Culture

Pourquoi la langue arabe se démocratise-t-elle en France ?

En 2018, le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer avait proposé de redonner à la langue arabe ses lettres de noblesse à l’école. Au même titre que le russe, le chinois ou l’espagnol, l’arabe est en effet une LV2 ou LV3 que l’on enseigne dès le primaire. Si la proposition a fait polémique, elle n’en reste pas moins pertinente. Aujourd’hui, la langue arabe s’est mêlée au français, surtout chez la jeune génération. Comment l’expliquer ?

L’arabe, la deuxième langue la plus parlée en France

La présence de la population arabe en France date du 8ème siècle. Au fil du temps, les mots arabes ont intégré le vocabulaire français. Aujourd’hui, l’arabe est la deuxième langue la plus parlée sur le territoire français. Cette dernière fait également partie des dix langues officielles enseignées dans les écoles du pays. Face à cet engouement, des sites tels que l’Institut Anwar proposent des formations en langue arabe directement en ligne. De cette manière, il vous est possible de gérer votre apprentissage et votre progression à votre rythme. Les contenus des modules sont bien pensés pour vous permettre d’avancer de manière optimale et si vous rencontrez des difficultés, les professeurs sont disponibles pour vous accompagner.

Sans le savoir, nous utilisons quotidiennement des mots et expressions tirés de l’arabe. Il est à noter que quelque 3 000 mots français sont issus de la langue arabe. On pourra citer à ce titre « hammam », « charabia » ou encore « toubib ». Et d’autres, bien moins évidents comme « abricot », «gilet » et « alcool ». Le succès de personnalités influentes d’origine maghrébine telles que Gad Elmaleh ou Jamel Debbouze a grandement contribué à l’expansion de la langue. Par ailleurs, le monde musical, notamment le rap, a également permis la démocratisation de l’arabe. Les jeunes, d’origine arabe ou non, sont d’ailleurs ceux qui l’utilisent le plus souvent.

Pourquoi apprendre la langue arabe ?

Selon les estimations, il y aurait environ cinq millions de musulmans, pratiquants et non-pratiquants, en France, ce qui représente plus de 10% de la population. La langue arabe est aujourd’hui en quelque sorte associée à la culture française. Raison pour laquelle le gouvernement encourage son apprentissage. Un moyen de lutter contre le séparatisme et de mieux comprendre l’islam selon Emmanuel Macron. Mais au-delà de cet aspect d’intégration, l’apprentissage de la langue arabe revêt également d’autres enjeux.

Apprendre une langue étrangère, quelle qu’elle soit, est toujours un atout. Cela permet de s’ouvrir au monde extérieur et offre une opportunité d’affaires et de carrière à l’international. Aujourd’hui, on ne cache plus l’émergence de nombreux pays arabes tels que le Qatar ou les Émirats arabes unis. Ils deviennent de plus en plus des acteurs majeurs de l’économie mondiale. Un développement qui offre de grandes opportunités en matière de tourisme, de commerce, d’éducation… D’où l’importance de maîtriser la langue arabe. Il est à noter que l’arabe est la langue officielle d’une vingtaine de pays. Pour les entreprises, un personnel arabophone peut être un atout majeur pour prospecter des clients provenant des pays du Golfe. Grâce au boom économique généré par l’exploitation de pétrole, ils ont multiplié les investissements à l’étranger, dans l’immobilier, l’industrie ou la Bourse. Ils constituent ainsi des prospects intéressants et quelque peu lucratifs.

L’apprentissage de la langue arabe se heurte toutefois à quelques obstacles. Le plus souvent associée à la religion et au terrorisme, elle fait l’objet de préjugés et d’appréhensions en tout genre. Encore peu d’élèves la choisissent comme langue vivante et des parents sont contre cet apprentissage.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneActualitéCultureSéries Tv

Game of Thrones : un deuxième spin-off en préparation ?

À la uneCultureFranceMédiasSociété

France Télévisions lance une nouvelle chaîne pour soutenir la culture

À la uneCinémaCulture

Le prochain James Bond est repoussé au 8 octobre 2021

À la uneActualitéCinémaCulture

Le cascadeur Rémy Julienne est mort à 90 ans

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux