À la uneActualitéFrancePolitiqueSociétéSociété

Où est passé Steve? La maire de Nantes demande des explications à Christophe Castaner

La colère monte. Steve Maia Caniço a disparu le 21 juin dernier à Nantes lors d’une intervention de police qui a mal tourné. La maire de la ville a aujourd’hui exigé des explications à Christophe Castaner.

Christophe Castaner doit rendre des comptes. Un mois après l’accident, la maire de Nantes, Johanna Rolland, demande des clarifications sur la bavure policière ayant eu lieu dans la nuit du 21 au 22 juin.

Une intervention brutale

“C’est la Loire derrière arrêtez.Y a des mecs à l’eau, Il va y avoir un mort arrêtez.” C’est une Fête de la musique qui tourne au drame. Il est 4 h 30 et les policiers exigent l’arrêt des festivités sur le quai Wilson. Les forces de l’ordre auraient été victimes de projectiles. Très vite, ils ont recours au gaz lacrymogène et la situation dérape. 14 personnes chutent dans la Loire, ils nient cependant avoir charger la foule. Les fêtards sont repêchés par les secours, une personne manque à l’appel. Steve Maia Caniço a disparu. Selon ses proches, l’homme de 24 ans ne savait pas nager.

Une absence de réaction judiciaire aberrante

” S’il n’y a pas de corps, il n’y a pas de mort. S’il n’y a pas de mort, il n’y a pas de responsable “. Marianne Rostan, avocate au bureau de Paris, a déposé une plainte collective de 89 participants : mise en danger de la vie d’autrui et violences volontaires par personnes dépositaires de l’autorité publique. “C’est vrai qu’il a fallu attendre un mois pour que ça commence à faire du bruit, pour qu’on commence à en parler, que certains commencent à s’indigner et que les procédures judiciaires puissent avancer “, estime t-elle. Mais le rythme judiciaire s’est récemment accéléré. Cinq procédures sont menées en parallèle. Une enquête administrative conduite par l’IGPN et une enquête de la police judiciaire à la suite de dix plaintes de policiers qui ont été blessés lors des événements de la Fête de la musique.

Une intensification de la colère

Le ton monte. ” Noyade autorisée par la préfecture”. Les tags de ce genre se multiplient au quai Wilson. ” C’est plus que de l’indignation. On est scandalisé par le dispositif policier délirant, surarmé, qui a conduit à ce drame. Tout ça parce qu’il y avait des jeunes qui avaient dépassé les horaires ? Quatorze sont tombés dans la Loire ! C’est inconcevable, quasiment criminel ” a s’est révolté le caricaturiste nantais Eric Chalmel. ” On est face à une doctrine du maintien de l’ordre à Nantes qui, depuis Notre-Dame-des-Landes et la loi Travail, est de plus en plus violente et répressive. Il faut le dénoncer. On ne veut pas que les gens s’habituent ou se résignent. On ne veut pas que Steve tombe dans l’oubli “. Le préfet des pays de la Loire, Claude d’Harcourt, a déclaré que les forces de l’ordre intervenaient toujours de manière proportionnée.

Samedi 20 juillet, un grand rassemblement est prévu à Nantes pour demander des réponses dans l’affaire de la disparition de Steve et dénoncer les violences policières.

Related posts
À la uneActualitéInternationalPolitique

Le Liban brûle d’espoir

À la uneCinémaCultureMusique

Kanye West : album, film, fin, à quoi s'attendre ?

À la uneArtCultureMusiqueSortiesSpectacles

Jae-Hyuck Cho: de l'enregistrement au live.

À la uneBrèvesNumériquePop & Geek

Netflix réfléchit à empêcher le partage de compte ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux