Alors qu’on se demandait si on verrait un jour cette série, TF1 dégaine enfin Prof T. Plus qu’une simple nouvelle série policière, Prof T est une bouffée d’air dans un genre qui en a grandement besoin.

C’est quoi Prof T ? Julien Tardieu, un prof de criminologie, antisocial mais brillant, pleins de TOC et de phobies, qui va aider dans ses enquêtes une de ses anciennes élèves, la jeune capitaine Lise Doumère, novice, bordélique mais attachante et opiniâtre. Souffrant notamment d’une phobie de la saleté qui le pousse à refuser tout contact physique, Prof T va aller contre sa nature pour aider Lise, il va devoir faire face à ses propres blocages, tant sociaux qu’émotionnels… 

Une série qui s’est faite attendre

Il n’est jamais très « rassurant » de voir une série tarder à être diffusée. Le spectateur peut tout à fait craindre « le pire » quant à la qualité de la dite série … même si produire 6 épisodes d’une série, les tourner pour ne se rendre compte qu’à la fin qu’elle ne répond pas aux attentes de la chaîne serait un cuisant aveux d’échec. Est-ce le cas de Prof T ? Assurément pas. Et c’est même carrément le contraire.

Tellement différente des autres séries de TF1 de part la nature de son héros d’un côté (qui rapproche Julien Tardieu de Chloé, première héroïne de Profilage) et les choix de mise en scène de l’autre, Prof T est un vrai pari. Adaptée d’une série flamande, Professeur T, Prof T fait des choix différents et audacieux, essentiellement dans la nature même de son héros, des choix qui ne sont pas toujours conformes à ce que l’on imagine sur une chaîne « commerciale » comme TF1 comme d’ailleurs de toutes nos chaînes gratuites.

Le Prof T « original »


Prof T
: un héros brisé

De part son pitch et les images qui ont fuitées dans les trailers, on pouvait rapprocher facilement et à tort Prof T d’un simple ersatz de Monk. Et c’est vrai qu’avec les tocs qui frappent Julien, on pouvait le penser. Mais en réalité, Julien Tardieu est bien plus proche d’un Sherlock Holmes pour ses qualités de déduction hors normes et sa « mise en retrait » du monde (Mathieu Bisson ressemble beaucoup à Johnny Lee Miller, héros de Elementary), et d’un House pour son côté associable.
Le héros de la nouvelle série de TF1 est donc un génie dépressif, frappé par un trauma d’enfance (le meurtre de sa mère pour lequel son père a été arrêté), doublé d’une pression perpétuelle exercée contre lui au nom de « génie ». En gros Julien est un surdoué conscient de ses capacités mais qui en souffre aussi. Dépressif donc, avec des tendances suicidaires et qui a régulièrement des « hallucinations ». « Vous étiez déjà nombreux dans ta tête » lui dit au détour d’un épisode « son double » plus « libéré ». Autant de caractéristiques qui éloignent Tardieu des images traditionnelles des héros des fictions de nos chaînes. Le tout glissé dans une série policière traditionnelle mais à la structure très intéressante, notamment par la matérialisation à l’image des hallucinations de Tardieu qui rendent la réalisation décalée et savoureuse.

Pour camper ce héros d’un nouveau genre, le choix s’est porté sur l’excellent Mathieu Bisson qui campe un Prof T tantôt agaçant, tantôt génial … et tantôt bouleversant (les séquences dans l’épisode 2 entre lui et « son double enfant » sont très belles). La palette de jeu qu’il déploie nous prouve toute l’implication qui est la sienne dans cette série qu’il porte sur ses épaules. Ses faces à faces avec les suspects comme ses séances de cours de criminologie (avec des méthodes peu académiques) en amphithéâtre sont autant d’instants vraiment savoureux.
A ses cotés, son ancienne élève jouée par Fleur Geffrier (bientôt dans Le Chalet) est l’autre belle révélation de cette série, offrant enfin un duo qui nous permet d’échapper à une énième variation du jeu de chat et de la souris amoureux entre les deux héros.
Tout n’est pas parfait dans Prof T et en arrière du cast principal, ça pêche un peu niveau jeu. On peine  à croire en Zoé Felix dans la peau du commissaire, elle minaude un peu trop pour ça (là où Anne Caillon dans Falco donnait davantage d’ampleur). L’aspect feuilletonnant de la série manque aussi beaucoup (on aimerait voir plus développer l’histoire autour du meurtre de sa mère) même si le personnage de Tardieu ne manque d’évoluer au fil des épisodes.


A lire aussi : On a vu pour vous … Le Chalet ou quand France 2 s’essaye au slasher


Quel avenir pour Prof T ?

Difficile de dire si une diffusion aussi tardive de la série n’aura pas une incidence sur son avenir (voilà presque deux ans que le tournage a eu lieu) … Difficile aussi de savoir comment le public réagira face à ce héros si différent pour le format policier …

Prof T. ne révolutionne pas le genre du polar mais son croisement entre Sherlock Holmes et House (par moment aussi un peu How to get away with murder) servi par un héros très attachant et très bien incarné en font autant d’éléments pour une série que l’on vous conseille vivement de suivre. 


En résumé :

Un héros différent et très bien interprété par Mathieu Bisson
Une belle réalisation qui donne un cachet à la série
Une jolie bande originale accompagne la série