À la uneSéries Tv

On a vu pour vous … l’épisode musical de Les petits meurtres d’Agatha Christie

Pour le grand final de cette seconde période, Les petits meurtres ont mis les petits plats dans les grands en vous concoctant un épisode musical spécial.

C’est en présence de l’arrière petit fils d’Agatha Christie, James Prichard que nous avons eu le privilège de découvrir en avant première quelques mois avant sa diffusion du dernier épisode événement de Les petits meurtres (époque 2). Pour finir en beauté, toute l’équipe a décidé de fabriquer un épisode comédie musical digne de ce nom dont l’ambiance n’est pas sans rappeler les films de Jacques Demy. Sans rien dévoiler, que vaut cet épisode ?

Avril se réveille dans son lit avec le corps de son amant d’une nuit poignardé à ses côtés. Seul problème, elle n’a aucun souvenir d’avoir passé la nuit avec lui. Elle appelle Marlène à la rescousse, qui elle-même met Laurence dans la confidence. Il va s’appliquer à disculper Avril d’un traquenard dans lequel elle est tombée. Alors qu’il s’apprête à quitter la France pour rejoindre le FBI, il est lui même pris au piège et doit affronter son remplacer au poste de commissaire, en la personne d’un visage familier des fans de la série … ou presque.

Faire un épisode musical d’une série est toujours un pari difficile. Il ne faut rater ni l’épisode en lui même donc soigner le scénario, ni les morceaux musicaux (danse et chant). L’exercice devient encore plus périlleux quand cet épisode est aussi le dernier d’une série ou comme ici marquant les adieux à une troupe de comédiens.

L’intrigue policière

Réussie sans être complexe, elle fait le job. Sous des abords un peu “simpliste” par moment, elle s’éclipse volontiers au profit des personnages et des numéros musicaux. La comédie et les personnages y ont davantage leur place. Elle réserve en revanche une belle surprise dans les ultimes révélations et offre une solution plus méta qu’il n’y paraît.
La bonne trouvaille c’est d’être parvenu à faire plaisir aux fans de la première et de la seconde époque de la série.

Les numéros musicaux

Cela aurait pu être un désastre c’est une franche réussite. Les chansons sont savoureuses, restent dans la tête, les numéros de danse parfaitement mis en scène sans être surjoués. Les comédiens ont pris un plaisir fou à le tourner et ça se voit. Les petits meurtres ont créé un vrai show populaire qui rappellent tantôt l’univers de Demy, tantôt les touchantes interprétations des géniales comédiennes de François Ozon dans 8 femmes. Mention spéciale au final très réussi et une musique qui reste en tête. On espère que les chansons seront commercialisées il y a clairement quelque chose à faire.

Les adieux à une époque

Compliqué de mettre en scène une vraie “fin” quand une série repose plus sur une formule et une collection d’histoires. Mais avec le temps, cette seconde époque a su faire monter en puissance ses personnages devenus plus importants et plus populaires que les intrigues elles-mêmes. Ce final leur dit adieu de la plus belle des manières qui soit. Nos 3 héros ont une vraie fin, chaque personnage arrive à une belle conclusion. Les références au passé de la série, aux différentes intrigues trouvent une belle résonance dans le scénario ou dans les chansons et le fan le plus assidu prendra plaisir à les retrouver. Comme précisé plus haut, la série se paye même le luxe d’un très chouette crossover des plus savoureux.

Avant de lever le voile sur sa nouvelle équipe qui devrait faire revivre les années 70, Les petits meurtres époque 2 s’offre la plus belle conclusion, jamais larmoyante, toujours colorée, à l’image de ce que fut la série durant 7 ans. Ce final musical prouve que le respect que les héritiers d’Agatha Christie ont mis dans la production de la série n’était pas vain.

A écouter aussi : La loi des séries s’la raconte : Hercule Poirot, 30 ans et un dilemme

About author

Rédacteur en chef du pôle séries, animateur de La loi des séries et spécialiste de la fiction française
Related posts
À la uneBrèvesMédias

Le Cas Pucine remporte La France a un incroyable talent

À la uneActualitéFootSport

Ligue des Champions : Lyon arrache la qualification

À la uneActualitéFranceSociété

Un rugissement solidaire pour le 2e jour de mobilisation

À la uneEuro FootFootNon classéSport

Didier Deschamps prolonge jusqu'en 2022

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux
Worth reading...
La loi des séries s’la raconte : Hercule Poirot, 30 ans et un dilemme| La loi des séries #339