ActualitéInternational

“Je pense qu’il est primordial aujourd’hui de faciliter la rencontre des talents et de les aider à développer leurs activités.”

INTERVIEW D’AMAL AMÉLIA LAKRAFI

Candidate La République en Marche aux élections législatives des 4 et 18 juin 2017 de la 10e circonscription des Français établis hors de France

De plus en plus diverse, de plus en plus jeune, la communauté française est devenue une véritable diaspora économique, faite de talents, d’espoirs et de relais d’influence pour la France. Quel rôle votre circonscription pourrait-elle jouer comme plateforme d’innovation dans ce domaine ?

La circonscription dans laquelle je me présente – la 10eme à l’étranger – est composée de 49 pays où résident plus de 150 000 de nos concitoyens.

Comme vous l’avez mentionné, leurs profils sont très variés ! En contrat de détachement, contrat d’expatriation, contrat local, ou encore créateurs d’entreprises directement sur place… Nombre de nos talents se sont effectivement installés dans cette région et y développent des activités très diverses. Nos savoir-faire en termes d’ingénierie, d’enseignement/recherche et notre industrie (énergie, militaire, …) sont particulièrement appréciés. Etant actuellement en déplacement dans ma circonscription, j’ai notamment pu rencontrer nombre de nos concitoyens, chercheurs au sein de la cité verte de Masdar, start-upers dans le numérique au Liban, entrepreneurs de la FrenchTech à Maurice… Tous déjà engagés sur les défis du XXI° siècle !

A l’avenir, cette région à cheval sur deux continents offre de grandes opportunités pour les partenariats que nous pourrions nouer. Comme Emmanuel Macron, j’estime que l’avenir de la France et de l’Europe se joue aussi en Afrique. Il s’agit d’un de nos partenaires privilégiés et nous devons accentuer nos relations. Concernant le Moyen Orient, véritable zone d’échange entre l’Europe et l’Asie, nous aurons également à cœur de développer notre diplomatie économique et numérique.

Quelles grandes transformations souhaiteriez-vous soutenir ou accompagner dans la vie civique, sociale ou politique française ?

Avec La République En Marche, LA grande transformation – traversable à tous les domaines de la société – que nous souhaitons porter est : le renouveau démocratique. Venant de la société civile, je me retrouve d’autant plus dans cette vision.

Nous avons également quatre autres chantiers, que nous souhaitons mener : celui de l’éducation et de la culture, celui de la réforme du travail, celui de la modernisation de notre économie et celui du renforcement de la sécurité de notre Nation, tout en s’inscrivant dans une perspective européenne.

Concernant nos concitoyens à l’étranger – et notamment ceux de ma circonscription, que j’aspire à représenter – je m’engagerai particulièrement à retisser le lien qu’ils entretiennent avec leurs représentants et les institutions. Oubliés pendant trop longtemps, je souhaite leur redonner une réelle voix, afin que celle-ci porte dans l’hémicycle et que les lois et principes qui régissent leurs relations avec notre pays soient adaptés à leur quotidien.

Je porterai donc des projets tels que l’instauration du vote électronique pour les présidentielles ; la création d’une plateforme permettant à chacun de disposer d’un compte unique – avec identité numérique pour simplifier ses démarches administratives – et facilitant les consultations citoyennes … Parce que avoir une expérience à l’étranger est une chance, nous faciliterons dans le départ que le retour. Citoyens français, où qu’ils soient, nous devons développer la participation des Français de l’étranger à la dynamique nationale !

Quelles propositions souhaiteriez-vous développer pour jouer un rôle de passeur de pont entre l’énergie des jeunes créateurs et start-upers français implantés dans votre circonscription et les centres décisionnels à Paris ?

Soutenir les jeunes porteurs de projets fait partie de mes engagements, notamment à titre personnel dans le cadre associatif, depuis plusieurs années.  Je pense qu’il est primordial aujourd’hui de faciliter la rencontre des talents et de les aider à développer leurs activités, où qu’ils soient installés. Les institutions doivent avoir un rôle d’accompagnement. Ainsi, parmi les grands projets que nous allons porter au sein de la majorité présidentielle – pour les français résidants à l’étranger – nous pouvons en retenir particulièrement deux : le renforcement de la diplomatie économique et la création d’un guichet unique pour les entreprises nécessitant de l’aide, avec une partie collaborative, sans discrimination de taille.

Il existe déjà de nombreux acteurs et relais de nos institutions sur le terrain pour aider au développement d’entreprises. Mais les rassembler, simplifier et mieux communiquer dessus reste à faire. La création d’un guichet unique, y répondra et permettra de coordonner tous les acteurs et faciliter l’implantation locale de nos entrepreneurs.

Par ailleurs, la plateforme d’échange qui s’adossera à ce guichet permettra de connecter la communauté d’affaire française, à tous les niveaux. Ce travail en réseau leur donnera l’occasion de partager de l’expérience et de l’information.

Globalement, si on devait résumer le projet que je porte, et que je soutiendrai au sein de la majorité présidentielle, nous pouvons utiliser le leitmotiv suivant : Plus de dialogue, plus de participation et plus de simplification !

About author

Europe, Middle East, Mena, East Asia
Related posts
À la uneActualitéFrancePolitique

Élection à Marseille : Michèle Rubirola élue maire après une longue attente

À la uneInternational

Les États-Unis célèbrent leur fête nationale mais à quoi correspond le 4 juillet ?

À la uneActualitéFrancePolitique

Saint-Ouen : le colistier du futur maire arrêté pour un scooter volé

À la uneActualité

Paris : un mort et deux blessés graves dans un incendie

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux