Il en découle alors qu’une telle performance permet aux parents de limiter au maximum le nombre de couches jetables qu’ils utilisent au quotidien, mais surtout d’éviter les irritations des peaux sensibles ou déjà sensibilisées.

Comment reconnaître une couche jetable écologique et saine pour bébé ?

Les couches jetables écologiques pullulent aujourd’hui sur le marché, et force est d’admettre que leurs fabricants prétendent tous qu’elles sont à la fois éco-responsables et saines. Cependant, ces produits ne se valent pas tous ! Mais fort heureusement, il existe certains points qui nous permettent de différencier les vraies couches écologiques des fausses, lesquelles sont dangereuses pour la santé de bébé et pour l’environnement. Les véritables marques écologiques sont facilement reconnaissables grâce à la présence de certifications et labels sur leurs produits.

En guise d’exemple, le label OEKO-TEK est l’assurance de couches respectueuses aussi bien de l’environnement que de la santé de bébé. La certification TCF, quant à elle, atteste le fait que les couches sont non blanchies au chlore et sans composés chlorés. Pour ce qui est du label Dermatest, il offre une réelle garantie tant en matière d’efficacité que d’hypoallergénicité. La certification FSC garantit que la cellulose présente dans les couches jetables provient des forêts certifiées FSC et d’autres sources gérées durablement.

Par ailleurs, pour inciter les parents à réduire l’impact écologique des couches jetables, l’ADEME préconise l’utilisation de celles qui portent le logo « Nordic Swan » ou en français « le cygne blanc », un équivalent scandinave de l’Eco label européen qui encourage une conception durable des produits. Si cette agence de la transition écologique recommande tout particulièrement cet éco-label, ce n’est en aucun cas une coïncidence. Les contrôles du label Nordic Swan se révèlent extrêmement exigeants. Ses équipes évaluent méticuleusement les risques environnementaux du produit (dégradation de la couche d’ozone, toxicité…), ou encore ceux liés à des substances CMR (cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques). Le label tient également compte des risques après à une exposition répétée et ponctuelle, sans oublier les effets sensibilisants du produit.

Outre les certifications et labels, les marques qui prônent le développement durable et s’engagent réellement dans une démarche environnementale permettent aux consommateurs d’accéder librement aux rapports toxicologiques réalisés par un laboratoire externe sur leur site. Ces rapports permettent effectivement aux clients de s’assurer que les couches jetables écologiques qu’ils souhaitent acheter sont conçues sans perturbateurs endocriniens et autres substances potentiellement nocives. En plus de cela, ces marques jouent la carte de la transparence en communiquant les composants des produits proposés et en mettant en évidence le mode de fabrication qu’elles ont privilégié.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneActualitéSanté

Qu’est-ce qu’on appelle « effet nocebo » ?

À la uneActualitéSanté

Assouplissement des restrictions : quand va-t-on pouvoir revivre normalement ?

À la uneSanté

Omicron : quel est le 1er symptôme qui doit vous alerter ?

À la uneFranceSanté

Omicron : Y-a-t-il une décorrélation entre les contaminations et les hospitalisations ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux