À l’occasion d’une réunion entre des représentants du gouvernement et du Conseil français du culte musulman mardi dernier, Gérard Collomb a annoncé le souhait d’Emmanuel Macron de réformer l’Islam de France. Explications.

Au cours du repas de rupture du jeûne, le Conseil français du culte musulman (CFCM) a reçu Gérard Collomb. Le numéro 2 du gouvernement remplaçait alors Édouard Philippe, retenu par d’autres obligations. Au menu du jour : réforme de l’Islam de France. En effet, le gouvernement souhaite que ce dernier prenne son autonomie par rapport aux pays d’origines, joue un rôle dans la cohésion nationale et lutte plus fermement contre la radicalisation.

Une demande toujours en attente

Le chef de l’État avait laissé entendre qu’il accorderait du temps au CFCM pour agir (jusqu’au premier semestre 2018). Cela n’a pas été le cas, et Emmanuel Macron estime que si le temps de la réflexion est passé, il est nécessaire pour le CFCM d’agir. Il serait question ici du financement du culte musulman, mais aussi de la formation des imams. La problématique devrait être réglée d’ici l’automne prochain. En attendant, le gouvernement et le chef de l’État confirment leur impatience vis-à-vis de la question.