À la uneActualitéBuzzFootInsoliteSport

Paris-Nice, fausses notes

Destins croisés, ironie du sort. Ce dimanche après-midi, l’OGC Nice inaugurait son nouveau stade, l’Allianz Riviera, et ses 35 000 places. Dans le cadre des festivités organisées pour l’événement, Patrick Bruel, fervent supporter du PSG, était invité à chanter après la rencontre Nice-Valenciennes. Une initiative que n’ont guère apprécié les supporters niçois. Et, comme une erreur musicale peut en cacher une autre, le Parc des Princes a lui aussi eu droit à son moment embarrassant quelques heures plus tard.

 Si l’OGC Nice avait quitté son mythique stade du Ray sur un match nul, il a en revanche inauguré de belle manière sa flambant neuve Allianz Riviera par une victoire écrasante sur Valenciennes (4-0). Mais, pour un tel événement, la journée ne pouvait pas s’arrêter là, et le club avait organisé moult festivités après le match. C’est ainsi que Patrick Bruel se présente sur la pelouse, prêt à reprendre deux de ses plus grandes chansons. Mais le public, conscient d’avoir à faire à un inconditionnel du PSG, lui offre un accueil tout en sifflets. Et, lorsque le chanteur demande l’appui des supporters pour une « petite valse populaire », la réponse est cinglante : « Nooooooon ! ». L’ancien champion du monde de poker achève tout de même le morceau, et quitte l’enceinte sur un ironique « Je le sentais depuis le début de la journée. ». L’immense cohue a bien sûr fait réagir, et Jean-Pierre Rivère, le président de l’OGC Nice, s’est expliqué : « A l’origine, il y quatre intervenants: mairie, Vinci, Allianz et le club. Certains ont tout de suite voulu un artiste de renommée internationale. Hélas, nous n’avons pas pu boucler dans les temps. Le choix s’est porté par la suite sur le cirque du Soleil qui a décliné l’invitation préférant se produire en nocturne et pas dans l’après-midi. A 48h de l’évènement, on nous a proposé Patrick Bruel qui a fait l’unanimité. C’est donc un choix collectif. Pour ma part, j’avais bien sûr conscience qu’il est supporter du PSG mais je le considère surtout comme un amoureux du foot. J’ai quand même sondé quelques supporters. Ils n’ont pas donné un avis négatif. On pensait donc que tout se passerait bien et que la fête aurait été plus forte que les rancoeurs. On voulait faire plaisir aux supporters. Pour moi, cette journée a été réussie à 98%. Ce qui s’est passé est un épiphénomène. ».

http://youtu.be/6XxTcQz3rx8

Un air marseillais à Paris

Sitôt son calvaire terminé, Patrick Bruel filait au Parc des Princes en jet privé pour assister au choc opposant son PSG à Monaco. Et découvrir un second malaise musical. En effet, un DJ, quémandé par le club de la capitale, lançait la soirée sur… Jump de Van Halen, l’hymne d’entrée des joueurs de l’Olympique de Marseille au stade Vélodrome. Face à une bronca immédiate, l’artiste, visiblement ignorant des pratiques du football français, change très rapidement de musique, mais le mal est fait. Les fans prennent cet acte comme une provocation, et le DJ, Breakbot de son nom, s’excusera le lendemain sur Twitter : « Je m’excuse auprès des fans du PSG que j’ai offensés hier soir au Parc, je ne connaissais pas la connotation de Jump. Ce n’était pas du tout de la provocation. Mea culpa et merci au PSG pour la très belle soirée. ». Une preuve que, si la musique adoucit les mœurs, la fausse note n’est jamais très loin.

DJ Breakbot, un Jump maladroit.

DJ Breakbot, un Jump maladroit.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
Sport

[INTERVIEW] Bobby Lashley, le futur champion WWE?

ActualitéÉtudiantMédiasPolitique

Communication 2.0 : quand la politique s'en mêle

À la uneActualitéEconomieEnvironnementFranceMédiasPolitiqueSantéSociétésociétéSociété

Convention citoyenne pour le climat : dernière séance pour clôturer l'aventure

À la uneFootSport

Ligue 1 : Jorge Sampaoli, le loco 2.0 de l'OM

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux