À la uneSéries Tv

On a vu pour vous … le lancement de American Horror Story 1984

FX a lancé hier la diffusion de American Horror Story 1984, hommage (très) appuyé aux slashers des années 80. La série renoue-t-elle avec ses meilleurs moments ?

C’est quoi American Horror Story 1984 ? Quatorze ans après la massacre qui coûta à 9 jeunes massacrés par le psychopathe “Mr Grelots”, le camp de Redwood va rouvrir ses portes, accueillant de nouveaux moniteurs. Mais la veille de l’ouverture, le terrifiant tueur en série s’évade et rejoint Redwood. Mais il semble ne pas être le seul à trouver agréable l’air pur de la colo.

Retour aux fondamentaux

Après la maison hantée, la malédiction, le cirque de freaks ou encore l’Apocalypse, American Horror Story revient aux sources de l’horreur avec un genre très prisé qui connut un vrai épanouissement dans les années 80 : le slasher.
Initié dès les années 60 avec Psycho, on le fait s’étendre dans les années 70-80 avec des figures iconiques comme Jason, Michael, Freddy ou Leatherface. En plongeant ses personnages dans un slasher so eighty, Ryan Murphy revient à un genre qu’il affectionne et auquel il s’est déjà essayé avec Scream Queens dont l’héroïne était déjà Emma Roberts (que l’on vit aussi dans Scream 4 … une vraie scream queen pour le coup) ou même en saison 2 de AHS ou en saison 4 avec Twisty le clown. Un lieu maudit, une bande de jeunes prêts à servir de chair fraîche pour un tueur bien sadique, une malédiction, du gore, tous les ingrédients sont là et bien là pour nous offrir un bon slasher.
Mais la sauce prend-elle ?

Un déferlement de sang …et de clichés

Le premier épisode de American Horror Story 1984 renferme un très grand nombre de références aux slashers que l’on connaît, le plus évident étant le camp de vacances et son tueur en série qui évoque bien sûr Vendredi 13. Mais on ne s’arrêtera pas là : le costume du tueur rappelle celui du Pêcheur dans Souviens toi l’été dernier, la psy qui traque Mr Grelots (sans doute le nom le plus tarte pour un boogeyman) évoque Loomis tentant de stopper Michael Myers dans Halloween ; quant au fait de croiser quelques rednecks et le van qui transporte nos moniteurs, ces deux images renvoient à Massacre à la tronçonneuse. La série se paye même le luxe, malgré l’absence de portables, d’un clin d’œil à Scream.

Si l’ambiance est réussie et nous saisit rapidement d’effroi, elle est presque immédiatement désamorcée par des personnages caricaturaux, énervants au possible, pour lesquels l’attachement est nul et où on espère qu’ils seront vite éliminés. Un comble pour ce genre d’histoire. Et même si on voulait faire l’effort de s’y attacher, comment le pourrait-on vu qu’il n’y aucune montée en puissance et que l’horreur arrive dès ces 45 premières minutes. On évitera aussi de s’arrêter trop vite sur l’héroïne qui, 24h avant son départ, est agressée chez elle par un autre tueur en série à qui elle échappe miraculeusement et qui décide le lendemain de partir quand même en colo. Sérieusement ?
Malgré ces références appuyés à de grands films du genre, on a l’impression que American Horror Story 1984 rend en réalité hommage aux ersatz qui pullulaient après la sortie de ces classiques. A moins que …

Et si American Horror Story 1984 nous refaisait le coup de la saison 6, Roanoke. SPOILERS!!!
Après nous avoir embarqué dans sa première moitié de saison dans une histoire terrifiante qui démarrait assez vite, la saison 6 avait twisté en milieu de saison en révélant être un faux documentaire, puis replonger les héros de ce documentaire dans le cauchemar qu’ils rejouaient dans la seconde moitié de la saison. Et si on assistait ici d’abord à un slasher volontairement moyen dans un premier temps, puis qu’on imagine envoyer ensuite sur les lieux du tournage de ce film de nouveaux personnages qui seront décimés par un tueur qu’on pensait inventé par le film ?

Réponse dans les prochaines semaines, dans les 9 épisodes restants …

A lire aussi : Quand Scream s’offre un “crossover” avec Candyman

About author

Rédacteur en chef du pôle séries, animateur de La loi des séries et spécialiste de la fiction française
Related posts
À la uneBrèvesNumériquePop & Geek

Netflix réfléchit à empêcher le partage de compte ?

À la uneCinémaCulture

STAR WARS 9 "L'ASCENSION DE SKYWALKER" bande annonce finale

À la uneActualitéArtArt / ExpoCultureFranceMusiqueSpectacles

Da Silva : "Je me sens plus proche de la naïveté de l'enfance que du cynisme des hommes".

À la uneSéries Tv

QUELLES SONT LES SÉRIES NETFLIX LES PLUS VUES ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux