Un smartphone qui vous lâche, un ordinateur qui ne s’allume plus… On est tous passé par là. Après avoir fait le deuil de cet objet high tech qui nous suit partout au quotidien, on s’aperçoit qu’il est devenu indispensable et qu’il faut le remplacer. C’est évidemment une excellente opération pour les marques qui voient ainsi leur clientèle revenir vers eux pour un produit couteux. C’est tellement bénéfique que certaines marques en abuseraient en mettant volontairement sur le marché des produits qu’elles savent à courte durée. C’est ce qu’on appelle l’obsolescence programmée. Mais depuis 2015, c’est interdit et condamnable en France.

Que dit la loi ?

L’obsolescence programmée est punie depuis 2015 et son inscription à l’article 99 de la loi de transition énergétique. L’obsolescence programmée est alors définit comme l’ensemble des techniques par lesquelles une marque vise à réduire délibérément la durée de vie d’un produit pour en augmenter le taux de remplacement. C’est officiellement punissable de deux ans d’emprisonnement et de 300 000 € d’amende. C’est ainsi qu’une enquête a été ouverte début 2018 contre Apple, mais c’est une autre enquête qui pourrait entrainer le premier procès pour obsolescence programmée en France, celle concernant les marques de cartouches d’encre et c’est notamment la marque Epson qui est dans le viseur de la justice française.

Quels sont les moyens d’actions pour les consommateurs ?

Si demain votre Iphone rend l’âme, il va être compliqué d’aller au commissariat du coin pour porter plainte, on ne va pas vous mentir ! Le moyen le plus efficace est certainement de se rapprocher d’une association de consommateurs, notamment l’association Halte à l’obsolescence programmée (Hop) qui est à l’origine des premières enquêtes ouvertes en France. Il faut pouvoir être capable de réunir un grand nombre de preuves, faire remonter de nombreux cas afin de mettre en lumière l’ampleur à grande échelle du phénomène. Intenter une action de groupe est une autre option, mais une nouvelle fois, il faudra un grand nombre de consommateurs pour mener l’action à son terme. Bref, pour poursuivre une marque il faudra être nombreux et très bien préparés !

Peut-on éviter l’obsolescence programmée ?

Ce n’est pas toujours chose simple lorsque l’on sait à quel point cette pratique est répandue chez les grandes marques, mais il existe pourtant des astuces. Prenons l’exemple du site produitsdurables.fr qui donne des notes à différents produits et prévient les consommateurs d’achats qui pourraient s’avérer risqués. D’autres font le choix de réparer eux-mêmes leurs produits, il existe d’ailleurs aujourd’hui une multitude de vidéos sur Youtube pour conseiller les apprentis mécaniciens. Il arrive même parfois que les plateformes de vente donnent elles-mêmes des conseils. Revenons-en aux cartouches d’encre. Le site TonerPartenaire explique par exemple quoi faire lorsqu’une cartouche sèche trop vite. C’est ainsi que des astuces se répandent pour aider à combattre l’