À la uneActualitéFrancePolitique

A Metz, des étudiants juifs empêchés de tracter lors d’un rassemblement du RN

Mercredi 1er mai, des étudiants du syndicat UEJF (Union des Etudiants Juifs de France) tractaient à Metz. Ils ont été pris à partie par le service d’ordre du Rassemblement National.

Pour le 1er mai, Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement National (RN) organisait un “banquet patriotique” au Parc des expositions à Metz. Elle avait, avant cela, posé une gerbe au pied d’une statue de Jeanne d’Arc. La tête de liste du RN aux élections européennes, Jordan Bardella, était lui aussi présent.

Lire aussi : Marine Le Pen et Jordan Bardella en campagne pour les Européennes.

Et c’est aux abords de cet événement qu’a eu lieu le contentieux. Un contentieux qui a opposé les forces de sécurité du parti et des militants de l’Union des Etudiants Juifs de France (UEJF). En effet, ces jeunes étaient venus tracter devant le bâtiment. Ils ont alors été pris à partie par le service d’ordre comme le montre une vidéo publiée sur le compte Twitter de l’UEJF.

Version différente du côté du parti d’extrême droite. Selon eux, ” des militants de l’UEJF sont venus cet après-midi distribuer un tract provocateur devant le meeting du RN. Ils s’en sont pris aux participants et ont voulu rentrer dans le hall du meeting. Le service de sécurité du RN les a contenus. Ils se sont montrés alors violents“. Le RN “condamne fermement ces agissements brutaux et antidémocratiques“.

Un des jeunes déclare avoir été blessé au bras, mais il n’a pas été à l’hôpital. De son côté, le Rassemblement National déplore un blessé parmi ses agents. Il explique que les militants de l’UEJF “se sont montrés violents, blessant sérieusement un membre du service de sécurité”. Il a de plus eu “30 jours d’ITT [incapacité totale de travail] après l’événement.”

Une plainte de chaque côté

Après les échauffourées, les militants se sont rendus au commissariat de Metz afin de déposer plainte. Selon la police, le Département protection sécurité (DPS), service d’ordre du RN aurait utilisé du gaz lacrymogène. Le président de l’UEJF, Sacha Ghozlan, a tweeté : “Nous déposons une plainte contre le service d’ordre du RN pour coups et blessures en réunion avec usage d’armes“.

Les forces de l’ordre ont ajouté que “les différentes parties seront entendues”. Le parti de Marine Le Pen a aussi décidé de porter plainte pour coups volontaires.

Réactions sur Twitter

Les réactions ont été très nombreuses sur les réseaux sociaux. “Des militants du RN pris sur le vif entre haine et brutalité. Soutien aux militants de l’UEJF brutalisés”. C’est ce qu’a écrit sur Twitter Nathalie Loiseau, la tête de liste de LREM pour les Européennes.

Le président de SOS Racisme, Dominique Sopo, a lui aussi réagi. “Le Rassemblement national a beau chercher à ripoliner sa façade, les couches de peinture ne seront jamais assez épaisses pour masquer sa nature profonde.”

Enfin, le député de la majorité de Paris Mounir Mahjoubi a dénoncé sur Twitter une“agression violente par les services de sécurité du Rassemblement national de Marine Le Pen ou plutôt sa milice interne”.

About author

Journaliste à la rédaction VL
Related posts
À la uneArt / ExpoCôte d’AzurCulture

Même confinée, la culture continue de vivre à Nice

À la uneSéries Tv

10 répliques cultes de "Le dîner de cons"

À la uneCinémaLittérature

France Télévisions : La Peste d’Albert Camus bientôt adapté

À la uneInsoliteInternational

Pourquoi le ciel est devenu violet dans une ville suédoise ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux