À la uneActualitéPolitique

Mila : la jeune fille de 17 ans de nouveau la cible de menaces

Depuis le samedi 14 novembre, la jeune fille de 17 ans Mila est de nouveau au centre de menaces après une vidéo sur Tik Tok où elle critique l’islam.

Quand une affaire paraît terminée, elle refait rapidement surface. Depuis janvier 2020, Mila est la cible de menaces. En début d’année, l’adolescente de 17 ans avait publié sur les réseaux sociaux des vidéos avec des propos controversés sur l’islam. Suite à cela, elle avait été au centre d’un cyber-harcèlement ainsi que de menaces. Cette fois-ci, Mila a posté sur le réseau social Tik Tok une vidéo qu’elle a maintenant supprimé où elle a des propos provocateurs sur Allah. Cyber-harcèlement, menaces,… le cauchemar est de retour pour Mila bien qu’il n’a jamais réellement disparu.

Le parquet de Vienne (Isère) a ouvert une enquête pour “menaces de mort par écrit” et “harcèlement électronique”. Dans un communiqué, le parquet de Vienne a indiqué le dimanche 15 novembre que “à la suite d’une nouvelle publication de la jeune Mila sur le réseau social Tik Tok, celle-ci fait l’objet, depuis ce matin, de menaces de mort caractérisées”. L’enquête a été confiée à la division de lutte contre les crimes de haine ainsi qu’à la section de recherche de la gendarmerie nationale de Grenoble. La procureure de la République de Vienne, Audrey Quey a rappelé que “les auteurs de ces menaces, une fois identifiés, seront poursuivis en justice. Ils encourent jusqu’à 3 ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende”.

Vague de soutien sur les réseaux sociaux

Déjà après ses propos en janvier 2020, Mila avait été grandement soutenu par une bonne partie de la classe politique. La jeune fille iséroise avait été invité sur les plateaux de télévision où elle avait pu confirmer ses propos et affirmer ne pas les regretter. Une attitude qui avait beaucoup plu à certains membres du gouvernement.

Parmi eux, Marlène Schiappa. La Ministre déléguée chargée de la Citoyenneté a affirmé son soutien sur Twitter : “Ce n’est plus de la controverse c’est de la persécution contre une mineure qui plus est (…) #ProtegeonsMila #Justice”. Le militant politique d’extrême-droite n’a pas hésité à répondre que “Les signalements ne suffisent plus, il faut expulser.”

La Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme (LICRA) s’est également exprimée sur le sujet pour apporter son soutien à Mila : “Soutien total”.

L’affaire Mila qui a débuté en janvier 2020 a pris une ampleur nationale. Le président de la République Emmanuel Macron avait d’ailleurs réagi face à la situation en début d’année. Depuis, plusieurs personnes ont été mises en examen. Un homme de 23 ans a récemment été condamné à dix-huit mois de prison ferme par le tribunal d’Auch après des menaces envers Mila. Dans un moment où la liberté d’expression est au centre des débats, la classe politique en profite pour la légitimer à travers des exemples comme Mila.


Crédit capture : TMC / Quotidien

About author

Journaliste
Related posts
À la uneArt / ExpoCôte d’AzurCulture

Même confinée, la culture continue de vivre à Nice

À la uneSéries Tv

10 répliques cultes de "Le dîner de cons"

À la uneCinémaLittérature

France Télévisions : La Peste d’Albert Camus bientôt adapté

À la uneInsoliteInternational

Pourquoi le ciel est devenu violet dans une ville suédoise ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux