À la uneActualitéInternational

Mali : la mort d’un otage français selon un groupe de djihadiste

Enlevé depuis novembre 2012 au Mali, l’otage français Gilberto Rodriguez Leal est annoncé mort selon le mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest (Mujao). Le chef d’Etat français, François Hollande dit de cette disparition qu’ « elle le laissera pas ce forfait impuni. »

« Nous annonçons la mort de Rodriguez, il est mort, parce que la France est notre ennemie. » a déclaré Yoro Abdoul Salam, un responsable du Mujao, lors d’une brève communication téléphonique. L’annonce de la mort de l’otage a été divulguée dans la soirée du mardi 22 avril par le groupe djihadiste dont Yoro fait partit. Cependant, les circonstances et la date de la mort reste encore inconnues. Rappelons que ce sexagénaire retraité de nationalité française, avait profité de sa retraite afin de se balader. Venant de Mauritanie, il a été enlevé par des hommes armés près de Kayas (dans l’ouest du Mali), alors qu’il circulait à bord de son camping-car. Deux jours suivant son enlèvement, ce même mouvement djihadiste Mujao (mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest) revendique la disparition de celui-ci.

Un décès présagé. La semaine dernière, alors qu’un des responsables du Mujao avait annoncé dans un court message envoyé à l’AFP provenant d’un portable malien, la « fin de vie » de la victime, un dossier familier communique que l’otage serait décédé depuis « plusieurs mois ». François Hollande ajoute qu’ « il y a en effet tout lieu de penser que notre compatriote est décédé depuis plusieurs semaines du fait des conditions de sa détention. » Laurent Fabius, le ministre des affaires étrangères avait fait part d’inquiétude pour l’otage : « cela fait longtemps que nous n’avons pas eu de nouvelles. Nous avons eu des contacts avec la famille mais nous sommes effectivement très inquiet. » A tel point que lors de la libération des quatre autres otages français ce weekend dernier, enlevés en Syrie, le ministre des affaires étrangère avait exprimer cette inquiétude.

Les proches de Rodriguez Leal expriment leur colère contre les autorités françaises et les médias en disant « oublier les deux otages du Mali » : « pendant huit mois, on a parlé que des journalistes en Syrie, on a oublié qu’il y avait deux otages au Mali. » « On est un peu en colère. » François Hollande témoigne sa reconnaissance et sa compassion en disant que « la France fera tout pour connaître la vérité sur ce qui est arrivé à Gilberto Rodriguez Leal et elle ne laissera pas ce forfait impuni. » L’autre otage français, Serge Lazarevic, reste toujours retenu au Sahel depuis son enlèvement en novembre 2011.

Un otage décédé au Mali

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneInternationalMédias

Est-ce que l’Ukraine devra obligatoirement organiser la prochaine édition de l’Eurovision ?

À la uneFrancePolitique

Elisabeth Borne nommée Première ministre

À la uneSéries Tv

L'art du crime : France 2 lance le tournage de la saison 6

À la uneArtBuzzModeMusiquePop & GeekTendances

Après Netflix, le duo Vision Paname sort le tube "Aussi belle qu'une balle" composé par Mirwais producteur de Madonna

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux