À la uneActualitéCinémaCulture

Les Misérables : la banlieue influence Cannes, Cannes influence le Monde

On n’arrête plus le collectif d’artistes Kourtrajmé, après avoir retourné le festival cet été, le film sort enfin en salle. Une vision belle, violente et réelle de Montfermeil faite par Montfermeil.

Les générations précédentes ont La Haine ou la Cité Rose, la nouvelle a Les Misérables. 25 ans après le film de Kassovitz, ça faisait longtemps qu’un film sur et par les banlieues n’avait pas fait autant de bruits. Bruit entièrement mérité tant par la justesse que par la poésie visuelle du long métrage.

Le réalisateur et scénariste Ladj Ly, revient plus fort que jamais avec son premier film se déroulant dans le quartier de sa jeunesse. Après de nombreux documentaires, clip et courts métrages sur les banlieues et notamment la sienne, il a réalisé celui qui va tout changer en 2016. Son court métrage du même titre (2016) ayant remporté le César du meilleur court-métrage en 2018, a enfin sa version longue. Ce film a remporté 3 prix à Cannes. Parmi eux, le prix du Jury, le prix vulcain de l’artiste technicien et la mention spéciale de l’AFCAE. Ladj Ly est également invité aux Oscars pour représenter la France dans la course du meilleur film étranger.

L’équipe des Misérables sur le tapis rouge de Cannes

“Le seul ennemi commun entre les habitants et les policiers c’est la misère. Je dédie ce prix à tout les misérables de France et d’ailleurs.” – Ladj Ly à Cannes pour le prix du Jury.

Affiche du film les Misérables

En 1996 le collectif Kourtrajmé est créé, Ladj Ly rejoint Kim Chapiron, Romain Gavras ou encore le photographe JR. La cité des Bosquets à Montfermeil est le premier point de rencontre entre Ly et Chapiron, en commençant avec des documentaires, ils enchainent images et clips. En 2008, Ladj Ly fait face à une bavure policière qu’il filme et poste, c’est ainsi que le processus de réflexion autour des Misérables est né.

Le film s’est quasiment fait de manière indépendante. Malgré le prix de 2018, le long métrage a eu du mal à trouver des financements. C’est avec un budget de moins d’1 million d’euro que le film se fait. Au dela d’un film parlant de la France, le film est purement Français. Ce film à fait battre la ville par son tournage, c’est un film d’entraide entre Montfermeil et Clichy sous bois.

“Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, intègre la Brigade anti-criminalité de Montfermeil, dans le 93. Il va faire la rencontre de ses nouveaux coéquipiers, Chris et Gwada, . Il découvre rapidement les tensions entre les différents groupes du quartier. Alors qu’ils se trouvent débordés lors d’une interpellation, un drone filme leurs moindres faits et gestes.”

On retrouve dans les rôles principaux Damien Bonnard, Alexis Manenti, Djibril Zonga et Issa Perica. Le film traite de nombreux thèmes, surtout celui de l’enfance en présentant deux visions. Celle des habitants et des policiers, le but de ce film n’est pas de prendre partie pour l’un ou pour l’autre. Le film cite Victor Hugo dans les misérables avec une phrase résumant parfaitement le propos de ce film.

Mes amis, retenez ceci, il n’y a ni mauvaises herbes ni mauvais hommes. Il n’y a que de mauvais cultivateurs.” Ici on montre ce que la misère fait faire aux gens, on montre de bons comme de mauvais aspects des deux côtés. Le film est une montée en puissance et en tension partant de feux de joies au feux de haine.

Ladj Ly et le photographe JR ont également créés une école de cinéma KOURTRAJMÉ en Seine Saint Denis. “L’association donne l’opportunité à 30 jeunes adultes de se former gratuitement, sans condition de diplôme aux métiers de l’image et du cinéma. Ainsi, ainsi trois formations de trois mois sont réalisées sur l’écriture d’un scénario, la réalisation d’un scénario, la production d’un court-métrage.”

Pour le comprendre il faut le voir. Les Misérables de Ladj Ly sort ce mercredi 20 novembre.

À lire également :

Aucune poursuite judiciaire contre Nick Conrad pour « Doux Pays »

Copy Comic : la réponse acerbe et détaillée de Thomas Ngijol

Les États Unis ouvrent leurs portes grâce aux visas type B

Océan en voie d’illumination : le jardin des plantes devient aquatique

About author

Pasinato Pablo Journaliste Culturel VL Média
Related posts
À la uneActualitéFranceSanté

Covid-19 : quelles sont les stratégies du gouvernement français sur les vaccins ?

À la uneEconomieFranceSociété

Des "zones commerciales protégées" pour les commerçants

À la uneInternational

Des hommes sur Mars d'ici 4 à 6 ans ?

À la uneSéries Tv

Les nouvelles aventures de Sabrina partie 4 : découvrez le trailer

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux
Worth reading...
Océan en voie d’illumination : le jardin des plantes devient aquatique