À la uneActualitéPolitique

Nicolas Sarkozy en 6 dates, portrait d'un candidat acharné

C’est la bonne nouvelle de la semaine pour Nicolas Sarkozy. Selon un sondage Ifop-Fiducial pour iTELE, Paris Match et Sud Radio, l’ancien chef de l’État gagne 2 points au premier tour à 31% quand le maire de Bordeaux en perd 4 à 37%. Une éclaircie après avoir longtemps stagné. Retour sur la carrière du plus ambitieux des candidats

  • 1983 : 1er Succès Politique.

Nicolas Sarkozy est élu à la mairie de Neuilly, face au centriste Louis-Charles Bary. Il devient, à 28 ans, l’un des plus jeunes maires de France et signe son premier succès politique majeur.

Nicolas Sarkozy, avec sa femme Marie-Dominique, le soir de sa victoire à Neuilly-sur-Seine, le 29 Septembre 1983 crédits @PierreVerdy / AFP

Nicolas Sarkozy, avec sa femme Marie-Dominique, le soir de sa victoire à Neuilly-sur-Seine, le 29 Septembre 1983 crédits @PierreVerdy / AFP

  • 1995 : 1997 soutien à Balladur et traversée du désert:

Lors de l’élection présidentielle de 1995, il préfère Édouard Balladur à Jacques Chirac. Balladur, favori dans les sondages, arrive en troisième position du premier tour de l’élection présidentielle, derrière Jacques Chirac et Lionel Jospin. Débute alors une « traversée du désert » de 2 ans pour Sarkozy.

  • 2005 : les émeutes à Paris :

Après la mort de Zyed et Bouna, deux adolescents fuyant la police, des émeutes éclatent en banlieue parisienne et en province. Nicolas Sarkozy s’y fait connaître en tant que ministre de l’intérieur omniprésent et autoritaire. Il prône lors de cette crise la « tolérance zéro ». Les émeutes durent 21 jours, et il y fait une apparition très remarquée et contrôlée sur la Dalle d’Argenteuil, qui est devenue un véritable rite de passage pour les politiques de droite.

  • 2007 : L’âge d’or

Affiche de campagne de Nicolas Sarkozy pour les élections présidentielles de 2007 face à Ségolène RoyalFace à Ségolène Royal ses mots d’ordre de campagne sont « travailler plus pour gagner plus », la « rupture tranquille » et “l’ ordre en mouvement ». Il commence une campagne offensive, qui joue sur une mise en scène grandiose, “a l’américaine”.

  • 2007 à 2012 : Un président omni réactif.

Le quinquennat de Nicolas Sarkozy a été marqué par sa réactivité, voire son omniprésence. Il a été le président des lois et des réformes suivant immédiatement tout évènement. Un interventionnisme fou responsable en partie son rejet des français en 2012. Mais il est aussi le président de l’intervention en Libye très vivement critiquée, de la réintégration de la France à l’OTAN et de la défiscalisation des heures supplémentaires.

  • 2014 : le retour en force

Après une légère mise en retrait, Nicolas Sarkozy revient en force en 2014. Il annonce sa candidature pour assurer la présidence de l’UMP. Opposé à Bruno Le Maire et Hervé Mariton, il l’emporte dès le premier tour. Entaché par l’affaire Bygmalion, Nicolas Sarkozy réitère son souhait de changer le nom de l’UMP en « Les Républicains ». Un “renouveau” qu’il veut incarner, en s’imposant comme seul candidat légitime de la droite.

A lire aussi : la primaire de la droite et du centre en 4 points

Sarkozy “Je ne voterai pas Hollande de gaité de coeur”

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneFrancePolitiqueSociété

Désormais, les forces de police n’utiliseront plus la « clé d’étranglement » comme technique d'interpellation

À la uneCinémaCulture

Universal annonce le retour de ‘L’Exorciste’ avec une nouvelle trilogie en préparation

À la uneJeux olympiquesSport

JO de Tokyo, jour 7 : Florent Manaudou en lice pour le podium, les français champions olympiques en judo

À la uneFaits DiversInternational

Angleterre : 40 personnes arrêtées pour abus sexuels sur mineurs

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux