Pour la première fois, des chercheurs de l’Université de l’Oklahoma ont fait la découverte de milliers de nouvelles planètes en dehors de notre Voie lactée. La nouvelle a été annoncée ce mardi 6 février dans The Astrophysical Journal.

Galaxie située à 3,8 milliards d’années lumières

C’est une découverte scientifique majeure : un corps céleste a été découvert en dehors de notre Voie lactée, dans une autre galaxie. C’est grâce à l’utilisation de la micro-lentille gravitationnelle (une technique qui utilise la force gravitationnelle des objets distants pour focaliser la lumière provenant d’une étoile) que l’équipe de chercheurs a pu mener à bien son étude. Pour simplifier, quand les astronomes voient baisser la lumière dans l’observateur, c’est qu’une planète passe devant l’étoile. « Cette galaxie est située à 3,8 milliards d’années lumières, et il n’y a pas la moindre chance d’observer ces planètes directement, même avec le meilleur télescope imaginable dans un scénario de science-fiction  » a déclaré le chercheur Eduardo Guerras.

Focus sur le Quasar. Crédit : université d’Oklahoma

 

Planètes de taille variable

Les astronomes ont étudié un quasar (noyaux actifs de galaxies lointaines qui apparaissent comme des étoiles très brillantes lorsqu’on les observe au télescope), baptisé RX J1131-1231 posté à 6 milliards d’années-lumières de la Terre. Le champ gravitationnel de cette nouvelle galaxie a donc courbé la lumière, ce qui a créé quatre images du quasar. Grâce aux données de l’observatoire à rayons de X Chandra de la NASA, les chercheurs ont aperçu des oscillations dans la lumière du quasar : seule la présence de planètes dans cette galaxie pouvait expliquer ces oscillations. 2000 planètes, certaines de taille identique à la Lune et d’autres aussi imposantes que Jupiter ont alors été découvertes : « Nous sommes très excités par cette découverte, c’est la première fois que quelqu’un découvre des planètes en dehors de notre galaxy » a déclaré Xinyu Dai, professeur au Département de Physique et d’Astronomy Homer L. Dodge à l’University d’Oklahoma.

Pour plus de précisions sur cette étude, c’est ici