Jean Michel Blanquer, le ministre de l’Education Nationale pourrait bientôt prendre une réponse majeure, à savoir supprimer les heures de retenues, pour des sanctions plus utiles, d’après RTL.

Vers une suppression des heures de colle ?

Selon une information exclusive d’RTL, Jean-Michel Blanquer voudrait « proposer des punitions qui ont du sens » à la place de ces colles « bêtes et méchantes » en lançant un nouveau chantier entre juin et septembre prochain. L’objectif serait de remplacer ces heures de retenues par des punitions plus pédagogiques. Par exemple, si un élève est puni pour avoir utilisé son téléphone en cours, au lieu d’avoir à recopier de nombreuses lignes ou de rester plusieurs heures enfermé en salle de colle, il devra réaliser par exemple un exposé sur le droit à l’image, explique le journaliste Olivier Bost. Une punition qui semble plus instructive pour l’élève. Ou bien, s’il est expulsé, il devra passer quelques temps avec une association, au lieu de rester à la maison.

Bart Simpson GIF - Find & Share on GIPHY

Le portable bientôt interdit à l’école ?

Jean Michel Blanquer prépare d’ailleurs l’interdiction d’utiliser le téléphone dans les écoles et les collèges publics, une mesure promise par Emmanuel Macron. Les enseignants ne semblent pas croire vraiment à l’efficacité de cette loi, qui devrait entrer en vigueur à la rentrée 2018.

Pour cela, trois options seraient étudiées par le gouvernement, toujours selon RTL : le laisser éteint au fond du sac pendant les cours (comme pendant les examens), le laisser dans une boite (comme il est déjà le cas dans certains établissements) ou tout simplement interdire l’entrée des scolaires possédants un téléphone sur eux.

L’ancien ministre de François Mitterrand Michel Charasse – aujourd’hui Sage au Conseil constitutionnel – a écrit une lettre au ministre de l’Éducation Nationale, en y expliquant à Jean-Michel Blanquer que cette interdiction totale existe déjà dans des écoles en Auvergne et qu’elle marche très bien. Une loi comportant un seul article, sur le sujet sera présentée le mois prochain à l’Assemblée nationale.