À la uneActualitéFrancePolitiqueRégions

Lyon : un élu régional LFI soutient Marine Le Pen (et quitte Mélenchon)

Andréa Kotarac, élu régional LFI d’Auvergne-Rhône-Alpes, quitte le parti de Jean-Luc Mélenchon pour soutenir Marine Le Pen aux prochaines européennes. Voulant faire barrage à Emmanuel Macron, il provoque sidération et déception chez ses anciens ami(e)s.

C’est une annonce inédite parue dans la revue Éléments et réaffirmée hier sur BFMTV. Le conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes de “La France Insoumise“, Andréa Kotarac, annonce qu’il votera pour la liste “Rassemblement National” de Jordan Bardella et Marine Le Pen lors des européennes. Cependant, il précise qu’il n’adhère pas au RN.

A 15 jours des élections européennes, l’élu régional estime que la liste conduite par Jordan Bardella est “la seule liste souverainiste qui met en avant l’indépendance de la France et qui est la mieux à même de faire barrage à Emmanuel Macron”. Dans la soirée, Andréa Kotarac a fait savoir qu’il allait rendre son mandat de conseiller régional obtenu sur les listes de la gauche, “conformément à son éthique”.

Jean-Luc Mélenchon ne “défend plus les intérêts du peuple”

Andréa Kotarac, 30 ans, est une figure montante de la gauche en Auvergne-Rhône-Alpes. Jeune conseiller régional, il avait été membre de l’équipe de campagne de Jean-Luc Mélenchon en 2017. Le leader Insoumis estimait qu’Andréa Kotarac était “l’un des principaux cadres à venir du parti”. “Ému” par la récente de vague de départs, l’élu régional estime que Jean-Luc Mélenchon “ne défend plus les intérêts du peuple mais ceux de la gauche” car “la pensée” de l’ancien candidat à la présidentielle est “minoritaire au sein de LFI”.

En réalité, Andréa Kotarac veut s’engager pour “faire baisser le plus bas possible le score de LREM, au niveau du charisme de Nathalie Loiseau”. Il a précisé avoir rencontré Marine Le Pen qui l’aurait “rassuré” sur les questions sociales. Le RN a salué “le courage et la lucidité” de l’élu, qui “a compris que la dynamique du RN était la seule capable de stopper la politique d’Emmanuel Macron et avec elle, la soumission de la France à la politique néfaste de l’Union européenne”.

“Une boule puante” : les proches de Kotarac sidérés par sa décision

Sur son compte Twitter, Jean-Luc Mélenchon a dénoncé “un coup monté”. Il s’en est pris violemment à son ancien élu qu’il qualifie de “boule puante de fin de campagne”. “Elu contre le FN”, le député des Bouches-du-Rhône demande à Andréa Kotarac de “démissionner de ses mandats pour respecter ses électeurs”. Le leader de “La France Insoumise”, en campagne pour les européennes, estime que “le soutien d’un tel traître à ses amis déshonore ceux qui compteraient en profiter”. De son côté, Alexis Corbière s’est dit “sidéré et dégoûté” dans Le Figaro.

A Lyon, les proches d’Andrea Kotarac sont tout aussi sidérés. L’adjoint du 1er arrondissement de Lyon et cadre de “La France Insoumise” Elliott Aubin se dit “abasourdi”. “Je n’en reviens pas. Je ne savais rien” écrit-il sur Facebook. Il décrit “un énorme choc personnel” et “une cynique trahison politique”, avant de conclure : “Jamais l’extrême droite ne sera une solution”. Jordan Ruynat, militant insoumis qui a travaillé avec Kotarac pendant la présidentielle 2017, a “l’impression d’apprendre le décès de quelqu’un”. “Pour 10 minutes de “gloire” et une semaine de buzz, il balaie des années de luttes”. Et de tacler : “Il devient l’idiot utile d’un mouvement d’opportunistes aux racines fascistes. Affligé”.

A LIRE AUSSI

Malgré leur procès, le couple Balkany lance les municipales à Levallois

A Propos de l'auteur

Journaliste VL. Directeur du bureau de Lyon.
Continuez votre lecture
À la uneFootSport

Les trophées UNFP

À la uneActualitéBons PlansCultureÉtudiantSoiréesSortiesSportVie Étudiante

Plongez dans l'univers des ND4J rennaises

À la uneActualitéCultureSéries Tv

Game of Thrones, c’est fini…

À la uneActualitéFrancePolitique

Notre-Dame : la ville de Lyon renonce à verser son aide de 200 000 euros

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux