À la uneActualitéInternational

Plus de coopération sécuritaire en Europe

Les ministres européens de la diplomatie se sont réunis hier à Bruxelles pour renforcer la lutte contre le terrorisme en Europe.

Renforcer la sécurité à l’intérieur de l’Europe et mieux protéger les délégations de l’UE à l’étranger.

Les pays européens souhaitent mettre en commun les renseignements des polices nationales des États-membres.

De plus, ils souhaitent débloquer ce qu’on appelle le “PNR”, le “Passenger Name Record”. Il s’agit d’un dispositif qui permet de sauvegarder les données personnelles des passagers aériens afin de détecter les comportements suspects des individus. De telles données sont sauvegardées en Europe, mais non communiquées aux services de sécurité des Etats, comme cela est le cas aux Etats-Unis. Le Parlement européen exige depuis 2011 que soit mise en place au préalable une législation européenne de protection des données et a donc bloqué ce dispositif de sécurité.

Autre point souligné hier par les chefs de la diplomatie: renforcer le contrôle aux frontières de Schengen. L’Union européenne dispose de plusieurs outils pour lutter contre le crime organisé et le terrorisme, tels que le Réseau judiciaire européen, Europol, Frontex. Ces outils permettent, entre autres, de faciliter la coopération judiciaire entre les Etats ; d’échanger les renseignements entre polices nationales ; de surveiller les frontières extérieures de l’Union européenne.

Dans un second temps, la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini a proposé d’améliorer la sécurité des ambassades et délégations de l’Union avec des attachés de sécurité, en entretenant, selon elle, des “contacts réguliers entre professionnels de la sécurité et du contre-terrorisme”.

Federica Mogherini, chef de la diplomatie européenne

Federica Mogherini, chef de la diplomatie européenne

Améliorer la coopération dans la lutte contre le terrorisme avec les pays arabes.

Enfin, les Etats européens ont bien fait la distinction entre les musulmans et les islamistes, Federica Mogherini avançant hier à juste titre que « les premières victimes du terrorisme sont les musulmans et les pays arabes ». La chef de la diplomatie européenne souhaite renforcer la coopération avec certains pays arabes, tels que : l’Algérie, l’Egypte, la Turquie, les pays du Golfe, le Yémen. Précisément, la lutte antiterroriste représente un réel défi pour l’Union européenne, puisqu’il s’agit d’avoir une vision commune en termes de politique extérieure. Ce volet est soumis à controverse entre les différents États européens, puisqu’il touche aux compétences souveraines des Etats, chacun voulant défendre ses propres intérêts en termes diplomatiques.

Les discussions qui ont été menées hier n’ont pas abouti à une conclusion concrète ; elles constituent néanmoins un premier pas vers un prochain renforcement de la lutte antiterroriste.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneBasketSport

Top 16 : 2/2 pour Monaco face à Malaga (90-71)

ActualitéCultureMusiqueSorties

L’annonce mystérieuse du retour de Feu! Chatterton

À la uneActualitéÉtudiantPolitiqueSociété

Affaire Duhamel : Sciences Po dans la tourmente, les étudiants n’en peuvent plus

À la uneBuzzInsolite

Un policier star de téléréalité visé par plusieurs enquêtes

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux