La 20ème édition du Festival de Luchon s’est achevée hier soir avec un palmarès séries intéressant qui a notamment sacré l’excellente Irresponsable.

Le 20ème Festival de Luchon se tenait depuis le 7 février et s’est achevé la cérémonie de clôture et la révélation du palmarès. Quelles séries ont été consacrées ?

Le Pyrénées d’Or de la meilleure série revient à Fiertés, bientôt sur Arte.
Charles en 1981. Victor en 1999. Diego en 2013. Trois époques clés. Trois générations d’hommes d’une même famille, ébranlée par des avancées sociales essentielles mais parfois difficiles à accepter. Trois hommes qui sont le reflet de leur époque, à qui chaque épisode donne tour à tour la parole. Une épopée et une rétrospective, un album de famille personnel et une fresque politico-sociale. Trois épisodes pour dire qu’il n’a pas toujours été aisé d’être fier.

Après le Festival de la Fiction TV de la Rochelle, les séries OCS de nouveau à l’honneur à Luchon.
La saison 2 de Irresponsable (dès le 22 février sur OCS) a reçu 2 prix : meilleure réalisation de Stephen Cafiero et meilleur espoir masculin pour Sébastien Chassagne.
Julien, désormais pion à mi-temps dans le collège de son fils Jacques, où travaille également son ex Marie, continue de se la couler douce chez sa mère Sylvie. Mais quand un évènement inattendu remet en question la cohabitation avec cette dernière, Julien se retrouve contraint de chercher toutes les solutions possibles pour devenir enfin indépendant.
Sauf qu’apprendre à vivre en adulte autonome pour la première fois à 32 ans n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît…

Philippe Piffeteau obtient le prix de la meilleure photo pour son travail sur la nouvelle série de France 2, Ben.
Ben Marceau, journaliste fait-diversière, revient vivre à Nantes où elle a grandi. Elle commence à travailler pour le quotidien régional Grand Ouest. C’est dans ce cadre qu’elle se retrouve, avant la police, sur une scène de crime et découvre le cadavre d’une étudiante. Une enquête qui va faire resurgir des pans de son enfance douloureuse.

Meilleure série digitale pour l’excellente Crime Time 
Au Brésil, le show télévisé « Hora de Perigot » plonge chaque soir les spectateurs dans l’enfer des favelas et des gangs sanguinaires. Présentateur vedette de l’émission, Tony est une célébrité que tout le monde s’arrache, un homme influent à qui tout semble réussir. Jusqu’au jour où, en plein direct, c’est lui que la police vient arrêter. Les charges qui pèsent contre lui ? La justice le soupçonne d’avoir commandité des meurtres pour booster l’audimat 

Meilleure série espagnole pour La casa de Papel (Netflix)
Le Professeur planifie, avec sept complices, le plus gros hold-up de l’histoire : onze jours à l’usine nationale de la Monnaie, entourés de policiers et d’otages, pour 2,4 milliards d’euros.

Le public a quant à lui décerné plusieurs prix : meilleure série pour Alex Hugo, Vestiaires comme meilleur programme court, Loulou meilleure série digitale, et meilleure série espagnole pour La casa de Papel.