À la uneActualitéCultureMusique

Meilleurs albums de 2015 : musiques électroniques

Toute la semaine, Radio VL fait le bilan de l’année musicale écoulée. Aujourd’hui, voici notre top 5 des meilleurs albums de musique éléctronique.

Ø[Phase] – Alone in time ?

Ø[Phase]. 13 ans avant de sortir son premier album, Frames of Reference, qui faisait déjà partie de mon top des meilleurs albums de 2013. 2 ans plus tard, il remet le couvert avec Alone in Time. Complètement différent du format techno dansante de Frames of Reference, Alone in Time est beaucoup plus expérimental, breaké, réfléchi. Ce qui peut surprendre quand on connaît l’artiste.

Recondite – Placid

Les albums de Recondite font un peu des allers-retours. D’abord l’énervé On Acid, puis le méditatif Hinterland avant le retour à un format plus dansant avec Iffy. Pour son 4e album le producteur allemand retourne aux lentes mélodies aériennes d’Hinterland, emprises de froid et d’espace. Les percussions sont néanmoins moins boisées, ce qui confère une personnalité plus cosmique, acide même parfois, à cet album.

Levon Vincent – Levon Vincent

Comme le premier album de Ø[Phase], celui de Levon Vincent s’est fait attendre. Bien qu’il ait débuté sa carrière au début des années 2000, le producteur new-yorkais, qui est connu pour son opposition à la commercialisation de la musique, a attendu presque 15 ans pour sortir cet album, sortie qui a fait beaucoup de bruit puisque quelques jours avant sa sortie l’artiste diffusait gratuitement de son propre chef la version digitale via WeTransfer.

L’album est très contrasté dans sa structure bien qu’homogène dans son excellence. On y trouve d’abord des passages peu accessibles, simples boucles de mélodies ou de percussions, nappes de synthés surtravaillées sur fond de simples kicks, d’autre morceaux sont en revanche beaucoup plus formatés techno de dancefloor où on retrouve le style dub, presque anxieux, de Levon Vincent, agrémenté de superbes mélodies de vibraphones telles qu’on peut les entendre sur Launch Ramp to the Sky. Cette ambivalence colle tout à fait à la philosophie de l’artiste, toujours très attaché à la scène underground et qui refuse de se travestir au profit d’une musique facile et d’un succès sans risque. Merci monsieur.

Jamie XX – In Colours

 

Après plusieurs EPs toujours très réussis, Jamie XX poursuit sa carrière solo en proposant enfin un premier album, à la hauteur de nos attentes. Riche de toutes les influences qui nourrissent la musique du producteur londonien, In Colour représente l’apogée de plusieurs années de travail : on retrouve le magistral Sleep Sound et l’aérien Girl, les notes d’All Under One Roof Raving, son dernier EP, sur Obvs, les voix des autres membres des XX à l’occasion de Stranger In a Room ou du très beau Loud Places (véritable hymne), le rappeur Young Thug et le chanteur de dancehall jamaïcain Popcaan sur l’euphorique I Know There’s Gonna Be (Good Times). Mélodieux, dansant et parfois teinté de mélancolie, mêlant envolées planantes et rythmes lancinants, cet album nous fait voyager dans l’univers éclectique et si personnel de Jamie XX. Et surtout, c’est beau.

Jeff Mills – Woman On The Moon

Passionné de science fiction et de vieux cinéma (on lui connaissait déjà l’E.P. Blade Runner et une bande originale pour le classique Metropolis), Jeff Mills remet le couvert avec un triple album composé comme bande son pour le film muet de 1929 Woman On The Moon.

Sans doute l’album le plus expérimental de ce top, présenté comme un seul flux audio continu suivant le déroulement du film, on ne retrouve que quelques morceaux à la structure conventionnelle tel que Ridiculed. Le reste est un assemblage de nappes intercoupé de passages de percussions ou de bruitages expérimentaux, en parfait accord avec le personnage principal du film de Fritz Lang qui est un savant fou. Cet album se distingue des oeuvres classiques du sorcier et s’inscrit dans la période très intellectuelle que traverse actuellement Jeff Mills, illustrée entre autres par sa carte blanche avec le musée du Louvre et sa série de concerts Time Tunnel, qui retrace l’histoire de la musique de l’antiquité à aujourd’hui à travers 4 concerts mêlant musique, danse et spectacles lumineux.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneCultureSéries Tv

The Walking Dead : 5 différences entre le comics et la série

À la uneActualitéFrance

Que s’est-il passé le 26 mars 1962, rue d’Isly à Alger ?

À la uneActualitéCinémaCulture

Les grands gagnants des nominations aux César 2022

À la uneActualitéPop & GeekSéries Tv

Qui est Moon Knight, le nouveau héros de Marvel sur Disney+ ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux